Est-ce qu’une petite fille de 11 ans, peut être consentante, quand un adulte lui demande des fellations, quand elle a avec lui ensuite un rapport sexuel…

Oui répond la justice, on peut être consentante à 11 ans, quand un adulte couche avec vous. C’est un procès qui se tient aujourd’hui à Pontoise… et c’est le trouble que soulève un article de mediapart… Un homme de 28 ans qui aborde une petite fille, Sarah, 11 ans, mais qui fait plus de son âge, et l’hypnotise de paroles en une après midi d’avril… le cours de gym avait été annulé au collège… et il finit par profiter d’elle, chez lui, avant de l’embrasser sur le front et de lui demander de ne rien dire… Et Sarah rentre chez elle, et elle dit à sa mère, « papa va penser que je suis une pute »

Et l’affaire passe donc en jugement … Non pas un procès pour viol… mais pour une simple « atteinte sexuelle sur mineur »…offense moins grave. Sarah n’a pas protesté, Sarah était donc d’accord, Sarah n’a pas été violée…

On entend dans Mediapart le désarroi de sa maman face aux policiers… « Elle leur a paru nonchalante. Son détachement m’inquiète. D’autant que parfois, tout ressort subitement. »

et l’inconscience du partenaire de la petite fille. « Vous savez, maintenant, les filles sont faciles. Avant, à mon époque, il fallait rester au moins un an avec une fille pour la baiser, mais maintenant c’est en dix minutes. »

C’est une des histoires que nous rencontrons, quand on parle des hommes et des femmes… Souvent, l’horreur ou un absurde qui vient de l’étranger … par exemple, dans le Monde Afrique, sur le web… le marché des ampoules de faux sang qu’achètent les jeunes femmes au Maroc, pour les loger dans leur sexe et simuler la virginité qu’espère leur mari la nuit de noce, c’est un produit chinois, il en coute 18 euros, 200 dirhams au marché de derb Omar…

On sourit presque de cet archaïsme exotique…

Mais Sarah, 11 ans, élève de 6ème avec qui un adulte de 28 ans a couché, est du Val d’Oise. Et le déni de sa souffrance vient d’un impensé de notre loi. « La plupart des législations occidentales ont adopté une « présomption irréfragable d’absence de consentement du mineur victime d’actes sexuels » : 14 ans en Allemagne, Belgique, Autriche ; 16 ans pour l’Angleterre et la Suisse, 12 ans en Espagne et aux États-Unis.

En France, non, Sarah, réputée consentante à onze ans, est un oubli de notre exception…

Le choc de l’élection allemande, le jour d’après, préoccupe les journaux…

On s’inquiète de l’AFD, extrême droite désormais parlementaire, et l’on se rassure parfois, scientifiquement…

Dans Slate, sur le Web, le chercheur Nicolas Lebourg dissèque les droites extrêmes allemandes, « l’AFD, ce n’est pas le nazisme »… Confirmation dans la Croix, qui évoque la peur du « déclassement » et une insécurité identitaire. L’historien Patrick Moreau, qui énonce un paradoxe de nos débats : « en condamnant l’islam, qui serait en soi une religion politique, le parti s’est positionné comme un parti démocrate garant des valeurs de liberté »

Étrange, et familier ? Mais l’AFD n’est pas seulement un populisme familier… On lit des portraits de ses dirigeants … Et l’on découvre dans libération Bjorn Hocke, pour qui le mémorial de la Shoah de Berlin est un mémorial de la honte… et dans le figaro Wilhelm Von Gottberg, contempteur du mythe de l’holocauste, une vérité juive…

Il y a quand même un peu de nazisme…

L’autre sujet allemand de nos journaux… c’est la transmutation de la puissante Muti devenue la pauvre Merkel, qui aura bien du mal à former un gouvernement, et ses embarras embarrassent le président français, Le figaro : « Le projet européen de macron contrarié… » L’opinion : « en Allemagne, le centre de pouvoir est au bundestag… »

Dans ce doute, un homme s’avance, en interview sur le site de l’Obs, c’est Iannis Varoufakis… l’ancien ministre des finances grec, qui veut muscler le jeu de Macron face à Merkel…

« Sans la France, il n’y aurait pas d’eurozone, il n’y aurait même pas Merkel. La chancelière n’a été réélue que parce que Macron a été élu. Il a un énorme pouvoir, qu’il est hélas en train de gâcher »

Et varoufakis demande à Macron… de pousser pour un new deal européen, des dépenses d’investissements vertes… et d’impliquer l’Europe dans la lutte contre la pauvreté … « Imaginez: le pauvre de Grèce, ou d’Allemagne de l’Est, ou d’une banlieue parisienne recevrait des coupons alimentaires signés par Mario Draghi de la BCE… Cela aurait un sacré impact, pas seulement sur le niveau de pauvreté, mais aussi sur l’unification de l’Europe. »

Il est rafraîchissant d’entendre de l’utopie, mais Macron a-t-il l’enthousiasme de Varoufakis ?

Et on réentend dans les journaux des doutes sur la situation française…

Doutes politiques : Macron n’a pas un sénat pour changer la constitution… c’est dans le Figaro…

Doutes sociaux… l’est républicain, édition de franche comté, sur deux pages, témoigne de l’impopularité du plan logement du pouvoir... organismes HLM, locataires, bailleurs privés, tous furieux…

Et doutes écologiques… C’est le glyphosate, ce désherbant dont on ne sait pas si le gouvernement veut le bannir, oui d’ici la fin du quinquennat… mais seulement s’il est remplacé?

On appréciera l’ironie des DNA

« Qui sème l’indécision récolte l’incompréhension. À cultiver une bonne conscience écologique, sans plus, la France s’enferre…»

Le débat divise la paysannerie. Le Parisien organise un face à face entre un représentant de la FNSEA, il n’y a pas d’alternative au glyphosate… et la porte parole viticultrice bio de la confédération paysanne … elle s’en passe très bien, désherbe au cuivre et au soufre et son vin est meilleur qu’avant !

Tiens. Dans Var matin… la bonne nouvelle… Elle vient de La Cadière où on a combattu victorieusement la trocera olea, la mouche de l’olive… non pas avec des insecticides mais à l’ancienne, à l’argile qui enrobe les fruits…

Et puis, un scandale russe pour finir…

C’est dans la Croix… Autour d’un film, Matilda, qui conte l’histoire d’amour extra conjugale du dernier tsar nicolas 2 avec une ballerine, matilda.

Cette bluette impériale provoque la fureur et la violence des orthodoxes ultra… car Nicolas 2, supplicié par les bolcheviks, est un saint orthodoxe… le film doit sortit le 26 octobre… et le risque d’un terrorisme orthodoxe pourrait avoir raison de Matilda…

« Quand la nostalgie devient une idée politique, c’est très dangereux »… la phrase, dans l’humanité…est de l’écrivain britannique Jonathan Coe.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.