Les journaux racontent l'Histoire ce matin... Deux hommes de dos, en photo dans Libération... Ils marchent dans les allées de la Maison Blanche... Costumes sombres, chemises claires... Le premier a l'allure svelte et le pas léger : c'est Barack Obama... Le second, vieil homme trapu, s'appuie sur une canne : c'est Ted Kennedy... "Le Lion est mort"... C'était le dernier des Kennedy. Seul ou avec sa famille, il est en photo dans tous vos journaux ce matin... Libération et Le Figaro, en particulier, retracent longuement son destin... Ted, c'était le frère Kennedy que nous avons vu vieillir... Et du coup, le bilan de sa vie n'en est que plus contrasté... Dans Le Figaro, Laure Mandeville rappelle les épisodes sombres : les mauvaises notes à l'école, le renvoi de Harvard, l'alcool, les femmes... Et puis, cette image : une voiture dans un étang en contrebas d'un pont... C'est à Martha's Vineyard, 18 juin 69, retour de soirée arrosée, accident de la route, la collaboratrice de Ted mourra noyée... Il n'a rien fait pour la sauver... L'Amérique lui en voudra toujours... Il ne sera jamais président. Le bon côté de Ted Kennedy, c'est l'obéissance au conseil de son père : rendre à la société ce qui a été donné par la naissance... Contre la guerre du Vietnam... contre la guerre d'Irak... pour les droits civiques... La plupart des lois dans ce domaine portent sa marque... Elle est là, la part de lumière du frère maudit, toujours du côté des faibles pendant les plus de 40 ans passés au Sénat, il a façonné le visage de l'Amérique moderne, sans doute plus que n'importe quel président. "Il était une fois", c'est l'histoire de toute la dynastie que raconte Libération... Celle de la famille royale du nouveau monde... Sa légende n'a rien à envier aux Windsor en termes de secrets de famille, de maladies cachées... On connaît la saga par coeur mais on la lit et on la regarde ce matin encore, avec émotion... La photo de John-John jouant sous le bureau de son père à la Maison-Blanche... Jacky derrière son voile noir en 63... La mort de JFK, moment-clé... "La présidence et l'assassinat de John ont drogué la nation aux Kennedy"... Le reste du monde est toujours fasciné par cette famille qui a incarné le siècle américain... "Il en va ainsi des figures de la démocratie" conclut Laurent Joffrin dans l'édito de Libé... "Elles sont ambigües et d'une humaine faiblesse, seules les dictatures prétendent à la pureté". Lors de ses derniers mois, Ted Kennedy aura accompli deux derniers actes : l'adoubement de Barack Obama, "le Kennedy noir"... Au passage, une autre dynastie y a perdu la présidence : les Clinton... Et puis, le combat pour la réforme de l'assurance santé... Teddy manquera beaucoup à Barack pour ce combat-là... "Obama, la panne", c'est le dossier de Courrier International cette semaine... Vous trouverez toute une série d'articles tirés de la presse américaine sur ce thème. L'Histoire aujourd'hui, c'est en partie en Iran qu'elle s'écrit... Alors que Clotilde Reiss est toujours en résidence surveillée à Téhéran, Nicolas Sarkozy durcit le ton contre le pays des mollahs... Le Figaro reprend ses termes assez diplomatiques hier lors de la conférence des ambassadeurs à l'Elysée... Sur le nucléaire, il menace Téhéran "d'un renforcement très substantiel des sanctions"... "Ce sont les mêmes dirigeants qui nous disent que le programme est pacifique et que les élections sont honnêtes... Qui peut les croire ?" demande le président de la République. Avec la mort de Ted Kennedy, l'économie fait la Une de la presse ce matin... Sujets très variés... La Tribune : "SNCF, revoilà le déficit"... Près de 500 millions d'euros au premier semestre... Les Echos : "10.700 demandeurs d'emplois supplémentaires en juillet... mais l'accalmie se confirme sur le front du chômage" selon le quotidien... La progression des chiffres du chômage pourrait ne pas atteindre les records redoutés... L'UNEDIC tablait sur une hausse de 600.000 personnes, elle pourrait revoir le chiffre à la baisse. L'Humanité : "La triple arnaque de la TVA à 5,5% dans l'hôtellerie-restauration... Les prix ont à peine baissé, les salaires n'ont pas augmenté et les embauches sont au point mort". Enfin, Le Parisien : "Quelle retraite pour les mères de famille ?"... Aujourd'hui, en France, quand une femme a un enfant, elle bénéficie d'une bonification de ses points de retraite, elle peut partir deux ans plus tôt... mais le système est contesté... Des pères de famille ont crié à la discrimination... Les consultations commencent demain. En économie aussi, il faut parfois prendre du recul pour mesurer la signification des chiffres... Dans Le Monde, Luc Bronner raconte la descente aux enfers de la ville de Grigny dans l'Essonne... Elle est en quasi faillite et désormais gérée par le préfet... C'est une mesure exceptionnelle, mais la situation l'exige : le déficit de la commune atteint le tiers de son budget !... Rien à voir avec la crise... Grigny subit la dégradation du niveau de vie de ses habitants et les insuffisances de la politique de la ville. 26.000 habitants... 40% ont moins de 20 ans, 49% de logements sociaux... ça fait énormément de dépenses et en échange peu de recettes : beaucoup d'habitants ne sont pas imposables... La commune est structurellement dans l'incapacité d'assumer ses missions... et l'Etat ne veut surtout pas s'en occuper. Et là aussi, il faut faire de l'Histoire pour comprendre : l'urbanisation ravageuse des années 60 est à l'origine de la plupart des maux de la ville. On fait de l'Histoire également dans les hebdomadaires cette semaine... 20 ans de la chute du Mur de Berlin... Comme nous autres journalistes, il faut bien le reconnaître, adorons les anniversaires, nous allons manger du mur tout l'automne... Mais les apéritifs sont assez réjouissants. Le Point et le Nouvel-Observateur racontent comment Gorbachev a sacrifié la RDA et lâché les pays de l'est. La RDA, c'est dans Le Point qui reprend les bonnes feuilles de l'ancien correspondant de France Inter à Bonn, Michel Meyer... Juste une citation pour donner le climat en Allemagne de l'est, quelques mois avant la chute du mur : "Le chef de la RDA, Eric Honecker, fait distribuer des millions de timbres à son effigie... Comment se fait-il que personne n'ait jamais reçu de lettre avec ce timbre ? C'est une histoire drôle qui circule à cette époque... Réponse : parce que les gens crachent leur salive du mauvais côté !" Ne comptez pas sur nos chars pour vous maintenir au pouvoir... Dès sa prise de fonction en 85, Gorbatchev avait prévenu les dirigeants des pays frères... Dans Le Nouvel-Obs, Vincent Jauvert raconte les semaines avant la chute du mur vue du Kremlin... Il a pu consulter des archives inédites. Pourquoi à l'été 89, le Kremlin n'est pas intervenu alors que l'empire branlait de toute part ? Quatre réponses, selon Vincent Jauvert : - Raison personnelle : Il ne voulait pas faire couler le sang. - Raison stratégique : il venait de négocier la réduction des arsenaux nucléaires avec Ronald Reagan et le rideau de protection que représentaient les pays de l'est n'était plus aussi utile. - Raison économique : les pays frères devenaient un fardeau à un moment où l'URSS n'avait plus une rouble. - Raison historique enfin : il était convaincu que l'avenir du socialisme à visage humain passait par une main tendue à l'Europe de l'ouest. Conclusion d'un des proches de Gorbatchev, sous la plume de Vincent Jauvert : "Il a senti la direction de l'Histoire et l'a aidée à suivre son cours naturel". Ce n'était pas le cas de François Mitterrand si l'on en croit Valeurs Actuelles, qui fait sa Une sur "L'été où le communisme s'est effondré"... Petite phrase de l'ancien président à Berlin-est, le 22 décembre 89, donc après la chute du mur : "La République Démocratique Allemande et la France, nous avons encore beaucoup à faire ensemble". De la grande à la petite Histoire pour finir... D'abord, la tradition dans ce qu'elle a de plus raide... Dans Télérama, reportage très amusant et éclairant de Nicolas Delezalle à l'Institut de France, sous le titre : "Y a-t-il quelqu'un sous la Coupole ?"... L'Institut regroupe l'Académie Française, celle des Sciences, des Beaux Arts, des Sciences Morales et Politiques et des Inscriptions et Belles Lettres. Après avoir parcouru tout un tas de pièces où le parquet craque, le reporter tombe au milieu de la salle de l'Académie Française... Et après avoir ironisé pendant plus de trois pages, sur ces messieurs à sonotone, cheveux blancs et lunettes demi-lune qui ne servent pas à grand chose, il découvre le Graal. Au bout de la salle de l'Académie Française, un petit tableau caché dans un coffre en bois... "Quand un académicien se faufile pour la première fois dans cette salle, ses acolytes l'invitent à aller se recueillir devant ce tableau guilleret qui représente Richelieu sur son lit de mort dans des teintes verdâtres et une ambiance crépusculaire qui fout les jetons... C'est dans cet instant solennel que l'Institut livre son mystérieux secret... Il est l'un des derniers lieux où la transmission et l'héritage sont codifiés... C'est peut-être la mission la moins connue et la plus importante des Immortels : mourir pour que vive l'Institut. La toute petite Histoire... Ceux que ça intéresse, et ils sont nombreux, découvriront dans Paris-Match que Michael Jackson voulait épouser un homme... Je vous laisse lire les détails sur les soirées en amoureux, avec alliance à 50.000 dollars incrustée de diamants... Ce dernier amant qui serait une star du basket encore en activité... Rendez-moi Paris-Match, Eric Delvaux : y'a pas le nom du basketteur ! Et puis, et puis, le pêché mignon des lecteurs de Libération... Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts... ils racontent les coulisses des médias comme personne... En ce moment, ils s'en donnent à coeur joie puisque les télévisions font leur conférence de presse de rentrée... Série sur les cocktails médiatiques à l'heure de la crise. Hier, c'était le cocktail de TF1 qui a 60 millions d'économie à faire... Résultat, pour la conférence de presse, Garrigos et Roberts, comme les autres, ont d'abord été accueillis dans un cagibi paumé au coeur de l'immeuble de TF1 à Boulogne... "On dirait le salon de mémé installé dans un bloc opératoire et d'ailleurs sur les tables basses, il y a même ses cacahuètes à mémé... les molles !... Côté liquide, ils doivent se contenter d'eaux minérales et de sodas... Heureusement, après la conférence de presse ça s'arrangera : gambas et feuilles de basilic. Pour les programmes, ils retiennent, entre autres, que TF1 va exhumer cette année "Tournez manège" présenté par Cauet... Commentaire de Garrigos et Roberts, décidément très portés sur la bouffe : "Hou là... Tournez manège ET Cauet, ça fait un peu rillette ET beurre ! Bon petit déjeuner ! Bonne journée !

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.