Une mise en garde ce matin... "Ca va mal finir"... "Ca va mal finir"... C'est le titre d'un pamphlet signé François Léotard... un texte impitoyable sur l'action du chef de l'Etat... Dans Le Nouvel Observateur, cette semaine, vous pouvez en lire quelques extraits... Et l'ancien ministre fait défiler les images de ces derniers mois... Je cite... "le déferlement des milliardaires... la chasse aux nigauds, baptisée modestement 'ouverture'... le drapeau tricolore relooké par Prada... les intermittences du coeur sous les ombrages de la Lanterne"... etc. etc.... "Je commençais petit à petit à bouffer mon bulletin de vote", confie François Léotard... L'ancien patron de feue l'UDF fustige également la politique des banlieues de Nicolas Sarkozy... sa propension à vouloir que la police décide de tout... "Il semble que notre Président n'ait lu ni Tocqueville, ni Montesquieu, ni Benjamin Constant... Il semble que la séparation des pouvoirs lui soit une énigme"... Alors quand même... Il lui reconnaît un bon point, au Président de la République : "Tu as eu raison de citer Guy Môquet"... Léotard regrette qu'il n'ait pas parlé d'Aragon... l'Aragon de l'Affiche Rouge... Pourquoi ce regret ?, explique François Léotard... "Parce que ce sont souvent des étrangers qui ont aimé notre pays plus que nous ne l'avons fait... Parce que ces étrangers de l'Affiche Rouge ont davantage honoré la France que les bons Français de Vichy"... François Léotard qui écrit encore : "Depuis que tu es à l'Elysée, je suis inquiet"... Et Le Nouvel Observateur raconte que "ce petit livre devait s'appeler au départ 'J'ai voté Sarkozy, et je ne me sens pas très bien'... 'Ca va mal finir', formule plus brutale, montre que le malaise a laissé place au ressentiment"... Autre hebdomadaire dans vos kiosques ce matin... autre analyse... Dans Le Point, vous lirez "la leçon d'Histoire de Max Gallo aux sarkophobes"... "Il est trop tôt pour crier 'Un an ça suffit', comme on lançait à De Gaulle '10 ans ça suffit'", écrit l'académicien... "même si scander aujourd'hui 'Adieu Sarko, adieu' sur l'air de 'Adieu De Gaulle, adieu' chanté par les foules de Mai 68, est une manière de fêter ce 40ème anniversaire"... Et Max Gallo de montrer que le reproche fait à Nicolas Sarkozy d'un pouvoir trop personnel a été fait à bien d'autres... Il cite un livre de Maurice Duverger, publié il y a 50 ans et intitulé "La monarchie républicaine"... L'écrivain préfère constater que "jamais, comme depuis le printemps dernier, la politique et la controverse n'ont autant envahi l'espace public... La politique est de retour, et donc la République est réveillée... Qui s'en plaindrait ?"... "Et ce putain d'euro qui grimpe"... Là, c'est Nicolas Sarkozy qui déprime sur le divan d'un psy, en Une du Monde, dans le dessin de Plantu... "L'euro franchit la barre historique de 1 dollar 50", titre le journal... Le record est en Une évidemment de la presse économique... avec pas mal d'inquiétude à la clé... "La facture risque d'être d'autant plus douloureuse que les matières premières et les denrées agricoles continuent d'égrener des records quasi quotidiens", note ainsi La Tribune... Mais bon... "L'euro fort, c'est le coût de la vertu"... C'est l'analyse de Pierre-Angel Gay dans Les Echos... L'éditorialiste espère que si la vertu a un prix, elle aura peut-être aussi son bénéfice... Les Echos qui dresse aussi la liste des "vraies-fausses idées sur l'euro fort"... "Si l'euro est trop fort, c'est à cause de la BCE"... C'est faux, répond le journal... C'est la faiblesse persistante du dollar qui fait de l'euro un substitut crédible... "L'euro fort a un impact dramatique sur le commerce extérieur"... C'est vrai et faux... Et ça, vous le constaterez à la lecture du Monde et du Figaro... Dans Le Monde, cette crainte : "Pour garder coûte que coûte leurs clients, les entreprises doivent ou devront faire des sacrifices... en rognant sur leurs marges ou en réduisant leurs coûts par exemple grâce à des délocalisations"... Le Figaro joue la surprise : "Excellents résultats des entreprises françaises, malgré l'euro à 1 dollar 51"... Mais Gaëtan de Capèle exhorte les pays européens à réfléchir collectivement "à une stratégie économique commune... Aborder le sujet est paraît-il incorrect, interdit... Mais avec un euro à 1 dollar 50, ce n'est plus acceptable", conclut l'éditorialiste du Figaro... L'euro à 1 dollar 50... Ca veut dire que vous êtes plus riches... "à condition d'aller faire vos courses à New York", ironise Philippe Larue... "Là-bas, avec 100 euros, vous avez 151 dollars... Sauf que l'euro fort, poursuit l'éditorialiste de La Provence, ça nous fait une belle jambe, quand le quotidien se résume aux rayons de Ed, de Lidl et aux étagères 'premiers prix' de Carrefour, Auchan, Leclerc ou Casino"... Eh oui... Le dossier du pouvoir d'achat n'est jamais loin... Et ce matin, ce n'est rien de dire que le sujet fait la Une de la presse régionale... "Le panier de la ménagère flambe-t-il ?", s'interroge La Voix du Nord... La Dépêche du Midi dénonce une nouvelle fois les "abus illimités de la téléphonie mobile"... La Montagne revient sur "le parfum d'entente dans les produits d'entretien"... Ouest-France se demande : "Flambée des prix : la concurrence est-elle faussée ?"... Et La République du Centre explique, comme en réponse : "Entente entre groupes : c'est le consommateur qui paye"... Mais il n'y a pas que la presse régionale... Libération affiche la photo d'une baguette-bâton de dynamite à sa Une, avec ce titre : "Pouvoir d'achat : les solutions"... Le journal tente de passer en revue "ce que l'Etat peut faire", et propose un débat entre François Hollande (Premier secrétaire du Parti Socialiste) et Xavier Bertrand (ministre du Travail)... Libé assez pessimiste dans ses commentaires... "Des bénéfices des grands groupes qui continuent de grimper... Certains prix alimentaires qui flambent... Les salaires qui stagnent... Des conflits à répétition... Tout laisse à penser que la situation sociale française peut s'embraser"... "Sarkozy, Fillon, Lagarde, Chatel... C'est à qui vitupèrera le plus fort contre la flambée des prix", écrit Jean-Christophe Giesbert dans La Dépêche du Midi... "Après avoir trop longtemps nié l'acuité du phénomène, nos gouvernants semblent donc décidés à passer à l'action... Il n'était que temps !... Mais outre le gouvernement, la situation doit interroger les industriels, les intermédiaires, les distributeurs... Au risque de paraître candide, poursuit l'éditorialiste, on en appellerait presque à leur civisme"... Et sinon ce matin, dans la presse... Sud-Ouest qui s'est procuré les procès-verbaux des interrogatoires des assassins présumés des quatre Français tués en Mauritanie en décembre... Sud-Ouest titre : "Les aveux des tueurs"... deux hommes qui revendiquent d'avoir agi au nom de la Brigade Al-Qaïda Maghreb islamique... Et Patrick Berthomeau commente : "Ces gamins ressemblent plus à de petites frappes chauffées à blanc par un discours aussi simpliste que haineux, qu'à des guerriers formés et entraînés pour mener un combat en toute conscience... Cet amateurisme n'a rien de rassurant"... Autre sujet... Dans Le Figaro... "60 profs agressés chaque jour"... Le journal donne à lire ce matin le dernier bilan publié par l'Observatoire national de la Délinquance... un bilan qui révèle une augmentation de 30% des agressions, dans les collèges et les lycées, à l'encontre du personnel enseignant entre 2002 et 2006... Dans Libération... "Coup de théâtre à l'Odéon"... Le journal revient sur la manifestation de représentants de la scène française hier à Paris... Metteurs en scène, comédiens, directeurs de théâtre, ou encore chorégraphes, exprimaient leurs inquiétudes face à la politique culturelle du gouvernement... Et puis, pour finir, un peu de calcul... Savez-vous quelle est l'opération la plus difficile ?... Eh bien, c'est 8x8... L'enquête a été menée par une société de soutien scolaire en ligne, qui a analysé les résultats de 7.500 élèves qui planchent sur leur site... Et pas de doute : pour 40% de ces élèves, 8x8, ça ne fait pas 64... Plus drôle... Il y a moins d'erreurs à 8x4 qu'à 4x8... Du coup, une explication : on connaît mieux le début des tables de multiplication que la fin...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.