350 journalistes accrédités... A Barcelone, on ne parle que de ça... Il faut remonter à 2005, pour l'adoption des statuts de la Catalogne, pour retrouver pareille affluence au Parlement catalan... Les dés sont jetés... Après un débat de sept mois, l'avenir de la corrida en Catalogne se joue aujourd'hui... D'après l'Espagnol El Pais, le résultat sera serré... A trois voix près... Mais les votes iraient en faveur des anti-corrida... Que se passera-t-il si les corridas sont interdites ? D'après le quotidien... les pro-corrida se retourneront devant le Conseil Constitutionnel... Ils demanderont aussi des indemnisations... Car, même si la loi n'entre en vigueur qu'en 2012... les salariés du secteur devront partir travailler ailleurs... Entre l'élevage, le spectacle, et même si les jeunes aujourd'hui s'en détournent au profit du foot... Il faut le savoir, écrit Gilles Bousquet, de La Dépêche du Midi, la corrida, en Espagne, c'est 50.000 emplois et plusieurs milliards d'euros de revenus chaque année... En France aussi... la corrida draine beaucoup d'argent... Le prix d'un taureau de combat se négocie entre 9 et 18.000 €... Un cheval, entre 30 et 75.000 €... La prestation des meilleurs toreros, jusqu'à 100.000 €, sans les droits télé... Il y a donc l'aspect économique... Mais, dans ce vote, il y a aussi une dimension politique... Pour le quotidien El Mundo, ce rejet de la tauromachie correspond à une région où l'idée est de proscrire tout ce qui est espagnol... Quid de la France ? La loi, explique Jean-Claude Souléry dans La Dépêche du Midi... La loi reste le meilleur garant des ferias sudistes, leur reconnaissant leur caractère traditionnel... Mais ce combat pourrait, demain, se jouer au niveau de l'Union européenne, qui dicte une bonne part de nos lois.. Et on sait que l'Europe du Nord et de l'Est n'est pas franchement afficionada de la corrida... (Eric Delvaux : « En France, le débat (et on en parlait tout à l'heure avec nos invités) s'articule autour des Roms »)... Réunion aujourd'hui à l'Elysée... Comment apaiser les tensions qui entourent les gens du voyage ? Pour mieux savoir qui ils sont, chacun a multiplié les reportages au sein des camps... L'Express est allé en Seine-Saint-Denis, du côté de Pantin et d'Aubervilliers... France-Soir a passé deux jours dans un camp, du côté de La Rochelle... La Voix du Nord s'est intéressée aux aires d'accueil de Villeneuve-d'Ascq et Perrenchies... Libération a choisi de consacrer sa dernière page à un Gitan anonyme : Jean-François Becker, 40 ans... C'est un vrai, un tatoué, écrit Mourad Guichard... A l'école, les autres le traitaient de "pouilleux"... Lui encaissait en silence... Il a pris de plein fouet les propos de Nicolas Sarkozy sur les Roms et les Gens du Voyage... "C'est quoi, cette déclaration de guerre ? Il ne faut pas qu'il oublie que nous sommes Français depuis plus longtemps que lui... Mon grand-père... un Alsacien... s'est battu pendant la guerre"... S'il n'élève que rarement la voix, dès qu'il parle des autres, les mots se bousculent... "Tout ce qu'on peut demander est refusé... On est dans la même situation que les Noirs et les Arabes pour l'embauche ou le logement"... Et Jean-François de raconter qu'il a acheté un terrain à Saint-Aignan, dans le Loir-et-Cher, mais la mairie ne veut pas qu'il construise dessus... Alors il a fait une demande auprès des HLM... Refusée : il faut d'abord qu'il passe par un logement dit "d'intégration"... "S'intégrer ? Mais s'intégrer de quoi ?", demande Jean-François... Quoi qu'on en dise, "les Gens du Voyage restent une population à part", pour La Croix... Les clichés ont la vie dure, ancrés dans l'imaginaire collectif depuis des siècles... Au XIXème, dans la presse, on évoquait déjà "l'invasion des Romanichels", "la plaie des campagnes"... Pour Dominique Jung, des Dernières Nouvelles d'Alsace, contrairement à ce que laisse entendre le prétexte de la réunion d'aujourd'hui... Le problème majeur des maires n'est pas un traitement ethnique de la délinquance, mais un traitement social pour accompagner une population... Oui, la République doit sanctionner les débordements... Mais elle se met en porte-à-faux quand elle désigne du doigt une population spécifique... On n'a pas plus besoin d'un Code pénal spécial pour certains Tziganes qu'un Code fiscal spécial pour certains habitants de Neuilly... S'il faut une réunion au sommet de l'Etat pour examiner le problème des Roms... Elle doit d'abord regarder comment scolariser les enfants, comment favoriser l'insertion professionnelle de tous... aider les maires à organiser la cohabitation avec les riverains... L'Humanité est plus tranchée sur la question... C'est "la stratégie du bouc émissaire"... Une "réunion de la honte", pour Jean-Paul Piérot... (ED : « A lire aussi, dans la presse aujourd'hui : le dossier EDF-Areva »)... L'Elysée a décidé que l'électricien conduira désormais la politique nucléaire civile de la France à l'international, écrit Frédéric de Monicault dans les pages saumon du Figaro... L'Elysée consacre tout simplement la prééminence d'EDF sur le secteur... On s'y attendait, mais pas avec une telle intensité... En tout cas, l'Etat semble décidé à mettre un terme à la guerre larvée entre EDF et Areva, poursuit Emmanuel Grasland, des Echos... C'est un virage historique... Avec cette annonce... l'Etat tape du poing sur la table, après les dissensions observées en début d'année entre les deux groupes... Grégoire Biseau, de Libération, apporte un éclairage différent... Pas besoin d'être diplômé en hautes études des affaires nucléaires pour comprendre que cela signe la grande victoire d'Henri Proglio, patron d'EDF imposé par l'Elysée... Avant même d'être propulsé à la tête d'EDF... fin novembre... il défendait dans la presse ce scénario// Si l'on prend une analogie aéronautique... c'est comme si on demandait à Air France d'entrer dans le capital d'Airbus// Opération casse-gueule// Les clients d'Areva ne vont pas trop apprécier que leur concurrent EDF puisse avoir un droit de regard sur les prix et les technologies proposées à d'autres électriciens// Plus étonnant : le rapport dit "Roussely" appelait à un partenariat stratégique entre les deux groupes, mais pas forcément EDF à entrer dans le capital d'Areva... Hier soir... Areva se déclarait à la fois serein et enthousiaste quant à la perspective de voir l'ennemi EDF entrer au capital... L'Elysée parle "d'éventualité"... Donc, ce n'est pas pour demain matin... La guerre peut continuer... (ED : « 8hxx... Laurent Blanc parle au Parisien-Aujourd'hui en France et à L'Equipe »)... Deux longues interviews, qui donnent à comprendre qui est le nouveau patron des Bleus... "Il sait où il va" pour L'Equipe... "Il dit tout" aux lecteurs du Parisien... Enfin, il dit tout... il dit quelques petites choses... La liste des sélectionnés pour le match contre la Norvège, le 11 août prochain, est déjà prête... Il l'emmène avec lui partout... Mais on ne saura pas qui il a retenu... Son salaire ? Entre 1 et 1,2 million d'euros brut par an... Le contrat est de deux ans... C'est 2012 et l'Euro ou rien... Benzema ? Sa mise en examen relève de la sphère privée : il est donc sélectionnable... Ribéry ? Est-il encore incontournable ? Laurent Blanc se pose la question... L'affaire du bus en Afrique du Sud ? "Je serais allé à l'entraînement", dit-il... "Les choses auraient été réglées entre nous... On a fait passer l'intérêt d'un joueur avant le collectif... Et ça, ça n'existe pas" pour Laurent Blanc... Faut-il croire que c'était mieux en 1998 ? Peut-être... A ce titre, d'après Elisabeth Lévy, de la revue Causeur, Laurent Blanc pourrait être qualifié de réactionnaire... "Réactionnaire", pour elle, cela signifie "préférer le passé au présent"... Quand l'école transmettait des savoirs... Quand la gauche portait une espérance... Quand on pouvait s'engueuler sur le Moyen-Orient sans se faire traiter d'antisémite... Quand on trouvait un emploi digne des années passées sur le banc de la fac... En fait, poursuit Jérôme Leroy, toujours dans Causeur, il faut digérer cette impression que tout ce que nous avons aimé est appelé à disparaître... On s'éloigne un peu plus chaque jour des jours heureux... Et, pour mieux s'en rendre compte, il suffit de zapper sur les chaînes de télé... "Cela s'est passé un dimanche de juillet... En zappant, je suis tombé sur une rediffusion d'"Hélène et les Garçons"... Autant vous l'avouer : j'ai oublié le match Argentine-Allemagne pour regarder les épisodes, les uns après les autres... Qu'est-ce que j'ai pu détester cette série à l'époque ! Elle incarnait tout ce que le système avait de mieux pour aliéner les filles... J'enrageais de voir mes élèves regarder leur montre en cours pour ne pas rater le début d'un épisode... J'ai tenté de leur expliquer que cela donnait une image fausse de la société et de l'amour, ce qui était criminel... Pourtant, mêmes les meilleures ne voulaient pas m'entendre... Elles plaidaient pour le droit au rêve... 'Au moins ça, ça devrait vous plaire', me dit l'une d'elles... 'Et puis vous savez, Monsieur, ils ne disent pas de gros mots, dans 'Hélène et les Garçons'"... Sur le coup, je n'ai pas prêté attention", écrit Jérôme Leroy... Mais aujourd'hui, je comprends que ces programmes sont une forme de Paradis perdu... On ne dit pas de gros mots, dans 'Hélène et les Garçons'... On y parle même un français soutenu, moderne mais sans excès"... La preuve... (extrait sonore : "Hélène et les Garçons") "Hélène et les Garçons", c'est le Rohmer de la ZEP, pour Jérôme Leroy... Une autre façon de penser l'émancipation, par la désinvolture... Même si ce n'était pas bien méchant, on y était assez volage, avec une forme d'égalité dans le désir, et le rejet de toute domination masculine... On dira ce qu'on voudra, à l'époque on se voilait moins... on ne traitait pas les filles comme du bétail à tournantes... Ce jour-là, avec "Hélène et les Garçons", conclut le journaliste de Causeur, comme l'Argentine contre l'Allemagne, je me suis pris une belle défaite"...

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.