Le nombre fait-il la force ?... Rien n'est moins sûr, à la lecture de vos journaux ce matin... L'entrée dans l'Union européenne de la Bulgarie et de la Roumanie ne convainc guère... "L'Europe à 27 dès le 1er janvier", titre La Provence... Un "Oui, mais..." pour les Dernières Nouvelles d'Alsace... "Le temps des citoyens n'est pas celui des institutions... Le "non" français n'a pas arrêté la pendule européenne", constate Dominique Valès dans La Montagne... "L'admission de la Roumanie et de la Bulgarie, c'est un signal négatif adressé aux opinions publiques, qui auront le sentiment, pas complètement injustifié, que l'Europe, une fois de plus, se construit dans leur dos"... "Bruxelles dit "oui" à la Roumanie et à la Bulgarie... mais seulement, précise le Financial Times, aux conditions les plus dures jamais imposées... Bruxelles qui admet également que ça pourrait être la dernière expansion avant plusieurs années"... Oui, confirme The Guardian, "il y a comme une fatigue de l'élargissement... Une Union européenne à 27 pays, c'est près de 500 millions d'habitants, dont beaucoup ne savent pas vraiment à quoi sert ce club"... Deux nouveaux pays, 30 millions d'habitants en plus, et quelques problèmes supplémentaires... C'est le résumé de Jacques Guyon dans La Charente Libre... "Les précautions dont s'est entourée la Commission pour encadrer les nouveaux adhérents en disent assez sur les craintes qu'inspirent ces deux pays... L'Union a prévu une clause de surveillance permanente, pour avoir l'oeil sur la capacité de Bucarest et de Sofia à régler les problèmes de corruption, a éradiquer le fléau du crime organisé, à mettre aux normes des transports aériens très folkloriques... Par ailleurs, poursuit l'éditorialiste, les travailleurs de ces pays (ce sont eux désormais les plus pauvres de l'Union), ne devraient pas bénéficier avant 7 ans de la libre circulation dans le reste de l'Europe"... Oui alors ça, c'est sur le papier... Dans Libération, "les ouvriers roumains déjà européens"... Libération qui fait le constat "qu'en pleine croissance, la Roumanie manque de bras pour cause d'exode de sa main d'oeuvre vers les pays de l'Union... Entre 1,5 et 2 millions de Roumains seraient aujourd'hui en Italie, en Espagne, en Allemagne et en Irlande... un véritable handicap pour un pays qui connaît un boom économique : 8% de croissance, et un taux de chômage sous la barre des 5%"... Et Libération analyse : "si, en public, les dirigeants roumains veulent que leur pays soit traité comme les autres... en privé, ils reconnaissent qu'une nouvelle vague de départs serait un vrai problème... Il manque déjà 100.000 personnes dans le secteur du bâtiment, et nous aurions besoin de plusieurs milliers d'infirmières dans nos hôpitaux", explique l'un d'entre eux... "Et dans certaines régions de la Roumanie, on fait venir des ouvrières chinoises dans les entreprises textiles... D'autres sociétés embauchent des Moldaves, des Ukrainiens ou des Turcs... Bref, petit à petit, constate le journaliste de Libération, la Roumanie se prépare à devenir un pays d'immigration"... Le nombre fait-il la force ?... La réponse est toujours non... Sinon, les facs françaises seraient en meilleure forme... "Près de 2 millions d'étudiants vont effectuer leur rentrée universitaire... Et les facs, constate La Dépêche du Midi, sont en manque de moyens et surpeuplées"... "Des étudiants option fauchés", titre Libération... "Hausse des loyers et des frais d'inscription... Faible revalorisation des bourses... Les syndicats étudiants dénoncent la paupérisation... Le résultat, analyse le journal, c'est une inégalité croissante face aux études... Plus de 47% des étudiants sont contraints de travailler... Et selon une étude de l'UNEF, leur taux d'échec est de 40% supérieur à celui des autres... le syndicat étudiant qui demande des mesures d'urgence... Il réclame, rappelle Libé, une allocation d'autonomie pour tous les étudiants"... "Côté politique, le Parti Socialiste la prévoit dans son programme... François Hollande l'a même chiffrée : 1,5 milliard d'euros... Nicolas Sarkozy, lui, propose, pour améliorer la condition étudiante, de créer un système de prêt à taux zéro"... Et Jean-Michel Thénard, dans son éditorial, dénonce : "A chacun son endettement, plutôt que la solidarité pour tous"... Les priorités de la rentrée universitaires, ce sont Gilles de Robien et François Goulard, les ministres de l'Education et de l'Enseignement supérieur, qui les présentent dans La Croix... Et "contrairement à ce que disent certains, explique Gilles de Robien, les conditions de vie des étudiants s'améliorent... même si le point noir reste le logement"... Le constat des deux hommes : "les esprits sont mûrs aujourd'hui pour un rapprochement entre université et entreprise... 225 licences professionnelles voient le jour en cette rentrée... Ouverture également de 10 nouveaux départements d'IUT"... Alors voilà pour la fac, mais après ?... Que deviennent ceux qui veulent continuer et s'orienter vers la recherche ?... Dans Télérama, "le malaise des chercheurs"... une enquête titrée "Les éprouvés des éprouvettes"... "De Paris à Toulouse, les chercheurs s'interrogent sur leur avenir... dans un univers qui a changé, où il leur faut être compétitif... Et les plus menacés sont ceux qui s'échinent en recherche fondamentale... cette chose folle et bizarre en 2006, qui consiste à repousser les frontières de l'ignorance, pour le seul plaisir d'être un peu moins idiot"... "Ce n'est pas en améliorant la bougie qu'on a inventé l'électricité", s'énerve une chargée de recherche de l'Institut Pasteur à Paris... "On devrait être payé pour faire de la recherche... En fait, on est payé pour chercher de l'argent pour faire de la recherche"... Et même ceux qui ne sont pas totalement opposés au tour de vis du gouvernement reconnaissent que le rêve du pouvoir, c'est de démanteler le CNRS... Et pour ce faire, de nouvelles instances sont sans cesse créées... Du coup, le système est de moins en moins lisible... Et pourtant, nous avons besoin, disent-ils, d'une vraie recherche fondamentale pour affronter la Chine et l'Inde"... Et comme une conclusion, cette phrase d'un autre chercheur dans Télérama : "L'ignorance coûtera toujours plus cher que la recherche"... Ca, c'est un sujet sur lequel les chercheurs se sont penchés à la fin des années 90... Le lien entre l'utilisation de pesticides et la maladie de Parkinson... Les derniers travaux des scientifiques... des Américains en l'occurrence... montrent que l'exposition aux pesticides augmente le risque de Parkinson de 70%... Et pour la première fois, raconte ce matin Le Figaro, "un salarié agricole, atteint de la maladie de Parkinson, a été reconnu comme souffrant d'une maladie professionnelle... C'est une décision du Tribunal des Affaires sociales de Bourges... Réaction des professionnels de la chimie : "Il faut que les salariés soient bien protégés lorsqu'ils manipulent les pesticides... Ce qui n'est pas forcément le cas"... Bref, ils bottent en touche, et c'est de la faute des employeurs... Sauf que... des pesticides, on en trouve décidément partout... The Independent, ce matin, révèle que "des résidus ont été trouvés dans près d'un tiers de la nourriture des Britanniques... Et dans près de 2% des cas, ces traces chimiques dépassaient les limites maximales autorisées... Ce sont plus de 3.700 produits qui ont été passés au crible... Là où l'on a trouvé le plus de pesticides, c'est évidemment sur les fruits et les légumes... les fruits et les légumes destinés aux écoles, dans le cadre du plan "5 fruits et légumes par jour"... Des pesticides également dans la viande et la volaille, dans les céréales, la nourriture pour enfants, l'huile d'olive... et, le comble pour nos voisins anglais, dans le thé"... Et donc, pour en revenir au Figaro, "si les pesticides représentent un facteur favorisant dans certains cas la maladie de Parkinson, le nombre de malades en France pourrait bien augmenter... Déjà, cette maladie est la deuxième maladie neuro-dégénérative, derrière Alzheimer... 100.000 personnes sont atteintes dans notre pays"... Alors, si le nombre ne fait pas la force... Est-ce que la force est dans le parler-vrai ?... Peut-être, sur le principe, mais... est-ce encore du parler-vrai ?... Rien n'est moins sûr... C'est dans Le Canard Enchaîné : "La soudaine crise de nerfs de Sarko sur les flics du 9-3"... L'hebdomadaire satirique raconte... "L'insécurité a encore frappé dans le 93... Une vingtaine de commissaires se sont fait copieusement insulter le 20 septembre, en pleine Préfecture de Bobigny, et personne n'a bronché... L'auteur de cet outrage aux fonctionnaires de police a pourtant été formellement reconnu par les victimes... Il s'agit d'un certain Nicolas Sarkozy, lequel a invectivé, à coups de "crétins", "connards", "incapables" et autres amabilités, les responsables de la sécurité publique de la Seine-Saint-Denis, rassemblés ce jour-là... La réunion, explique encore Le Canard, avait été convoquée d'urgence, après la publication dans Le Monde d'une note adressée par le préfet du département au ministère de l'Intérieur, sur la hausse de l'insécurité"... "La colère de Sarkozy contre les policiers de Bobigny"... Le Figaro a tenté d'en avoir la confirmation... "Les insultes ont été démenties, explique le quotidien... Reste que la réunion a été assez hard, selon l'un des présents... Nicolas Sarkozy était très excité et énervé par la publication de la note du préfet... Il nous a dit : "Vous me trouvez en colère... Je suis plus que ça"... Cet épisode figurera peut-être dans un futur film à la télé... un film ou un documentaire... Parce que, explique Le Monde, "la télé est de plus en plus libre... Et les sujets brûlants se traitent sans autocensure... Ainsi, Canal + prépare des films sur l'affaire Elf, l'opération Turquoise au Rwanda, ou le parcours de jeunes Français partis en Irak... Arte proposera, de son côté, un film inspiré des émeutes de Clichy-sous-Bois l'année dernière... Et au mois d'octobre, c'est sur France 2 que se produira une première, rapporte encore Le Monde : un documentaire consacré au Président de la République, alors qu'il est encore en exercice... Un film intitulé "Chirac", signé Patrick Rotman... et plutôt irrévérencieux... Ses amis, ses proches, ses ex-amis et ses adversaires ont des commentaires sévères... Ainsi ses deux parrains en politique : Pierre Juillet et Marie-France Garraud, qui disent : "Chirac est un formidable jockey, qui saute bien les obstacles... Le seul ennui est que lorsqu'on enlève les obstacles, il continue à sauter"... Et Patrick Rotman explique : "Je suis resté modéré dans le commentaire, car sur le fond, les propos sont terribles"... La force des mots... Bonne journée.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.