Hier à l'école Binet de Meaux, en Seine et Marne, il manquait 40% des élèves. Le groupe scolaire est en zone sensible. En tout dans la ville, 20% des élèves de ces zones sensibles manquaient à l'appel. Des absents également à Savigny-le-Temple, Montereau, Melun, Grigny, Sannois, Garges, Gonesse... La plupart des absents sont des élèves musulmans.

Epidémie de grippe ? Gastro foudroyante ? Non : une rumeur

Les détails sont dans Le Parisien Aujourd'hui en France ce matin...

C'est en écoutant leurs élèves de CP que les profs ont compris que la journée allait être difficile. "Maman m'a dit que les garçons allaient être déguisés en filles et les filles en garçons"

La semaine dernière, les familles ont reçu une SMS leur assurant que la théorie du genre allait être enseignée à leurs enfants, « avec des intervenants homos ou lesbiennes qui viendraient leur bourrer la tête d'idées monstrueuses ». Le vendredi, des affiches « Demain, tu seras une femme mon fils » ont fleuri autour de l'école. "Je ne veux pas qu'à 8 ans mon fils vienne me dire qu'il aime bien son copain", dit un parent d'élève.

Derrière ces journées de retrait de l'école, une organisatrice, Farida Belghoul. C'est une proche du nationaliste Alain Soral dont a entendu parler à l'occasion de l'affaire Dieudonné. Ce qu'elle vise, ce sont les ABCD de l'égalité à l'école. Le dispositif est testé dans 10 académies. L'objectif affiché est de faire prendre conscience aux enfants des stéréotypes dans les rapports garçons-filles.

Y-a-t-il plus que cela ? Y-a-t-il une introduction, en cachette des études de genre à l'école à travers ce programme ? D'après Le Parisien , non. On lit des histoires de princesses sauvées par des princes charmants et on se demande si la fille ne pourrait pas être la sauveuse. On se demande s'il y a des métiers de filles et de garçons. Les parents sont consultés. Le programme ne sera étendu que si les retours sont bons.

Dans Le Parisien , le maire de Meaux Jean-François Copé a cette déclaration laconique : « Je suis choqué par la théorie du genre et je comprends l'inquiétude des familles. La priorité de l’école doit rester les savoirs fondamentaux »

Une _huma
Une _huma © Radio France
**Des paroles et des actes : François Hollande est renvoyé à ses promesses ce matin dans la presse** « [Chômage : l'échec ](http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0203272132805-chomage-le-pari-perdu-de-francois-hollande-645870.php)» dans _Les Echos_ « [Chômage : le pari perdu de François Hollande](http://www.lefigaro.fr/emploi/2014/01/27/09005-20140127ARTFIG00581-hollande-echoue-a-inverser-la-courbe-du-chomage.php) » dans _Le Figaro_ « [Chômage : droit dans le mur](http://www.humanite.fr/social-eco/dans-lhumanite-ce-mardi-emploi-le-pari-rate-du-gou-557910) » dans _L'Humanité_ « [Hollande a du boulot](http://www.liberation.fr/economie/2014/01/27/inversion-de-la-courbe-du-chomage-c-est-rate_975854) » pour _Libération_ Pas d'inversion de la courbe du chômage, "On peut toujours les triturer dans tous les sens, les présenter de dos de face ou de biais, il n'est pas possible de faire dire aux chiffres ce qu'ils ne disent pas. Non, la courbe du chômage ne s'est ni inversée ni même stabilisée" écrit Gaëtan de Capèle dans l'éditorial du _Figaro_ . Comme lui, les éditorialistes renvoient le chef de l'Etat à cette promesse non tenue. Avec une pointe de cruauté sous la plume de David Guévart dans _Le Courrier Picard_ : "Pendant la campagne présidentielle, le candidat socialiste s'amusait du bilan de son adversaire. Il avançait sur les plateaux de télévision que le pouvoir en place devait agir et non subir. Et que c'est bien ce qu'il ferait, lui président" Le résultat n'est pas à la hauteur ce matin. [Dans _Les Echos_ Cécile Cornudet, moins cruelle que d'autres, ](http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/0203271564295-le-piege-sans-fin-645963.php)place François Hollande face à un dilemme fondamental pour un homme politique aujourd'hui "La promesse n'est pas tenue mais le piège est pour l'instant déjoué. Conscient que la courbe du chômage ne serait pas inversée à la fin de l'année, François Hollande a pris les devants et annoncé son pacte de responsabilité et repoussé l'horizon. La baisse des charges boostera la croissance et donc, l'emploi, dans quelques mois, affirme-t-il désormais, prudent. L'écueil est contourné mais fondamentalement il demeure. » Et le dilemme, le voici : « Faire des promesses que l'on n'est pas sûr de tenir ou laisser poindre l'impuissance du politique ? » Car même avec le pacte de responsabilité, les baisses de charge, la politique de l'offre, le président peut-il tenir son pari ? Les doutes les plus étayés sont dans _Libération_ , sous la plume de Luc Peillon ce matin. Théorie économique un peu complexe mais intéressante. Pour que les baisses de charges aient un effet important sur l'emploi, il faudrait qu’elles ne soient pas financées, qu'on laisse filer le déficit. Les financer c'est quoi ? C'est augmenter les impôts ou baisser les dépenses - solution retenue. Dans les deux cas cela a un effet récessif sur l'activité économique. Deuxième point : l'effet sur l'emploi des baisses de charge est d'autant plus important que les salaires visés sont des petits salaires. Ce n'est pas le cas dans le pacte de responsabilité. Conclusion, sans pitié : « Tous les critères semblent réunis pour que l'effet sur l'emploi de la baisse du cout du travail soit faible. » D'autres commentaires laissent tout de même une place à l'espoir. Dans la plupart des journaux régionaux, les éditorialistes accordent une chance et même davantage à ce pacte de responsabilité : pourvu « qu'il n'en reste pas au stade des belles paroles" demande Henry Lauret dans _Le Télégramme_ . Dans Midi Libre, Jean-Michel Servant renvoie à Pierre Dac et Francis Blanche. Naturellement, le chômage baissera tôt ou tard en France **L'actualité à l'étranger en bref dans la presse...** Dans moins de cinq mois, la coupe du monde de football et le Brésil n'est pas prêt. Fin 2013 seuls six stades sur douze avaient été livrés. Retard, climat économique et social tendu, doutes sur la sécurité, gros écart de chaleur entre les différents sites : « Peur sur le mondial », titre carrément _France football_ . Dans la série « les extrémistes religieux nous empêchent de vivre », l'histoire du fils du premier Ministre israélien, Yair Netanyahu. Il a le malheur d'être en couple avec une chrétienne norvégienne. « Grave problème » pour le parti religieux ultra orthodoxe Shaas. Une organisation accuse le premier ministre de légitimer la destruction du peuple juif. C’est à lire dans _Le Parisien_ . En Centrafrique, la sécurisation de Bangui continue. Les anciens rebelles de la Seleka ont été chassés par les soldats internationaux de leur bastion au camp Roux dans la ville. Ce QG abrite également la résidence présidentielle construite par Bokassa. Un palais après la fuite, description dans _Libération_ sous la plume de Maria Malagardis : "Avec ses meubles blancs rococo, son enfilade pièces surchargées, la résidence affichait, il y a quelques mois encore, un certain faste, certes assez kitsch. il n'en reste plus rien. Des détritus jonchent les pièces, un incongru string rose à dentelle git, abandonné dans le couloir, des cartes de visites sont éparpillés à côté de tiroirs renversés. Seuls restent dans l'entrée, les canapés incrustés de faux diamants, certainement trop lourds à déplacer. Contrechamp dans _Le Figaro_ . La débandade des anciens hommes forts de Bangui dans des camions surveillés par les soldats de la force africaine. Adrien Jaulmes raconte : « Les pick-up camouflés ont les essieux presque écrasés sous le poids des ballots, tapis de sols roulés, rideaux, meubles de bureaux, mitrailleuses et bandes de cartouches, chaises en plastique, sacs de roquette et bidons entassés dans la caisse. Un détachement burundais de la Misca (la force africaine) qui encadre l’évacuation empêche les soldats de partir avec de l’armement collectif, mortiers de 81 mm, lance-roquettes multiples et mitrailleuses bitubes. 3On est là pour vous désarmer, pas pour que vous embarquiez avec tout l’arsenal ». Des paroles et des actes, en Afrique.
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.