En 40 ans de vie politique, jamais peut-être Jacques Chirac n'a eu dans la presse un article aussi louangeur, un article quasiment amoureux... Il faut ouvrir "L'Orient-Le Jour", à Beyrouth, pour le lire... Les mots de Ziad Makoul sont repris cette semaine dans "Courrier International"... "Lorsque le Liban saigne, Chirac n'est jamais bien loin"... Et voici ce qu'écrit Ziad Makoul : "L'Hexagone est trop petit pour lui... Rien ne vaut, pour le poète, le monde, seul espace dans lequel il peut déployer ses ailes... Rien ne vaut ce don, qu'il fait aux autres sur les cinq continents, de cette très haute idée qu'il a d'une France pilier... Aux bottes texanes, les Libanais préfèrent de loin des escarpins en soie Yves Saint-Laurent... Ils attendent de la France et de Jacques Chirac une compréhension bien plus subtile des spécificités orientales... Les Libanais attendent de la France qu'elle déracine le mal tout en préservant le Liban"... L'attente est énorme... Elle est sans doute déçue, ce matin, après la Conférence de Rome sur le Proche-Orient... L'appel à un cessez-le-feu immédiat de Jacques Chirac, hier dans les colonnes du "Monde", n'a pas été entendu... Cette Conférence a même été "un feu vert à la guerre", pour "Libération"... Au terme d'une matinée de discussions au ministère des Affaires étrangères italien, les participants ne sont même pas parvenus à s'entendre pour demander un arrêt urgent des hostilités... Il est urgent d'attendre... Dans "La Charente Libre", Dominique Garraud essaie d'expliquer ce que beaucoup de journaux qualifient "d'échec"... "La division des participants à la Conférence hier... Européns et ONU pour un cessez-le-feu immédiat... Américains et Israéliens pour un cessez-le-feu uniquement dans le cas d'une neutralisation totale du Hezbollah... Comme toujours quand il s'agit de l'Orient compliqué, la diplomatie avance bien plus lentement que les bombes et les missiles"... Une fois de plus ce matin, l'armée israélienne n'a pas bonne presse dans les journaux français... Dans "Paris Match", reportage photo au Liban, sur les routes sanglantes de l'exode... La première photo est terrifiante : une maman est en train de mourir dans les bras de son fils... Il a de la poussière sur les yeux, du sang sur son T-shirt rose déchiré, et un rictus de souffrance... Il tient le poignet de sa mère, qui a le visage couvert de sang séché, et qui est en train de mourir... "Maman, s'il te plaît, ne t'endors pas !"... Evidemment, la bavure d'hier : quatre membres de l'ONU tués dans un raid israélien sur leur poste, au Sud-Liban, ne fait rien pour arranger la réputation de l'armée... D'ailleurs, est-ce une bavure ou un acte délibéré ?... "L'Humanité" pose la question, et "Le Figaro" a mené l'enquête... Plusieurs éléments plaident pour un acte délibéré... D'abord la parfaite connaissance d'un terrain longtemps occupé par Israël et surveillé nuit et jour par des drones... le fait que les positions de l'ONU au Sud-Liban soient clairement identifiées... Enfin, selon le commandement de la force de l'ONU, les observateurs dans le poste bombardé auraient tenté de contacter à dix reprises l'état-major israélien pour faire cesser les tirs, mais en vain... Les Israéliens rejettent très vivement ces accusations... L'armée et le gouvernement israéliens ont mauvaise presse... Dans son dossier de la semaine, "Courrier International" donne la parole aux journalistes israéliens... "Pourquoi nous haïssent-ils tant ?", se demande un journaliste du quotidien "Yediot Aharonot"... Il ne s'agit évidemment pas de la presse française, mais du climat au Proche-Orient... Comme une explication à l'attitude de l'Etat hébreu au Liban depuis plus de deux semaines... "Pourquoi nous haïssent-ils tant ?... Je ne parle pas des Palestiniens, écrit Yaïr Lapid... Le conflit qui nous oppose à eux est réel... Sans chercher à savoir qui a raison, il est évident qu'ils ont des motifs véritables de ne plus supporter leur sort... Mais les ennemis que nous affrontons aujourd'hui échappent à notre logique... Pourquoi le chef du Hezbollah, adulé par des dizaines de milliers de partisans, risque-t-il sa vie pour se battre contre un pays peuplé de gens qu'il n'a jamais rencontrés ?... Pourquoi les enfants d'Iran, qui ne pourraient pas distinguer Israël sur une carte tant notre pays est petit, brûlent-ils son drapeau sur les places de leurs villes ?... Pourquoi les Syriens acceptent-ils de vivre comme dans un pays du tiers-monde, misérables et sans espoir, en échange du privilège douteux de financer des groupes terroristes ?... Que leur avons-nous fait ?... Pourquoi le Président iranien a-t-il déclaré qu'Israël est le problème central du monde musulman ?... Il y a plus d'un milliard d'êtres humains dans le monde musulman... La majorité d'entre eux vivent dans des conditions terrifiantes... Comment pourrions-nous être leur principal problème ?"... Entre la guerre au Liban, celle à Gaza qui continue et, sur un tout autre plan, la canicule, les journaux éprouvent parfois le besoin de souffler... C'est le cas du "Parisien" ce matin, qui s'intéresse "aux vacances des Français"... Et la saison touristique paraît bien partie, d'après les premiers bilans... Les entreprises de voyages enregistrent beaucoup de réservations de dernière minute... Et beaucoup de Français ont fait, cette année, le choix de rester dans leur pays... Côte Antlantique, Midi, région parisienne : ce sont les grands gagnants classiques de juillet... Mais les zones rurales ou de moyenne montagne voient aussi pas mal de touristes, pour peu qu'elles abritent un site historique ou culturel fort, ou encore un des plus beaux villages de France... La saison est bien partie... "Le Parisien" voit trois explications à cela... D'abord un "effet Coupe du Monde" : beaucoup ne sont pas partis avant le dernier match, et une fois la compétition finie, ils se sont dit : "Pourquoi partir à l'étranger, alors que le soleil brille autant chez nous ?"... Raisons économiques ensuite : il est moins cher de partir une semaine à la campagne chez ses parents que pour un séjour au bout du monde... Enfin, selon "Le Parisien", la réduction de la durée moyenne des vacances joue aussi : à peine plus de 17 jours en 2004... Voilà qui handicape les excursions lointaines... Alors la canicule devrait nous laisser un peu de répit ces jours-ci... "Les orages arrivent : on va enfin souffler", se réjouit "La Montagne"... Mais "Les Echos" voient tout de même un mérite à cette fameuse canicule : elle soutient les soldes d'été... Un mois après le démarrage, les ventes, dans les boutiques d'habillement et d'accessoires et dans les grands magasins, continuent sur un bon rythme... Besoin de passer du temps dans des locaux climatisés, besoin de vêtements légers aussi... Et en plus, selon le directeur du Printemps Haussmann à Paris, la clientèle étrangère semble de plus en plus organiser sa venue dans la capitale en fonction des dates des soldes... L'inquiétude de "La Croix" : "La tentation du clonage thérapeutique"... Le quotidien nous apprend ce matin qu'un rapport parlementaire propose d'ouvrir pleinement la recherche sur l'embryon, et d'autoriser le clonage thérapeutique... C'est un rapport d'un député UMP... Actuellement, la loi interdit le clonage thérapeutique, et n'autorise la recherche sur l'embryon que de manière exceptionnelle, si elle est susceptible de permettre des progrès thérapeutiques majeurs... Mais le député Pierre-Louis Fagniez estime qu'elle est un des grands sujets de la science du 21ème siècle, qu'elle est indispensable pour développer tout un pan de la recherche sur le développement embryonnaire ou sur la meilleure connaissance de certaines maladies, comme Parkinson... "La Croix" souligne les problèmes éthiques que tout cela pose... Et le député Fagniez lui-même reconnaît qu'un consensus s'est dégagé pour l'instant pour considérer l'embryon cloné comme humain... Mais il considère qu'on ne pourrait le considérer comme tel qu'une fois implanté dans l'utérus d'une femme... Il se prononce donc pour le clonage thérapeutique, qu'il propose de rebaptiser "transfert nucléaire"... Dans "L'Est Républicain", une autre Une, qui ne traite ni de la guerre ni de la canicule : elle traite de l'affaire Clearstream... Alors, petit devoir de vacances... L'affaire Clearstream, rappel : des listes truquées de personnalités ayant soi-disant un compte dans cette présumée lessiveuse d'argent sale ont circulé... Sur certaines listes, le nom de Nicolas Sarkozy, et cette question : Dominique de Villepin a-t-il demandé à un ancien espion, le général Rondot, de creuser discrètement l'affaire ?... Selon "L'Est Républicain", le général Rondot vient d'adresser une lettre aux magistrats en charge de l'enquête... une lettre dans laquelle il revient une nouvelle fois sur des déclarations précédentes, et dans laquelle il dédouane une nouvelle fois le Premier ministre... "Jamais personne, écrit-il, ne m'a demandé de cibler Nicolas Sarkozy... Je suis même sûr aujourd'hui que son nom ne figurait pas sur les documents reçus"... Et selon lui, Nicolas Sarkozy a probablement su assez tôt, dès juin 2004, qu'il y avait une sale affaire... Imad Lahoud, celui qui est soupçonné d'avoir falsifié les listings Clearstream, a affirmé d'être très proche de collaborateurs directs de Nicolas Sarkozy... Imad Lahoud l'avait même rencontré en juin 2004... Grands dieux, Seigneur !... Le vignoble de Margaux est menacé par une autoroute !... Margaux, c'est l'un des nectars du Bordelais, un vin d'exception à la renommée internationale... Et "Le Figaro" s'inquiète ce matin : un projet d'autoroute aux portes du vignoble est étudié... Le quotidien donne la parole à plusieurs propriétaires de châteaux et viticulteurs... Ils soulignent tous les dangers que représente le béton pour le Cabernet-Sauvignon de Margaux... Avec la construction de l'autoroute, le terroir risque d'être bouleversé... La pollution que provoquera le passage des voitures et des camions les inquiète forcément aussi... Or, le terroir est extrêmement fragile... Il est alimenté en eau par un subtil équilibre entre la nappe phréatique, des petits ruisseaux et les zones humides restantes... Déjà, la construction de la voie ferrée, il y a un siècle, a modifié les parcelles... Et le président du Syndicat viticole affirme qu'un simple fossé creusé à proximité de ces cépages a tué des pieds de vigne... En tout cas, nul doute que dans les vignes de Margaux, réside une certaine idée de la France... Cette France qui, justement, s'est beaucoup interrogée sur son identité cette année, entre les émeutes dans les banlieues et le débat sur son passé colonial... Pour revenir à froid sur ces événements, "Le Monde" publie une série d'été, intitulée "Une certaine idée de al France"... Des personnes plus ou moins connues donnent leur définition... Aujourd'hui, l'écrivain Vincent Cespedès... Et en pleine guerre au Liban, ses paroles ont un écho particulièrement fort... "Ce qui est très français, dit-il, c'est l'héritage qui consiste à faire une Constitution en pensant au monde, à l'univers... Il y a l'idée de légiférer pour l'universel... Et la crise des banlieues exprime un dilemme, entre une aspiration au mélange et une République qui ne tient plus ses promesses... Si la France était un personnage de roman, dit-il, ce serait Don Quichotte, car ce n'est plus un personnage espagnol... Autrement dit, c'est devenu une figure universelle"... Don Quichotte, c'est aussi le personnage qui se bat contre des moulins... Les habitants des banlieues et les Libanais qui en appellent à la France en ce moment en attendent sans doute beaucoup plus... Bonne journée !

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.