D'abord, on ne comprend pas... D'abord, on croit que la photo est floue... C'est le portrait d'une jeune femme, couverte d'un grand foulard blanc... Son nez est abîmé... Ses lèvres aussi sont abîmées... Et il n'y a qu'un oeil... simplement son oeil gauche... A l'endroit du deuxième, il n'y a plus que de la peau... Pour comprendre, on lit la légende... Il s'agit d'une Pakistanaise... Elle s'appelle Irum Saeed... A l'âge de 19 ans, elle a été brûlée à l'acide par un homme qu'elle refusait d'épouser... Portrait signé Emilio Morenatti... C'est la Page Trois du Monde... On aurait tellement préféré que la photo soit floue... Mais non, elle n'est pas floue... Et l'article qui l'accompagne n'est pas flou non plus... Il est très détaillé... Long reportage de Frédéric Bobin... "Un crime au nom de la tradition"... Il n'évoque pas l'histoire de la jeune Irum, mais celle, similaire dans ce qu'elle raconte, de cinq autres femmes qui, au début de l'été, ont été ensevelies vivantes dans une fosse commune dans la province pakistanaise du Baloutchistan... trois soeurs, leur maman et leur tante, victimes d'un "crime d'honneur"... Les trois jeunes filles voulaient simplement épouser les garçons qu'elles avaient choisis... Leur maman et leur tante étaient d'accord avec elles... Mais pas les hommes de leur tribu qui, eux, estimaient qu'elles devaient se marier à l'intérieur du clan... Ils les ont donc massacrées, puis ensevelies encore vivantes... Je vous passe les détails... Vous les lirez, si vous le souhaitez, sous la plume de mon confrère du Monde... qui raconte que ce quintuple assassinat a au moins eu un mérite : il a soulevé les consciences au Pakistan... Les télévisions se sont emparées de l'affaire, les hommes politiques aussi... Enfin, certains s'indignent... Et enfin, certains s'interrogent sur l'inhumanité de ces pratiques tribales... Au moins 600 femmes ont été tuées au Pakistan l'année dernière, en vertu de la tradition du "crime d'honneur"... "Au moins 600" : chiffre officiel... Mais la réalité, c'est probablement un millier... Dans la presse nationale : Nicolas Sarkozy à la Une du Figaro, de Libération, du Parisien-Aujourd'hui en France... Dans la presse régionale : Nicolas Sarkozy à la Une du Dauphiné Libéré, de La Provence, de Nice-Matin... Tous vos journaux reviennent, en long, en large et en travers, sur son discours d'hier à Toulon... "Face à la crise, Sarkozy brandit le bouclier de l'Etat", titre ainsi Les Echos... "C'est le retour à l'Etat protecteur", annonce aussi Ouest-France... Tandis que Libération s'amuse : "Crise financière : notre sauveur"... le sauveur étant donc Nicolas Sarkozy... L'ironie de Libé, on la retrouve ce matin dans une grande partie des éditoriaux... "Rassurer, assumer, avancer... Nicolas Sarkozy a donné hier dans ce qu'il sait faire de mieux : du Sarkozy", commente ainsi Rémi Godeau, dans L'Est Républicain... "comme si, à chaque mot prononcé, le chef de l'Etat voulait signifier : 'L'anti-crise, c'est moi'"... Or, "au-delà du discours social flattant le populo, on guette toujours des mesures concrètes", analyse Jacques Camus, dans La République du Centre... Et "les Français ne sont pas dupes", ajoute Philippe Palat, dans Le Midi Libre... Quant à Daniel Ruiz, dans La Montagne, il estime que "l'exercice d'hier, pourtant bien léché, ne pourra rien contre l'image de piètre économiste du chef de l'Etat"... Un chef de l'Etat qui pourra toutefois se consoler en lisant Le Figaro et les louanges d'Etienne Mougeotte... "Ce sont les événements qui font les hommes, écrit-il... Le 11 Septembre économique offre au Président français une occasion unique de se hisser à la hauteur des événements... Il a l'étoffe d'un leader européen capable d'affronter la bourrasque mondiale"... S'il veut passer une bonne journée, je conseille à notre Président de lire uniquement, ce matin, l'éditorial d'Etienne Mougeotte... A moins qu'il veuille vraiment sourire... Et dans ce cas, je lui conseille la lecture du débat proposé par Le Parisien-Aujourd'hui en France... "Le chef de l'Etat est-il de gauche ?", rapport à ses propos sur les excès du capitalisme... Le journal propose le point de vue de l'économiste Jacques Marseille, pour qui "Nicolas Sarkozy prend effectivement le risque de pencher trop à gauche"... Michel Rocard estime, de son côté, que "c'est un homme de droite... mais un homme de droite ouvert"... Quant au ministre Eric Besson, lui, qualifie le chef de l'Etat "d'idéologiquement hybride"... "Idéologiquement hybride"... Ségolène Royal, ce n'est pas mal, comme expression ?... (...) "Le Président est-il de gauche ?... Le débat est lancé... Un débat qui aura "plus d'impact que la crise de Wall Street", si l'on en croit l'essayiste américain Ted Stanger, interrogé par France-Soir... qui explique que, dans ce genre de prestation, c'est le visuel qui compte avant tout... "Il faut avoir l'air d'un Président"... Et Stanger de rappeler qu'"en 1960, Kennedy l'avait emporté face à Nixon grâce à son image... Lors du débat, ses conseillers lui avaient fait porter une chemise bleue qui, sur les anciens postes de télé, ressortait blanche... Celle de Nixon, à l'inverse, paraissait grise... Mal rasé, transpirant, il avait l'air louche"... ..."A tel point qu'après l'émission, sa maman l'avait même appelé pour savoir s'il était malade", rappelle, de son côté, Philippe Gélie, du Figaro... qui nous emmène "dans les coulisses du débat Obama-McCain"... Les premiers conseillés d'Obama sont arrivés à Oxford il y a déjà deux semaines... ceux de McCain, huit jours plus tard... Les équipes des deux candidats se sont d'abord entendues sur les dimensions du décor... C'est très précis : la scène doit mesurer 20 mètres de large sur 9 de profondeur, être surélevée d'un mètre 20, avec 11 mètres de hauteur de plafond... Je vous l'avais dit : c'est très précis... La grande nouveauté, instaurée cette année, tient au format des échanges : les duellistes vont pouvoir s'interroger et se répondre directement, au lieu de simples monologues croisés, comme c'était le cas lors des campagnes précédentes... L'équipe de John McCain a, par ailleurs, obtenu que ce ne soit que son bon profil qui apparaisse à l'écran : on ne devrait donc pas voir, lors du débat, sa cicatrice, souvenir d'un mélanome... Nous l'avons déjà dit : c'est le visuel qui compte avant tout... Dans Courrier International... long reportage du Guardian sur les enfants de nazis qui ont choisi de se convertir au judaïsme... La journaliste Tania Gold est allée mener l'enquête en Israël... des rencontres étonnantes... Rencontre avec Aaron Schear-Yashuv... Son père était dans la Waffen-SS... Lui est devenu rabbin dans l'armée israélienne... Rencontre également avec un descendant du demi-frère d'Adolf Hitler... Il raconte son histoire... Il raconte sa famille... Et il raconte sa conversion... Mais il ne veut pas dire son nom... "Du camp des coupables à celui des victimes"... A lire donc, cette semaine, dans Courrier International... Dans La Croix... un sondage... "Les élèves apprécient la religion à l'école"... "7 jeunes Français sur 10 pensent que l'enseignement des religions aide à mieux vivre ensemble"... "Un meeting au Zénith", à la première page de L'Humanité... Mais il n'est pas question de celui de Nicolas Sarkozy à Toulon... pas question non plus de votre soirée de demain, Ségolène Royal, au Zénit de Paris... L'Huma revient sur le meeting organisé hier par la CGT... "Devant 4.000 militants syndicaux, Bernard Thibault a appelé à construire la riposte sociale"... "Bernard Thibault réplique à Sarkozy", titre le quotidien... Dans Notre Temps... on nous apprend que le gris est la couleur dernier cri... Dans Femina... on nous dit que c'est le bleu... En tout cas, nous dit-on, évitez le marron : totalement démodé... Commentaire de Martine... vous savez, Nicolas : Martine, la dactylo de la revue de presse... "Ben mince alors ! Je suis toute en marron !"... Et puis, pour finir... ce dossier dans Cosmopolitan... "Les neuf secrets de la bombe attitude"... La différence entre "une fille pas mal" et "une bombe" ?... 30 centimètres de jambes ?... Ttttt... La différence, c'est l'attitude... Et devenir une bombe, c'est facile... Alors écoutez bien, Ségolène Royal... Il suffit d'être féminine, naturelle, un peu mystérieuse, et d'avoir l'air sympa... Je ne suis pas sûr que Cosmopolitan serait toléré au Pakistan...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.