(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : portrait d'une société

(Bruno Duvic) « Les Français doivent savoir… je parle aux Français… » Mais qui sont ces Français auquel s'adressent sans relâche les deux candidats à la présidentielles ?

Le magazine Sciences Humaines brosse dans son numéro du mois de mai le portrait d'une société...

Où l'on apprend d'abord que le travail structure moins qu'avant les relations que nous avons entre nous. Le dossier s'ouvre par une interview du sociologue Jean Viard.

En un siècle, il retient deux évolutions en France. La durée de l'espérance de vie : 25 ans de gagnés.

Et le temps consacré au travail dans une vie : elle est tombée de 40 à 10%. Notre temps libre a été multiplié par 4. Conséquence : nos attentes individuelles, nos rêves privés sont devenus de grands transformateurs sociaux. Une vie jugée réussie est une vie où l'on a déployé tout un éventail d'activités et de rencontres.

Deuxième constat : quand on dit "les Français", on regroupe sous une généralité des situations diverses.

Et cela vaut notamment pour les ouvriers. Quand on dit ouvrier, on pense col bleu, salarié de l'automobile à la chaine, à l'usine. Il existe toujours évidemment, mais les ouvriers sont bien plus nombreux dans le bâtiment, les services ou l'artisanat. Pour peu qu'ils soient salariés, un horticulteur, celui qui assure la maintenance d'un ascendeur, un cuisinier, ont des emplois d'ouvriers.

Cette diversité explique peut-être la difficulté des candidats à s'adresser à ces ouvriers. Ils gardent un point commun, la faible mobilité sociale.

Dans ce dossier de Sciences Humaines , on apprend encore que ce qui caractérise la classe moyenne ce n'est pas tant le déclassement social que la peur du déclassement social.

La pauvreté, ce n'est pas qu'une affaire de revenus, la maladie, le handicap, la solitude doivent être pris en compte. Pauvreté invisible, bien souvent, et silencieuse.

Deux sociologues sont retournés à Elbeuf dans une cité ouvrière où ils étaient allés à la fin des années 70. Cette ville ne s'est pas remise de la désindustrialisation. Ils ont retrouvé une dame qui s'appelle Bernadette. Elle fume des cigarettes, cousues, pas des roulées : « les roulées, c'est pour les clochards », les mendiants dit-elle.

Ca n'est évidemment pas un détail.

A propos de détails, Jean Viard affirme que nous les Français faisons en moyenne 6.000 fois l'amour dans notre vie. Ne me demandez pas comment il a compté...

Si le travail prend moins de temps dans notre vie, le chômage reste un fléau en France

2 millions 900.000 demandeurs d'emplois catégorie A à la fin mars. 11 mois de hausse. Les propos de l'économiste de l'OFCE n'incitent pas à l'espoir dans Le Figaro .

« Pour que l'économie commence à créer des emplois (c'est à dire pour compenser les emplois détruits et la hausse de la population active, l'arrivée des jeunes), il faut une croissance d'1.2%. Le FMI prévoit 0.5 cette année. »

Reste les emplois aidés ou cette question qui monte au rang de priorité désormais en Europe : comment créer de la croissance ?

La croissance en Europe, François Hollande en fait sa priorité depuis longtemps.

« L'Europe se rapproche des positions de Hollande », estime Mediapart .

Est-il en train de devenir « Le chouchou de Bruxelles ? », comme le demande Libération ce matin ? « Il rassure les partenaires de la France. Sa volonté de croissance vient de trouver des alliés inattendus », écrit François Sergent dans l'éditorial. Libé poursuit : « Esseulée, Angela Merkel pourrait virer de bord ». Elle se rallie au projet d'un salaire minimum au niveau fédéral en Allemagne affirme Le Figaro .

« Monsieur le président, dessine nous ta nouvelle Europe » titre La Tribune , hebdomadaire, en kiosque pour la 3ème semaine et en s'adressant aux deux candidats.

Chouchou de Bruxelles François Hollande ? En tout cas pas de toute l'Europe. L'hebdomadaire britannique et libéral The Economist lui consacre sa Une cette semaine, sous ce titre : « Le plutôt dangereux Monsieur Hollande. »

Courrier International propose cette semaine deux éditions : l'une avec Hollande en couverture. "L'ascension d'un champion tranquille vu par la presse étrangère". Résumé selon Courrier : « La presse de gauche européenne se prend à espérer qu'il enfoncera un coin dans la politique d'austérité. Mais elle ne se fait pas d'illusion sur sa marge de manœuvre. Il reste un présidentiable par défaut dont le plus sûr atout est l'impopularité de Sarkozy. »

Et en ce qui concerne le président sortant c'est « L'ultime combat d'un champion groggy vu par la presse étrangère ». Résumé dans Courrier : « la percée de Marine Le Pen montre à quel point il perdu en crédibilité. Salué par la presse internationale pour son audace et sa pugnacité, il paie au plan intérieur les erreurs accumulées au fil de son mandat. En pleine crise de l'Euro, la presse européenne redoute sa défaite. »

Nicolas Sarkozy à la Une du Figaro ... et de L'Humanité .

Légitime défense, il veut renforcer les droits des policiers titre le Premier.

Et dans L'Huma , c'est Pierre Laurent, numéro 1 du parti communiste qui parle en première page : l'urgence c'est de battre Sarkozy. L'Huma qui persiste et signe : le quinquennat a été marqué par des inspirations empruntées à l'idéologie et la politique pétainistes.

Dans la série, « ils n'aiment pas tellement-tellement le président sortant » : Politis : « La menace Sarkopen ». Marianne , en kiosque demain : « La honte de la Vème République ».

Dans un autre registre l'hebdomadaire Challenges passe les argumentaires des deux candidats au scanner. Qu'est ce qui est vrai, qu'est ce qui est faux.

D'autres brèves de campagne : le site atlantico.fr affirme détenir une note policière sur la conférence de Tariq Ramadan le 11 mars dernier à Lyon. Il aurait bien appelé à voter pour Hollande ou pour un parti qui serve l'Islam. Tariq Ramadan a démenti un tel appel.

Et puis dans L'Equipe , François Hollande parle de sport, comme le font les deux candidats au micro de Jacques Vendroux sur franceinter.fr .

Aux journalistes de L'Equipe , il dit : "Vous ne savez pas ce que m'apporte L'Equipe un jour d'élection. C'est long d'attendre les résultats. Le 6 mai, je vais dévorer L'Equipe . Je ne vous promets pas d'en faire de même le 7.

A propos de sport, un coup d'œil aux sites d'information catalans. C'est devenu un réflexe en cette semaine de toutes les misères pour le Barça. L'entraineur Guardiola doit dire aujourd'hui s'il reste ou non dans le club. Que ce soit L'Avanguardia , Diarosport ou Mundodeportivo , tous parient sur un départ. Confirmation, ou non dans la matinée.

Quoi d'autre dans la presse ?

Les jolies contradictions d'une artiste. Isabelle Carré fait la Une de Psychologies Magazine . Ou comment une grande émotive a fini par monter sur scène. C'est étrange. Non dit-elle. Nous sommes nombreux dans ce cas. Le théâtre et le cinéma offrent un cadre. La force rassurante du cadre l'emporte sur la crainte d'être exposé. L'audace n'est pas étrangère aux grands timides.

Leçon de vie tout en sourire et douceur. Elle voulait être danseuse. Elle est devenue actrice. S'acharner dans une voie au nom d'un désir même très fort ne suffit pas. Il suffisait que je regarde dans le sillon juste à côté. Cette jeune maman se dit heureuse de prendre de l'âge. La trentaine a été un très bel âge, la quarantaine encore davantage. Même s'il semble interdit aux femmes de se réjouir de vieillir, mois je suis très heureuse de voir les années qui passent.

Bon week-end.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.