La France est la terre promise d'une chinoise qui vend les vignobles bordelais, Sud-Ouest. Mais aussi ce pays de blocages et de vies quotidiennes menacées, ainsi "la France du Fioul" dans la Voix du nord. Dans l'Humanité, deux sociologues racontent l'affrontement entre gilets jaunes et clients d'un restaurant de luxe.

Une jeune femme heureuse dans Sud Ouest...  

Et cette jeune chinoise est un conte de fée contemporain, et l'antithèse de toutes les colères que remue la presse, il est donc une autre réalité qui a pour nom Li Lijuan, 34 ans, connue en Gironde sous le nom de Lily, elle guide les investisseurs chinois dans les vins du bordelais et est aussi chanteuse et désormais écrivain, elle a déjà vendu 300.000 exemplaires de son autobiographie en Chine, "l'enfant de Chengdu"... Et Sud Ouest nous raconte donc l'immigration heureuse de Lily qui débarquait il y a  dix ans comme jeune fille au pair à Biscarosse dans les Landes, elle ne savait pas Lily que Bordeaux était une ville et pas une bouteille de vin, mais Lily elle rencontra le monde du vin et ce fut la lumière, "'Je rentre pour la première fois dans les grands châteaux, j'assiste à ces soirées avec ces gens si bien habillés. C'est simple, pour moi, Bordeaux, c'est Los Angeles !", et elle est allé chercher son rêve, et mange désormais à la très chic Villa Tourny où elle avait fait la plongeuse, "Je veux dire aux gens de mon âge qu'il faut du courage, de la détermination."  

Et voilà bien la relativité des destins. La terre promise de Lily est cette même France empêtrée de malheurs et dans le même Sud-Ouest ce matin, on nous parle des blocages de l'autoroute A10 et du plan mobilité du gouvernement, destiné ç ne plus laisser aucun français "au bord de la route"... Les mots du pouvoir, en écho de la vie des gens...   

Et cette fracture peuple les journaux.  

C'est dans la Voix du Nord, qu'elle s'incarne le mieux, qui raconte la France du fioul, comme une sœur de la France du diesel, à qui on a signifié la fin de ce qui était une vie quotidienne? "Sur la nappe en toile du salon, Emilienne, 85 ans, a laissé le chéquier ouvert sur la dernière souche, déjà signée. C'est Bertrand Ghillebaert, le livreur, qui inscrira la somme, près de 1 000 € ce jour-là, pour 1 000 litres de fioul. « Bon, ben ça y est, ma retraite elle est partie ! », s'esclaffe l'octogénaire vit au fioul depuis plus de 50 ans." Et entre Hazebrouck et Saint-Omer, ils sont 116000 foyers qui persistent, mais pourtant condamnés par une annonce d'Edouard Philippe, et  Bertrand Ghillebaert, le livreur se voit nu:  "On nous dit, dans dix ans c'est terminé. Mais moi dans dix ans, je ne suis pas en retraite ! Avec cette annonce, mon entreprise maintenant, elle vaut zéro. »  Que faire de cette peur-là, quand la crise est politique? 

Des journaux cherchent la réparation. "Renouer le dialogue", titre la Croix,  "il faut qu'on mouille tous le maillot", dit Laurent Berger dans le Parisien, d'autres veulent proclamer l'absolue logique de la crise. Dans l'Humanité, deux sociologues qui sont, à gauche, une marque, "les Pinçon Charlot", analystes et contempteurs de "la cruauté des riche"s, ont suivi des gilets jaunes samedi devant un restaurant chic, et en décrivent une scène originelle de la lutte des classes.  "Il est aux environs de 13 heures et la terrasse est pleine à craquer d'hommes et de femmes des beaux quartiers qui portent sur leur corps et leur tenue vestimentaire la douceur et la richesse d'une vie quotidienne embaumée par les pétales de roses. Les gilets jaunes encerclent la terrasse avec leur corps malmené par des conditions de vie difficiles, et ce fameux gilet jaune, symbole du prolétariat et des gagne-petit. « Profitez-en, cela ne va pas durer » « Picolez car vous n'allez pas rire longtemps!» .  Et ainsi se raconte-t-on les prémisses d'une révolution.  

Mais la jacquerie ne perturbe pas toutes les habitudes? Dans le Télégramme, je lis aussi ces nouvelles du pouvoir: Jean-Yves le Drian, ministre des affaires étrangères et Richard Ferrand, président de l'assemblée, ont des relations "exécrables", et se préparent à l'affrontement pour les régionales de 2021, Le Drian a lancé vendredi son mouvement, et Ferrand compte, à son cabinet de président de l'assemblée, un conseiller "maritime", sujet évidemment indispensable au perchoir.  

Et le scandale des implants médicaux dans Le Monde...

Un de nos partenaires à Radio France, dans cette investigation dont nous vous parlons depuis ce matin. Le Monde est pédagogue, textes, vidéos, dessins, et résume d'une phrase l'abandon des patients et l'incurie des autorités. "On peut aujourd'hui retrouver l'origine d'une canette de soda au fin fond du Congo grâce à son code-barres. Mais pas celle d'un implant défectueux dans la poitrine de votre père." Et tout est dit de l'inconscience du marché des implants, quand une journaliste hollandaise avait fait homologuer un filet à mandarines comme une mèche vaginale pour femmes souffrant de descente d'organe... 

Vous verrez aussi dans le Monde deux dessins, tout simples, de corps humains, où sont pointés les implants susceptibles d'être introduits en nous et le nombre d'incidents liés à ces implants... Pompes à insuline équipées d'un capteur de glycémie, 1 518 morts entre 2008 et 2017, système de d'alise péritonéale automatisée, 2264 morts, et ce ne sont ici que des chiffres américains tant l'opacité règne ici ou l'imprécision.    

Vous lirez ce dossier avec colère, et vous vous consolerez peut-être dans le Figaro, qui nous annonce que la poésie apaise nos corps aussi bien que nos âmes, et dans un supplément de Libération, "la santé à cœur ouvert", qui réfléchit à l'humanité de la médecine. La philosophe Elisabeth de Fontenay évoque "Robinson" de Laurent Demoulin, livre d'un père sur son fils autiste, et conclut ainsi, "cette postulation d'un être autre, dans l'abîme de son éclatement, pendant combien de temps encore n'y aura t il rien d'autre que l'écriture pour la tenter... C'est la une question de littérature, de morale et de politique." La morale et la politique qui nous manquent, de gilets jaunes en implants et ailleurs encore.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.