"Tout le monde aime Carla"... C'est le Daily Telegraph qui le dit haut et fort ce matin... Le quotidien britannique se demande même si Carla Bruni-Sarkozy ne serait pas la nouvelle princesse Diana... si elle ne va pas devenir la reine des coeurs... Alors le Daily Telegraph va très loin... Mais en même temps, il est révélateur de la tendance de la presse européenne, ce matin, à n'avoir d'yeux que pour la femme du Président français... La visite d'Etat à Londres, c'est d'abord la tenue de Carla Bruni-Sarkozy... The Independent note que, contrairement à Cécilia qui s'habillait de marques italiennes, Carla, elle, portait un ensemble Dior, de la collection Automne 2008... Et le quotidien prévient ses lectrices : "Il ne sera pas disponible dans les magasins avant deux mois"... Alors la plupart des commentateurs voient dans le style Carla du Jackie Kennedy... Pour le Guardian, dans sa tenue grise, Carla, c'est "deux-tiers Jackie, un tiers lycéenne"... Dans L'Eclair des Pyrénées, Philippe Reinhard se souvient que "lorsque le Président Kennedy était venu en voyage officiel à Paris, il avait déclaré : 'Je suis l'homme qui accompagne Jackie'... On retiendra peut-être que Nicolas Sarkozy était l'homme qui accompagnait Carla à Londres"... Pas de doute pour Philippe Larue, dans La Provence... "La French touch de Carla l'Italienne peut aider le Président à séduire à l'étranger... Mais, prévient quand même l'éditorialiste, la politique intérieure et internationale n'est pas seulement affaire de révérences, de protocole, de calèches, de longues jambes et de tapis rouges"... Cette politique internationale, elle est aussi affaire de discours... Et là, pas de doute, c'est Nicolas Sarkozy qui s'est fait applaudir à Westminster... "Ce n'est pas un mince exploit, analyse Joseph Limagne dans Ouest-France... surtout qu'il s'est fait applaudir sur le thème d'une plus grande adhésion de l'Angleterre à l'Union européenne... Pour convaincre les Anglais de n'avoir pas un pied dedans, un pied dehors, le Président de la République les a caressés dans le sens du poil"... C'est aussi ce que dit, en Allemagne, Die Welt... "Pour les Britanniques, Nicolas Sarkozy trouve les mots qui réchauffent"... un titre qui fait écho à quelques analyses que vous pourrez lire également dans la presse française... Michel Richard, dans Le Midi Libre... "Depuis toujours, Nicolas Sarkozy pense que la relation franco-britannique n'est pas à la hauteur de ce qu'elle devrait être... victime d'une relation franco-allemande que le Président juge, sinon envahissante, du moins exagérée"... "Entre l'Angleterre et l'Allemagne, le Président de la République a choisi"... C'est le point de vue d'Alain Barluet, dans Le Figaro... "En disant hier que 'l'axe Paris-Berlin, c'est fondamental, mais ce n'est pas suffisant', Nicolas Sarkozy s'est offert un petit plaisir en taclant la Chancelière Angela Merkel, qu'il ne porte décidément pas dans son coeur"... "C'est un coup de canif dans le contrat scellé depuis plusieurs décennies entre Paris et Berlin", explique également Thomas de Rochechouart, dans France Soir... pour qui "le couple franco-allemand pourrait avoir du mal à se remettre de cette infidélité"... Et c'est vrai que la fraternité franco-britannique, appelée de ses voeux par Nicolas Sarkozy, fait la Une du Times, du Financial Times, du Guardian... bref, de la quasi-totalité de la presse britannique, toutes tendances confondues... The Independent, par exemple, applaudit ainsi : "Le Président bling-bling français Nicolas Sarkozy s'est fondu dans le moule de l'homme d'Etat, avec cette vision ambitieuse d'une nouvelle fraternité franco-britannique pour le XXIème siècle"... C'est ce que Le Figaro appelle, en France, "la lune de miel franco-britannique"... "A Westminster, Nicolas Sarkozy fait l'éloge du frère britannique", constate également Libération... Dans L'Indépendant du Midi, Bernard Revel est moins enthousiaste... "Nicolas Sarkozy n'a guère innové dans son appel à une nouvelle fraternité entre les deux pays... Son prédécesseur l'avait déjà fait 12 ans plus tôt, citant ce vers de Victor Hugo : 'L'Angleterre, toujours, sera la soeur de la France'"... Cet appel à la fraternité, Chantal Didier, dans L'Est Républicain, l'explique par la présidence française de l'Union européenne, à partir du mois de juillet... Durant sa présidence, "Paris veut avancer sur la défense européenne... ce qui implique d'y associer le Royaume-Uni, seul pays dont l'effort militaire s'apparente à celui de la France"... Reste à savoir, s'interroge Pierre Rousselin dans Le Figaro, si Gordon Brown saisira la main tendue... "Et maintenant, la guerre ?"... C'est la question en titre de l'éditorial de Sud-Ouest... Frank de Bondt revient sur la décision, officialisée hier à Londres, de renforcer la présence militaire française en Afghanistan... "Sans doute est-ce le signe de la volonté du chef de l'Etat de redonner à la France toute sa place dans l'OTAN... Mais cela vaut-il le risque de s'enliser dans un merdier ingérable ?", s'interroge l'éditorialiste, qui réclame qu'au moins un débat puisse avoir lieu, sur cette intervention militaire, à l'Assemblée Nationale... L'Afghanistan, où "les aides ne sont pas à la hauteur des promesses"... C'est à lire dans Le Monde... qui explique que 10 milliards de dollars, sur les 25 de l'aide internationale promise, n'ont pas été versés... Et 40% de l'aide reçue retourne en fait aux donateurs, puisqu'elle permet de financer les expatriés, les consultants... C'est ce que l'éditorialiste du Monde appelle "les désillusions afghanes"... Il encourage à rationaliser d'urgence cette aide internationale... car, constate-t-il, "quand l'argent arrive sur le terrain pour des projets bien conçus, les progrès sont réels"... L'Afghanistan en images... Là, c'est dans Paris Match, cette semaine... les photos d'une journaliste américaine, qui a suivi des opérations militaires dans la vallée de Korengal... Et le constat est là : "Un air de Vietnam", titre l'hebdomadaire... "Du sang, de la poussière et des larmes... Les insurgés, qui connaissent le terrain, ont presque toujours l'avantage... C'est un voyage au bout de l'enfer"... Portrait de GIs épuisés... Beaucoup prennent des psychotropes... Certains semblent au bord de la folie... Alors à lire également dans les journaux, ce matin... Deux autres grands sujets... D'abord le procès du couple Fourniret... "Les diaboliques face à leurs juges", titre Le Parisien-Aujourd'hui en France... "Que justice soit rendue aux familles", demande, en Une, L'Ardennais... Le procès s'ouvre aujourd'hui à Charleville-Mézières... Et tous vos journaux s'interrogent, comme L'Humanité, sur "l'ambiguïté des ressorts du couple"... Dans Le Figaro, les portraits de ceux qui organiseront les débats... "Un président des Assises qui vient du privé... un avocat général qui a connu le dossier dès le début... des avocats de la défense au rôle ingrat"... Le Monde, de son côté, explique "comment l'affaire Fourniret a fait évoluer les pratiques policières dans la traque des tueurs en série"... Autre sujet... Le dossier des retraites... La Tribune pose "les questions-clé de la réforme" du gouvernement... puisque "Xavier Bertrand reçoit aujourd'hui les partenaires sociaux, 4 ans après la loi Fillon de 2003"... "Cotiser pendant 41 ans : le sujet qui fâche", affiche, en gros titre, Ouest-France ce matin... A la Une également : "Croissance, budget, déficit : ceinture !", constate Libération, qui précise que "le ralentissement de l'économie pourrait contraindre le gouvernement à revenir sur certaines de ses promesse".... Les Echos tacle "le déficit public et la France" (qui) dévie nettement de sa route"... "Le déficit 2007 approche 2,7% du PIB", ce qui fait de la France "l'un des plus mauvais élèves de la zone euro" analyse Les Echos... Et puis, pour finir... succombons encore une fois aux 40 ans de Mai 68... Le Nouvel Observateur propose un sondage exclusif... "Les Français et 68"... un sondage CSA, où 74% des personnes interrogées pensent que 68 a eu un effet positif sur la société... 77% des personnes interrogées affirment même qu'en mai 68, elles auraient été plutôt du côté des étudiants et des grévistes... Ca ne mange jamais de pain de refaire l'Histoire... Et le slogan de 68 qui leur semble le plus d'actualité, c'est "Il est interdit d'interdire"... "Interdit d'interdire ?"... C'est la question en Une de Courrier International... L'hebdomadaire constate : "Tabac, alimentation, vitesse, sexe : les Etats veulent tout régenter"... Petit tour d'horizon européen... où un journaliste britannique se demande "dans quelle mesure l'Etat peut-il, ou doit-il, nous protéger contre nous-mêmes ?"... En Allemagne, un scientifique fumeur de pipe s'énerve contre "le sanitairement correct qui nous ramène au féodalisme"... En Russie, un commentateur moscovite prévient : "Attention à ne pas porter trop durement atteinte à des libertés individuelles si récemment et si chèrement acquises !"... Et un éditorialiste italien constate : "Freud avait raison : l'homme civilisé a fait l'échange d'une part de bonheur contre une part de sécurité"...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.