Et d'abord, ce matin, les visages de Céline et Eric... Les deux otages français des talibans, en Afghanistan... Tous vos journaux signalent que l'ultimatum expire ce soir... "Les ravisseurs des deux humanitaires et de leurs trois accompagnateurs afghans avaient donné une semaine à la France pour retirer ses troupes d'Afghanistan", rappelle Le Figaro... "Hier, le porte-parole des talibans a donné des nouvelles des otages", rapporte également Le Parisien-Aujourd'hui en France... "Ils sont en bonne santé, en bonne forme... Ils mangent bien... et sont nos invités"... Ouais... Humour noir, les talibans... Pendant ce temps-là, en France... l'association "Terre d'Enfance", pour laquelle Céline et Eric sont partis en Afghanistan, a lancé un nouvel appel... "Laissez-leur la vie sauve"... Dans Le Figaro, un peu d'espoir... "L'inquiétude est forte à Paris, explique le journaliste... Mais du côté des diplomates, on estime que les otages sont trop précieux pour être exécutés si vite... Après l'ultimatum la semaine dernière, la France a renforcé sa mobilisation à Kaboul... Il semble exclu de récupérer les otages par la force, explique toujours Alain Barluet, du Figaro... La solution pourrait résider dans l'aménagement d'un règlement, qu'accepterait malgré tout Hamid Karzaï, le Président afghan... pourvu toutefois que cet arrangement ne soit pas trop visible"... Est-ce que la campagne électorale en France peut aider ?... "Sans doute pas, analyse le journaliste... Nous ne sommes plus en 98, quand les otages du Liban avaient été libérés entre les deux tours de la Présidentielle"... Alors la Présidentielle justement... Elle n'est jamais bien loin, en ce moment, dans vos journaux... Et ce matin, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle tourne au vaudeville... "Quand Feydau écrit la campagne électorale"... C'est l'analyse de Bruno Dive, dans Sud-Ouest... Pour l'éditorialiste, entre Bayrou, Royal, Sarkozy, le CSA et Canal+... "on a les portes qui claquent... les entrées et sorties impromptues... les scènes cousues de fil blanc"... Alors pour ceux qui auraient loupé les épisodes précédents... un rapide résumé, pour mieux suivre les réactions des éditorialistes... Dans l'ordre chronologique : un forum organisé ce matin par la presse quotidienne régionale... avec les deux finalistes, qui interviennent successivement... L'affaire a été calée en début de semaine... Vient ensuite la volonté de Ségolène Royal et de François Bayrou de débattre... et l'invitation de la candidate socialiste à faire venir le centriste devant la PQR... Et là, c'est Jacques Camus, dans La République du Centre, qui explique... "On crie haro sur la presse régionale frileuse, soumise, conservatrice... C'est archi-faux... Si la presse régionale a refusé d'organiser ce débat Royal-Bayrou, c'est tout simplement pour ne pas contrevenir aux engagements pris en début de semaine... La candidate socialiste a choisi de modifier les règles du jeu, sans aviser les organisateurs... Il est tout à l'honneur de la PQR d'avoir refusé ce scoop imposé... Nous sommes prêts à organiser ce débat, pour peu qu'on en parle ensemble avant"... Philippe Waucampt ne dit pas autre chose dans Le Républicain Lorrain... "En souscrivant aux règles imposées par Ségolène Royal, nous aurions induit une inégalité de traitement manifeste avec Nicolas Sarkozy... Il aurait été condamné à l'inexistence, en raison de l'impact du débat Royal-Bayrou"... Alors voilà... Ca, c'était le premier round, hier... Deuxième temps : Canal+ propose d'organiser cette fameuse rencontre... Et là : problème d'égalité du temps de parole... Ce sont les règles du CSA qui ont raison du débat... "Royal-Bayrou : ce débat qu'on veut interdire"... Libération se fait accusateur en Une, ce matin... et s'interroge : "Nicolas Sarkozy aurait-il fait pression ?"... Libé a du mal à croire à la seule excuse du respect des temps de parole imposé par le CSA... même si, concède le journal, "Sarkozy se défend d'avoir fait pression"... Sarkozy peut-être... mais "ses proches auraient tout de même passé des coups de fil au CSA et à des chaînes de télé", argumente Libération... "Notre démocratie marche sur la tête"... C'est Gilles Dauxerre, dans La Provence, qui s'énerve... "L'impossibilité d'organiser un débat public et télévisé entre Ségolène Royal et François Bayrou nous ravale au rang d'une république bananière ou soviétiforme... Les Français vont être privés d'un échange qui aurait pu guider leur choix... Une telle absurdité va au moins encourager tous ceux qui souhaitent que la France change d'époque", conclut Gilles Dauxerre... "Le débat reste à faire", titre donc La Dépêche du Midi... qui explique : "Ils cherchent à se rencontrer depuis lundi... Et "nous y parviendrons", affirmaient, chacun de leur côté, Bayrou et Royal hier"... Et du coup... là, c'est Libération qui fait les offres de service... "N'étant pas assujetti aux règles du CSA, Libération est prêt à organiser la rencontre, tant dans son quotidien que sur son site Web"... Alors d'autres ont des idées aussi ce matin... des idées pour accueillir les deux SDF... les deux "sans débat fixe"... comme les appelle Bernard Revel dans L'Indépendant du Midi... Entre autres idées développées par l'éditorialiste : une télé étrangère... "Pourquoi pas en Principauté d'Andorre, lance Revel, puisque notre Président de la République en est le co-Prince... ou mieux encore : en Angleterre... Ici Londres... Deux Français parlent aux Français... Cela s'est déjà fait"... Alors ce débat aura-t-il lieu un jour ?... On en reparlera... Ce qui est sûr, explique Le Figaro, c'est que "Nicolas Sarkozy est pressé de tourner la page Bayrou"... Et on le comprend, analyse Jean-Marcel Bouguereau dans La République des Pyrénées... Parce que "paradoxalement, depuis sa victoire au premier tour, le candidat de l'UMP a perdu la main"... Tourner la page Bayrou... C'est pas complètement gagné... D'ailleurs ce matin, dans Le Figaro, un comparatif entre les différents programmes... Si le journal titre : "Socialistes, centristes : l'impossible programme commun", il note que "les convergences sont fortes entre le programme économique et social de Nicolas Sarkozy et celui du candidat UDF battu... Sur les questions de société, François Bayrou et Ségolène Royal sont en revanche plus proches"... Et puis, si vous avez du mal à vous y retrouver... droite, gauche, centre... Deux tribunes, toujours dans Le Figaro... La première, qui risque d'ajouter à la confusion... Elle est signée Alain Boyer, professeur de philosophie politique... "Si vous êtes vraiment de gauche, votez Sarkozy"... Seconde réflexion : celle d'Eric Dupin, journaliste du Figaro... Pour lui, "le 6 mai, les électeurs choisiront autant qu'ils élimineront un candidat"... Et il fait les comptes, Dupin... "Ségolène Royal gagnera si 100% des électeurs des candidats de la gauche au premier tour votent pour elle... 60% de ceux de Bayrou... et 25% de ceux de Le Pen"... Si vous voulez aller directement à l'après-6 mai... là, c'est Le Figaro Magazine qui s'intéresse aux favoris pour Matignon... Match Borloo-Fillon, pour les partisans de Nicolas Sarkozy... Strauss-Kahn contre Bayrou, pour ceux de Ségolène Royal... La campagne électorale... Elle est aussi dans L'Equipe, ce matin... Et pour cause... Les candidats ont évoqué les Jeux olympiques de Pékin... Alors il y a d'un côté Nicolas Sarkozy, pour qui les JO peuvent faire progresser les droits de l'homme en Chine... et de l'autre, Ségolène Royal, qui n'a pas exclu le boycott pour faire pression sur le gouvernement chinois, principal allié du Soudan, dont les autorités sont les principales responsables du génocide au Darfour... Dans son éditorial, L'Equipe explique que ces arguments ne datent pas d'hier... Mais "il serait temps que les politiques français s'intéressent aux JO de Pékin... Nous, explique L'Equipe, c'est dès 2001 que l'on a dit que Pékin n'était pas digne des Jeux, n'était pas digne de l'idée que nous nous faisons du sport... Alors maintenant, les JO auront lieu à Pékin... Il n'est plus l'heure de leur demander de se substituer aux diplomates pour régler les crises de la planète... Le sport doit tenir sa place... Mais, conclut L'Equipe, la politique ne doit pas oublier la sienne"... Ca, c'est leurs Jeux olympiques à eux... Où l'on reparle des candidats au Bac... Dans Phosphore, ce mois-ci... "Les pronostics des experts"... En résumé, c'est un dossier sur les impasses... Pour ceux qui sont en retard dans leurs révisions, Phosphore a consulté les profs et les recteurs d'académie, et vous dresse la liste des sujets qui risquent de tomber... Vous voulez un exemple... En histoire-géo, surtout il faut réviser la Vème République en histoire, et la mondialisation en géographie... En revanche, vous pouvez zapper la décolonisation et le développement durable... En science-éco, vous pouvez laisser tomber le chômage... Et en SVT, le système nerveux... Non, je ne parle pas du 6 mai... Bon week-end...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.