L’école ! Et ce combat nous dit quelque chose, hier dans ce studio, un homme est passé...

Michel Lussault, président du conseil supérieur des programmes qui annonçait sa démission, et critiquait le « réactionnaire » ministre Blanquer…

Et le Figaro crie victoire, c’est LE CHOIX du grand quotidien de droite (un jour de budget, un lendemain de discours européen) et on voit à ceci à quel point le sujet lui appartient… jusque dans la familiarité des termes… « Blanquer bouscule la gauche pédago »

Gauche pédago, c’est du jargon … Mais chaque lecteur du figaro doit comprendre … les pédagogistes… ceux qui détruisaient l’école avant le retour du bon sens en un ministre conservateur incarné…

Le journal piétine Lussault: « L’homme qui n’aimait pas la grammaire, voulait le latin et le grec, ou troquer l’enseignement obligatoire de l’histoire de la chrétienté médiévale contre celui des origines de l’islam… »

Et dans le choix des reproches (un peu biaisés) on entend ce qui se joue … Pas seulement LIRE ECRIRE COMPTER RESPECTER AUTRUI le slogan de Blanquer, mais la grande peur identitaire, le sentiment de disparaitre… Le Figaro mobilise une journaliste de gauche, Carole Barjon, pour qui Lussault était un des «assassins de l’école »… et la rédactrice en chef de l’Obs fustige dans le figaro l’héritage de mai 68…

Le Figaro mobilise aussi sur son site de débat le Figarovox le linguiste Michel Bentolila qui pourfend le langage inclusif… la féminisation des mots… qui a pénétré un manuel scolaire…

La bête progressiste n’est pas encore morte.

Mais l’école n’est pas simplement un sujet idéologique…

On peut aussi à l’heure où les enfants rentrent en classe s’autoriser un peu d’humanité !…

La Croix nous adjure, nous parents, de prendre au sérieux les amours que nouent les bambins à l’école… « L’amour ça rend muet » dit Lila qui a 7 ans : et non justement, il faut écouter, ne pas rire d’un chagrin d’amour… Ce qui nous arrive à l’école nous poursuivra adultes…

On devine aussi des enfants qui s’éveillent, dans un sujet du Monde, qui évaluer à Paris et Mulhouse ces CP dédoublés en zones d’éducation prioritaires renforcées : 12 élèves par classe, fruits du pragmatisme du ministre Blanquer… Evidemment, c’est plus simple pour les enseignants…

Mais savez-vous, l’an dernier déjà, on apprenait à lire !…

L’école se fabrique pendant qu’on parle d’elle…

Et ce n’est facile pour personne…

Dans la voix du Nord, des parents d’élèves de Béthune font grève ce matin devant les écoles Pasteur et Michelet, qui vont perdre leurs contrats aidés… « Qui va contrôler et ouvrir la porte de l’école ? Qui va soigner les élèves blessés et prévenir les familles ?»...

Ils pétitionnent à 112, ces parents, et ne se passionnent pas pour le pédagogisme…

Et la Une du courrier Picard raconte un micro-lycée qui s’ouvre à Saint Quentin … C’est une structure qui va chercher les décrocheurs scolaires… « Vous êtes ma dernière chance » dit un des dix-huit élèves choisis, des jeunes gens en échec ou en phobie scolaire… Que le courrier picard face sa Une sur dix-huit jeunes montre qu’il est une autre passion française, l’égalité, ou le souci de ne perdre personne…

La loi de finance, présentée aujourd’hui, est éclairée dans les journaux.

On a deux options, faire simple ou faire espiègle dans la complexité des chiffres. Le Parisien fait simple avec une infographie qui dit ce que l’on sait. Un monsieur qui réajuste sa cravate, salarié cossu doté d’un bon patrimoine est le gagnant de la rentrée, va économiser plus de 8000 euros d’impôts…. l’enseignant à 2400 euros, lui va gagner 200 euros d’impôts…

Libération titre, MACRON héros des riches… Héraut de l’europe …

Ca c’est la lecture simple… Ensuite, le regard espiègle de l’Opinion sur ce budget.

Le problème de l’Opinion journal libéral, ce n’est pas la « justice sociale », mais le sérieux des chiffres et la rigueur budgétaire…

Raté !

« Le gouvernement s’était engagé à ce que la dépense publique n’augmente pas d’un centime l’année prochaine. Promesse non tenue : elle progressera de 5 à 10 milliards d’euros. »

Et c’est une vieille habitude, une poudre de perlimpinpin qui consiste à faire passer des hausses de dépenses pour des économies, un vieux truc de Bercy et ses tableaux excel…

On peut sourire et garder cet article sur soi… dans la journée…

Et pour finir, la surprise d’une utilisatrice de Tinder…

La fameuse application de rencontre… qui en matière de mémoire nous surpasse tous… Ceci est dans Slate

Une jeune française, adepte de l’application qui a liké son premier match le 18 décembre 2013, à 21h24 précise, … a demandé à tinder de lui fournir ses données personnelles… ce qui restait d’elle dans la machine…

Elle a reçu 800 pages d’information sur elle…. « Un voyage dans mes espérances, mes peurs, mes préférences sexuelles et mes secrets les mieux enfouis… »

« Tout ce qu'elle a liké sur Facebook, ses photos Instagram, sa formation scolaire, ses emplois, ses centres d'intérêt, ses goûts musicaux et culinaires, la tranche d'âge des hommes qui l'intéressait, où elle était lors de chaque conversation en ligne. Et surtout le détail de tous ses messages les plus intimes. »

Comme Judith Duportail, c’est son nom, n’est pas une simple utilisatrice mais une journaliste, qui enquêtait sur ce que nous autorisons à internet et, cela donne un article ironique et halluciné sur le Guardian, et en français sur Slate…

J’en étais là, sur cette peur contemporaine, quand j’ai lu « La Montagne » qui évoque une autre peur, ancestrale. Les Rats ont envahi le centre-ville de Riom. Témoignage de Simon, qui a trouvé sa femme debout sur un tabouret, dans la cuisine, surprise par un rat comme comme dans les dessins animés… les rats dévorent les céréales des enfants… « Ils tapent des pieds avant d'entrer dans la maison, comme je faisais petit, dans la forêt, pour effrayer les vipères. »

Peur des rats, peur pour nos données personnelles, ou peur des pédagogistes, il faut choisir…

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.