(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin, le zapping de l'actualité.

(Bruno Duvic) Le Parisien-Aujourd'hui-en-France propose ce matin un reportage assez amusant dans une tour de Bagnolet, près de Paris. C'est intitulé "Les télés du monde entier dans mon HLM".

Dans cet immeuble de seize étages vit une population très mélangée. Et entre la télé par câble, par satellite, sur Internet c'est un zapping planétaire d'un étage à l'autre

  • Marina, 9ème étage, origine sri-lankaise est devant la télé tamoule.

  • Boban, au 7ème regarde "top chef" version balkanique

  • Abdel, son voisin de pallier est sur Al-Jazeera

  • Quant à la concierge, au rez-de-chaussée, elle ne jure que par William Leymergie.

On peut imaginer ce matin lire les journaux de cette manière

C'est parti : si la télévision syrienne était libre, que raconterait-elle ?

Elle reprendrait les témoignages recueillis par Hala Kodmani pour Libération .

Il n'y a pas de limite à la répression au pays de Bachar el Assad. Puisque des soldats font défection, puisque l'armée s'affaiblit, voici les Chabbiya. Ce sont des mercenaires qui se substituent à l'armée et prennent de plus en plus d'importance au fil des semaines. Ils sont chômeurs, étudiants, repris de justice, malades mentaux, fonctionnaires. Pour 30 Euros par jour, ce qui est beaucoup à Damas, ils règlent leur compte à ceux qui ont eu le culot de manifester. Ils circulent en 4X4 blindés noirs et même si vous manifestez à l'étranger, vous n'êtes pas à l'abri de leur vigilance. Exemple : Malek Al Jandali, musicien exilé aux Etats-Unis. Il avait manifesté à Washington. Alors les Chabbiha ont débarqué chez ses parents, 64 et 77 ans et leur ont cassé la gueule. Quand le régime n'aura plus les moyens de les financer écrit Hala Kodmani, ils redeviendront de purs gangsters. Le monstre échappera à ses créateurs.

Zapping rapide sur les chaines étrangères, quoi d'autre à voir ?

Barack Obama est-il un brillant amateur ? Beau sujet de portrait pour une chaine américaine. C'est à lire sur Atlantico . Un livre qui vient de sortir dresse un portrait cruel du président vu de la maison blanche. Il est écrit par un ancien prix Pulitzer, Ron Suskind.

Sur le canal chinois, un lingot à l'écran. Vous connaissez le distributeur de billets ? A Pékin, la banque commerciale agricole met à disposition de ses clients un distributeur d'or. Vous glissez votre carte de crédit ou un billet de banque et à vous les pépites ! C'est également à lire sur Atlantico .

La presse comme un programme télé ce matin : nous passons sur la chaine de l'éducation

La grève des enseignants, même dans le privé, est à la Une d'une large partie de la presse régionale, notamment.

Sur la chaine de l'éducation, une bonne émission proposerait des solutions concrètes pour l'école en temps d'austérité.

Des idées, plus ou moins bonnes, à chacun de voir, on en trouve dans Le Monde et dans La Croix .

Dans Le Monde , le projet Lorraine-enseignement-à-distance. Comment maintenir l'enseignement du latin ou de l'italien quand seule une poignée d'élève par établissement choisit ces options ? Rassemblez les élèves de plusieurs collèges, chacun dans ses murs, devant des ordinateurs. Un seul enseignant dispense ses recommandations à tout le monde et à distance. Ce n'est pas la panacée, mais c'est mieux que la mort d'une option.

En débat également, le temps de travail des enseignants. Le volume horaire mais aussi son organisation. Dans La Croix, un ancien inspecteur général de l'Education nationale plaide pour l'annualisation. Aujourd'hui, des dizaines de milliers d'heures de cours ne sont pas assurées parce que les élèves sont en stage ou qu'il y a des examens dans l'établissement. L'annualisation permettrait de récupérer ces heures perdues, par exemple pour du soutien aux élèves en difficulté.

Toujours dans La Croix , autre mesure d'économie : supprimer le redoublement. Il coûte 2 milliards d'Euros par an alors qu'il est inefficace.

Gérer la pénurie, c'est aussi définir des priorités. Pour les syndicalistes interrogés par La Croix , il faut mettre le paquet sur la lutte contre l'échec scolaire.

Zapping imaginaire, suite, nous allons maintenant sur Public Sénat.

Débat de journalistes politiques. Comment interpréter la défaite de la majorité au Sénat.

Béatrice Houchard, Le Figaro, prend la parole.

Dimanche, c'est la France des sans étiquette qui a basculé à gauche. Vous le savez, les représentants des conseils municipaux ont un rôle clé dans l'élection des sénateurs. Or « depuis 2008 leur sociologie a évolué, écrit Béatrice Houchard. On y trouve de moins en moins d'agriculteurs, de plus en plus de jeunes retraités, notamment de la fonction publique. Le divers gauche n'a pas totalement éclipsé le divers droite mais la tendance existe. » Dimanche, les territoires ont grondé.

Après cette défaite, à en croire Libération , « La Droite a peur », pou Sarkozy c'est « Un mandat à l'agonie ». « Vent de panique à droite » titre Le Parisien qui voit venir les divisions "Fillon remonté contre Copé".

Et à gauche, les militants sont galvanisés. « Ils commencent à croire que la victoire est possible en 2012 » reconnait André Vallini, proche de François Hollande, dans le Figaro. Nicolas Demorand le met en garde dans l'éditorial de Libération : "Attention aux victoires en trompe l'œil. Depuis 1995, la gauche est totalement incapable de gagner une présidentielle"

Pour Michel Guilloux dans L'Humanité , majoritaires au Sénat, les forces de gauche ont la possibilité historique de faire valoir devant le pays leur utilité comme leurs choix.

Dans L'Humanité , justement, un reportage qui aurait sa place sur une chaine de service public

"Commissariats, les locaux crasses de Seine-St-Denis". Service public que les commissariats de police, l'un des plus fréquentés par la population. Les photos sont crado. Peinture écaillée, plomberie fossilisée, toilettes je ne vous que ça.

Au commissariat d'Epinay sur Seine, des flics excédés ont tué un rat dans les locaux au printemps dernier, et ils ont dressé un constat de décès parodique.

Quels autres programmes à ne pas manquer ?

La voix de son maître. Citation d'Etienne Mougeotte le patron du Figaro à propos de l'affaire Karachi sous traitée par la quotidien. C'était devant la Société des journalistes du Figaro , qu'on imagine interloquée : "On n'est pas là pour emmerder la droite. Si ce que vous voulez c'est qu'on aille gratter sur ces affaires ces non. Pour être bien au Figaro , il faut épouser les idées du Figaro " La citation n'est pas dans le journal mais dans Libération.

Sur une chaine de sport, on pourrait trouver une enquête sur ce que Rue89 appelle « l'affaire DSK du foot ». A peu près au même moment où Dominique Strauss Kahn essayait de défendre sur TF1, l'ancien attaquant de l'Olympique de Marseille Brandao reprenait l'entrainement au Brésil. En mars, il était mis en examen en France pour viol. L'affaire a été rondement étouffée, accuse Rue89 .

Et pour finir notre zapping, un documentaire. Il montrerait comme Le Figaro de ce matin la centrale solaire qui fonctionne même la nuit, en Andalousie. Comment ? Grâce à du sel. Une forêt de panneaux grands comme 260 terrains de foot encercle une grande tour. Le soleil fait fondre le sel qui produit de la vapeur et fait tourner une turbine. Il y a suffisamment de réserves pour que la centrale tourne toute la nuit. Le soleil éclaire déjà bien les journée cette semaine. Profitez-en. Vous pouvez éteindre votre poste (de télévision !) et fermer la presse.

A demain

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.