C'est un chevalier à la triste figure... Il est en armure et il chemine sur une Haridelle... Derrière lui il ne traîne pas son fidèle écuyer Sancho Panza... mais un âne, sur lequel est juché un SDF avec sa tente rouge... C'est le dessin de Plantu en Une du Monde daté d'aujourd'hui... et vous avez reconnu le chevalier de la Mancha, Don Quichotte, qui chevauche en direction d'un moulin à vent... Ce moulin a la forme d'une urne cadenassée... Et Plantu a écrit sur la porte du moulin : "Promesses électorales"... De ces promesses, que le vent emporte, comme il fait tourner les ailes du moulin... "Les enfants de Quichotte", on les voit partout dans vos journaux ce matin... Sous les tentes rouges de l'association du même nom... ou sous les tentes bleues de Médecins du Monde... Celui qui a relancé le combat s'appelle Augustin Legrand... Et c'est un acteur de 31 ans... Il tient le rôle de sa vie, écrit Jean-Marc Philibert dans Le Figaro... Sa ressemblance avec le héros de Cervantes est même frappante... Dans une interview à Libération, Augustin Legrand précise d'ailleurs qu'il va reprendre son activité de comédien la semaine prochaine... et partir sur un tournage en Afrique du Sud... Mais l'association continuera sans moi, ajoute t-il, je ne suis pas l'Abbé Pierre... On se souvient tout de même que dans un journal de 13 heures sur France Inter, la semaine dernière, Augustin Legrand nous disait qu'il voulait refaire "Hiver 54"... Dans l'éditorial de Libé, Pierre Haski se demande ce matin si "les enfants de Don Quichotte" ont bien réfléchi au "coup d'après"... C'est-à-dire, après avoir remis les SDF au coeur du débat grâce aux tentes rouges Canal Saint-Martin... Comment travailler à long terme et pérénniser cette action ponctuelle... Le Canal Saint Martin, c'est là que l'on avait tourné "Quai des Brumes" il y a 50 ans... Libération titre ce matin en Une : "Quai des exclus"... Dans Le Figaro, Alexis Brézet parle d'un faux procès et d'un vrai scandale autour de cette croisade estimable... "Il y a loin du dire au faire" écrit Brézet en citant Cervantès dans le texte... La compassion n'est pas toujours le plus court chemin vers l'action... surtout si elle débouche sur un faux procès aux pouvoirs publics, injustement accusés d'indifférence... En revanche, le vrai scandale, poursuit Brézet, c'est que les entreprises, accablées de charges et de contraintes, rechignent à recruter des milliers de gens non qualifiés... Pourtant, la pauvreté recule, constate Pierre Fréhel dans Le Républicain Lorrain... Elle recule selon l'INSEE... Mais la précarité, elle, avance... Et la baisse du chômage constatée ces deux dernières années s'explique AUSSI, dit Pierre Fréhel, par l'augmentation des petits jobs à temps partiel qui n'offrent qu'une FRACTION du SMIC... Eh, oui, aujourd'hui, un tiers des SDF ont une activité professionnelle... Alors, que faire tout de suite ?... Le Parisien Aujourd'hui en France a interrogé quelqu'un qui s'y connaît, parce qu'il a vécu cette galère, c'est Jacques Derot, un ancien sans-abri, qui a écrit un livre qui cogne sur le sujet : "Salauds de pauvres"... Moi, dit Derot, je milite pour la construction de ce que j'appelle "les chalets de l'espoir" sur les terrains en friche de la capitale... Des petites structures qui coûteraient beaucoup moins chers aux pouvoirs publics qu'une chambre dans un hôtel miteux"... La mairie de Paris, poursuit Derot, a peur que cela créé des ghettos... Certes, mais si on ne fait rien, ça va exploser... Je comprends, dit Derot, qui connaît le parcours, que des sans-logis refusent d'aller dans des structures indignes comme celle de Nanterre, où on loge et nourrit les gens comme des cochons... Alors, lui demande Vincent Mongaillard, "zéro SDF en France c'est possible" ?... Mais non, répond Jacques Derot... On ne réussira qu'à en sauver une partie... Certains sans-logis préfèreront toujours dormir sur un carton, même si vous leur offrez le château de Versailles... Le front de la Présidentielle est calme ce mercredi matin dans vos journaux... C'est tout juste si Libération mentionne que l'avocat, Arno Klarsfeld, devrait être l'un des portes-parole du candidat, Nicolas Sarkozy... En Une de France Soir, il y a Bernard Kouchner, qui partage la première page avec Miss Amérique qui disjoncte, nous dit le journal, et un tueur d'animaux qui empoisonne les chats dans la région de Dunkerque... Alors que fait le French Doctor en un tel équipage ?... Eh bien, le French Doctor est en panne, titre France Soir sur la photo de Une de l'ancien ministre... A l'intérieur, Thierry Klajman explique que Monsieur Kouchner fait partie de ceux qui du docteur Schwartzenberg à Simone Veil, ont toujours bénéficié d'une énorme cote de popularité, mais n'ont jamais réussi à la transformer en capital électoral... "Il est minuit, docteur Kouchner"... titre France Soir en page 9... Et le docteur, non sollicité par Ségolène Royal, a évoqué récemment l'hypothèse d'un gouvernement d'union nationale sous la présidence de Nicolas Sarkozy... Gouvernement d'union auquel apparemment il serait sensible... Eh oui, dit France Soir, mais l'image de Bernard Kouchner, c'est l'homme aux sacs de riz... et elle lui colle à la peau... Le sac de riz, c'était il y a près de 15 ans en Somalie... Et voilà que la Somalie revient à la Une de vos journaux ce matin, avec cette guerre incroyable dans la Corne de l'Afrique, où les plus pauvres de la planète se battent entre eux... Aux dernières nouvelles, l'aviation éthiopienne est intervenue contre la Somalie, en bombardant les positions tenues par les tribunaux islamiques, notamment à Mogadiscio... "C'est le réveil d'une vieille tumeur africaine" écrit Jacques Guyon dans La Charente Libre... Dans le classement du développement fait par l'ONU, l'Ethiopie est 170ème et la Somalie n'est même pas répertoriée... C'est un pays complètement destructuré et en faillite, rappelle Jean-Claude Souléri dans La Dépêche du Midi... "Il n'y a pas d'Etat, c'est un trou noir", selon la formule de Kofi Annan... Dans Le Monde daté de ce mercredi, la correspondante à Washington, Corinne Lesnes, explique que le soutien de Bush à l'intervention éthiopienne ne fait pas l'unanimité dans la capitale fédérale... On se souvient en effet qu'après l'épisode du sac de riz, il y a 15 ans, l'opération humanitaire en Somalie avait mal tourné... Les chefs de guerre somaliens avaient notamment abattu un fameux hélicoptère américain Blackhawk, et trainé son équipage au bout de picks-up dévalant les rues de Mogadiscio... Ridley Scott en a fait un film remarquable... "La chute du faucon noir"... L'ironie de l'histoire, c'est qu'aujourd'hui les Etats Unis soutiennent ces MEMES chefs de guerre qui les avaient humiliés il y a 15 ans... Ils les soutiennent parce qu'il y a pire : les tribunaux islamiques... Pour Washington, ces tribunaux, ce sont les talibans de Somalie, et derrière eux se profile l'ombre d'Al Qaida... Mais comme je vous le disais, cette vision des choses inquiète des gens sérieux à Washington... Dans Le Monde, Corinne Lesnes reprend les propos d'un expert de l'International Crisis Groupe, Matt Briden, qui dit que la politique de son gouvernement relève de la prophétie auto-réalisatrice... En voulant considérer l'imbroglio somalien comme un nouveau front dans la guerre contre le terrorisme... Eh bien, l'Administration est en train de CREER un nouveau front dans la guerre anti-terroriste... Un nouvel abcès de fixation... comme si l'Irak et l'Afghanistan ne suffisaient pas... De l'Irak, ce matin, vos journaux ont retenu deux nouvelles... D'abord ce décompte macabre des pertes américaines qui a dépassé hier le nombre des victimes du 11 septembre... Le 11 septembre, il y a eu 2.973 morts... Eh bien, depuis trois ans et demi en Irak, il y a eu encore plus de soldats américains tués là-bas... et il y en a tous les jours un peu plus... Saddam Hussein est en Une du Figaro avec ce titre : "Il sera exécuté, et plus précisément pendu dans les 30 jours"... Mais sa mort ne changera rien au chaos de l'Irak, écrit ce matin Hervé Chabaud dans l'Union... Au fait, si Saddam avait été jugé par la justice internationale, il aurait échappé à la peine de mort... De même, d'ailleurs, qu'avec la justice française... Eh bien, en page 2 des Echos, il y a une information de Valérie de Senneville qui explique que Jacques Chirac voudrait pérenniser l'interdiction de la peine de mort en France en l'inscrivant dans la Constitution... Soucieux de sculpter son image d'un président humaniste, le chef de l'Etat voudrait profiter de la convocation du congrès qui, au début de l'année, doit modifier le statut pénal du Président et le corps électoral de La Nouvelle Calédonie... Et faire ajouter un article simple qui dirait que "nul ne peut être condamné à mort"... Allez, on termine sur des jolies choses... Par exemple, les photos d'Eugène Atget, l'un des plus fameux photographes français des années 1900... Au printemps prochain, la bibliothèque nationale de France va lui consacrer une grande expo car il est né il y a 150 ans... Mais, dès maintenant, dans Paris, vous pouvez voir dans la galerie Karsten Greve de la rue Debelleyme une magnifique expo de 49 photos tirées par Atget lui-même... C'est Libération qui lui consacre ce matin une double page avec une vue du Pont-Neuf à Paris en 1911... Une vue d'un escalier à Saint-Cloud en 1906... Atget était le photographe préféré des surréalistes... Il est mort, pauvre, en 1927... Mais ses photos valent aujourd'hui une fortune... Ce que la galerie Greve montre en ce moment est à vendre... Il s'agit de 49 tirages originaux avec un pedigree impeccable puisqu'ils viennent du Moma à New-York, le musée d'Art Moderne... Libé titre "Très cher Atget" et parle de prix frémissants, mais sans donner de chiffres... comme si c'était politiquement incorrect de donner du prix à l'art... Eh, bien, sachez qu'une photo d'Eugène Atget, tirée par lui-même ou Bérénice Abott, peut valoir au bas mot 100.000 euros... et je viens d'en voir une autre dans une galerie de la rue Quincampoix à Paris à 380.000 euros... ça vous paraît cher pour un cadeau de Noël... Mais si on vous l'offre et que vous n'en êtes pas content, revendez votre cadeau sur internet... Le Parisien, ce matin, consacre une page à ce marché parallèle des cadeaux refusés et recyclés sur la toile... Moi, je vous promets une chose, si vous vous cotisez pour m'offrir une photo d'Eugène Atget, eh bien je ne la revendrai pas... Bonne journée...

Patrick BOYER

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.