La lettre d'un ouvrier du XIXe siècle retrouvée dans un chantier de rénovation, la Croix, le Bien public. Des femmes de ménage ukrainiennes exploitées à Paris, qui accusent... la maman du jeune Yuryi: vertige dans Libération. L'université de Bordeaux rend le gout et l'odorat aux travailleurs du vin covidés, Sud-Ouest.

Une photo publiée par l'Agence spatiale européenne le 27 juin 2018 montre une impression d'artiste du premier objet interstellaire découvert dans le système solaire, `Oumuamua.
Une photo publiée par l'Agence spatiale européenne le 27 juin 2018 montre une impression d'artiste du premier objet interstellaire découvert dans le système solaire, `Oumuamua. © AFP / AFP PHOTO / ESA / Hubble / NASA / ESO / M. Kornmesser

On parle d'un visiteur...  

Que nous avons repéré en octobre 2017 aux confins de notre système solaire, nous l'avions baptisé Oumuamua, ce qui signifie éclaireur en langue hawaïenne, éclaireur parce que cette objet venait d'un autre système, un visiteur interstellaire.  Et aujourd'hui un homme nous dit que cet éclaireur prouve que nous ne sommes pas seuls, Oumuamua aurait été une balise d'observation envoyée il y a des millions d'années par une civilisation disparue.  Et comme cet homme est un grand astrophysicien bardé de titres et de projets - il dirigea le département d'astronomie de Harvard - on s'arrête pour écouter Avi Loeb en interview dans Télérama..
Juste au moment où dans le monde entier il publie un livre, "Extraterrestre, le premier signe d'une vie intelligente".
Chez nous, c'est au Seuil, maison sérieuse, aux Etats-Unis le New York Times chronique le livre avec sérieux et le New Yorker sérieusement aussi raconte les équations d'autres scientifiques qui savent que nous ne sommes qu'une planète ordinaire près d'une étoile ordinaire, et ailleurs la vie a dû éclore.

A Télérama, Loeb explique, que le comportement de Oumuamua ne cadrait pas avec ce que l'on sait des comètes. L'objet reflétait la lumière solaire avec trop d'intensité, il ne laissait pas derrière lui une queue vaporeuse, et surtout il avait changé de trajectoire en accélérant comme repoussé par la lumière du soleil... Et de ce comportement Avi Loeb a construit son hypothèse, il l'affine publiquement depuis deux ans.
Oumuamua ressemblait à une crêpe, très large, très mince un demi-millimètre d’épaisseur, et se comportait comme une voile, Oumuamua était conçu pour que la lumière des étoiles rebondisse sur lui comme le vent sur les voiles d'un bateau. Et cette voile solaire aurait été envoyée jadis par une autre civilisation, elle veillait dans le noir spatial quand elle a été croisée par notre système solaire.   

On peut prendre cela comme de la poésie enjouée, Avi Loeb sur les photos de Télérama a l'air d'un homme joyeux, il déborde d'envie, il dit qu'Oumuamua est une chance, qui doit nous rendre modestes, et nous réveiller à l'immensité, Loeb travaille à une voile solaire terrienne, plein de voiles solaires que nous pourrions envoyer rebondir sur le étoiles, et pourquoi pas chargées de nos ADN, afin de nous disséminer tels les pissenlits, au-delà de nous.
Face au scepticisme, Loeb se souvient de Pascal, nous avons tout à gagner en acceptant l'idée d'une intelligence extraterrestre, et il se souvient de Galilée, qui prouva que la Terre tournait autour du soleil, mais que les savants de son temps ne voulurent pas regarder dans sa lunette, Avi Loeb ne prétend pas être Galilée, mais nous, pensons-nous qu'il l'est ?  

Dans la Croix, qui reprend une merveille découverte par le Bien public, on trouve un autre objet qui a traversé le temps. En rénovant une chapelle du XVe siècle à Dijon, un ouvrier, Victorien Coille a découvert une lettre écrite le 10 aout 1856 par un autre ouvrier nommé Godard Nicolas qui rénovait déjà la chapelle et qui avait voulu laisser un témoignage, il régnait alors a Dijon "la plus grande misère" écrivait-il et nous le lisons au temps de la Covid, Godard racontait sa vie, cet ancien combattant de la guerre de Crimée aimait les mots, il avait transcrit sur son témoignage ces vers de Racine.  "Celui qui met un frein à la fureur des flots sait aussi des méchants arrêter les complots". Y a -t-il un autre Racine au-delà de la voie lactée ?   

On parle aussi de femmes de ménages...  

Des femmes ukrainiennes que raconte Libération, recrutées parfois dans leur pays ou parfois dans une église ukrainienne à Paris par une société de service, qui les faisait travailler dans des logements exploité sur Air BnB par une autre société. Sous cet empilement de prospérités  où les responsabilités patronales se diluent, nos femmes de ménages souffraient,  sillonnant paris chargées de linge et de matériel, mains creusées de détergents, le corps en souffrance, surveillées, notées, forcées de photographier chaque tache accomplie, pas bien payées et pas toujours disent-elles, et privées de leurs droits sociaux par des contrats mal rédigés...  La CGT s'est saisie du dossier et une enquête est en cours, mais cette histoire prend une dimension surréelle quand on lit ceci. La patronne qui recrutait ces femmes en leur promettant une régularisation, et leur disait qui leur disait qu'elle n'avait pas d'argent pour les payer, s'appelle Nataliya Kruchenyk, elle est la mère du jeune Yuryi, l'adolescent lynché vendredi dernier à Paris... Les femmes de ménage se demandent si la pitié qu'inspire la maman vaut pardon à la patronne mais la coïncidence est vertigineuse. Nataliya Kruchenyk dit qu'elle se défendait encore cette semaine au commissariat du XVe arrondissement. Où l'on enquête aussi sur le drame de son fils.   

Sur le site du Figaro, autre vertige, on lit de sources "proches de l'enquête", que Yuriy était connu des services de police pour des faits de petite délinquance, et l'on raconte la rivalité d'une bande de Vanves et d'une bande du XVe, Yuriy en était-il? Il a été opéré des yeux hier, et il a été ému du soutien d'Antoine Griezmann.  

On parle enfin d'un homme d'influence. 

Un jeune homme dont parle la Voix du Nord, Youtubeur vedette, Gaspard Guermonprez, dit Gaspard G, 23 ans, il est d'Englos dans le Nord, il a vécu à Montréal, jeune homme d'aujourd'hui qui avait commencé par des blagues en ligne, mais qui désormais (allez voir sa chaine), part à Dubaï pour dénoncer le sort des immigrés... Il est donc un média, qui témoigne des autres, et ayant reçu des milliers de témoignages, il a raconté dimanche les jeunes gens au piège de la Covid, deux millions de vues, la Voix du Nord dit que le premier ministre Castex l'a appelé... Gaspard G est un media que le pouvoir connait, on lui avait reproché une vidéo avec Jean-Michel Blanquer, il se révèle plus libre plus précieux que cela, quand en haut lieu, disent les Echos, on se préoccupe de nos épuisements.  

L'Humanité raconte les ouvriers d'une raffinerie de Total, GrandPuits, voué à devenir une usine de bio carburants mais au pris de tant d'emplois, les syndicats doutent et réfléchissent  avec des mouvements écolos à une transition juste.  

Dans Sud-Ouest, je lis que l'université de Bordeaux  accompagne des travailleurs du vin qui ont perdu le gout et l'odorat dans la Covid, il faut de la patience, des huiles essentielles, et sentir dans sa tête des parfums d'enfance avant de les éprouver vraiment...

Contact