(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : à quand l'éclaircie ?

(Bruno Duvic) Dans le quartier de Jobar à l'entrée de Damas, on se bat toujours pour gagner le moindre mètre. C'est l'épisode 2 de la série de reportages de Jean-Philippe Rémy et Laurent Van der Stock pour Le Monde .

Et d'abord cette image d'une paire de fausses Adidas tachées par le sang d'un combattant ami. La brigade Tahrir Al-Sham compte ses blessés mais tente d'avancer si peu que ce soit vers la place des Abassides, grand carrefour de Damas. On voit les bâtiments, mais il y a le feu de l'ennemi. « Entre les deux groupes, écrit, Jean-Philippe Rémy, un espace où volent des fragments d'acier meurtriers, puis la maison d'en face. Ses murs, au fil des heures, sont noircis, dentelés, ravagés par la bataille. Lorsque les rafales se calment, on entend sonner les cloches des églises du Vieux Damas. C'est à quelques centaines de mètres. »

La suite est à lire dans Le Monde qui sort en kiosque tout à l'heure

Hier le premier reportage du quotidien apportait des pièces supplémentaires au dossier des armes chimiques, montrant que le régime syrien pratiquait dans ce quartier des attaques non pas massives mais régulières. A propos des armes chimiques, Barack Obama avait parlé de « ligne rouge ». Mais le quotidien parle plutôt d'un débat escamoté. « Les chancelleries occidentales font profil bas afin de ne pas donner à Damas une excuse pour torpiller la conférence de paix envisagée le mois prochain. »

L'Union européenne a tout même bougé sur un sujet. Hier soir, les 27 ont levé l’embargo sur les armes pour les rebelles. Dans les éditoriaux consacrés à la Syrie et sans doute rédigés avant la décision, cette question est soupesée avec méfiance.

Dans Le journal de la Haute Marne , Patrice Chabanet redoute qu'elles ne tombent aux mains des groupes islamistes, « un remède pire que le mal ».

Dans Ouest France , Laurent Marchand se demande si ce n'est pas trop tard alors que (action militaire + diplomatie), Bachar el Assad vient peut être de sauver sa tête.

Cet arc de cercle qui va de la Syrie au Maghreb et qui a été plus ou moins secoué par les révolutions arabes, vit toujours sous tension. A Gaza, La Croix décrit comment le Hamas durcit sa politique d'islamisation. Il n’ya plus aucune mixité dans les écoles (privées comme publiques) dès l’âge de 9 ans. Cela concerne aussi les enseignants. Les vêtements, les coiffures sont plus surveillés que jamais. On rase les hommes aux mèches trop longues, les étudiantes à l'université doivent porter une veste en plus du voile. Des femmes qui portaient de simples tuniques dans la rue ont été aspergées d'eau de javel pour les obliger à se changer. Gaza est en train de se « talibaniser » dit le parti au pouvoir en Cisjordanie, l'autre région palestinienne.

Et en Algérie, toujours pas d'image du président Bouteflika…

...un mois après son hospitalisation en France.

Omerta sur son état de santé et sur la succession. Un spécialiste résume le climat de panique au sein du régime : « Le système politique algérien est une boite noire avec des gens à l'intérieur mais qui ne savent pas comment fonctionne la boite »

A l'UMP on va voter

Consulter les militants…sur l'organisation d'une nouvelle élection pour la présidence du parti. Ce sera en juin.

« Voter pour savoir s'il faut revoter, ce sont plutôt les verts qui nous avaient habitués à ce genre d'exercice, s'amuse Bruno Dive dans Sud Ouest . Dans un parti habitué au culte du chef, on mesure le chemin parcouru et l'ampleur du désarroi. »

La presse a bien compris : les deux rivaux Copé Fillon ont trouvé un accord sur ce point parce qu'une nouvelle présidentielle à l'UMP les embarrasserait plus qu'autre chose. L'un veut rester chef (Copé), l'autre prépare 2017 (Fillon). Ils sont prêts à renier l'engagement qu'ils avaient pris pour une nouvelle élection.

Les deux sont d'accord sur autre chose : il faut conserver l'unité de l'UMP, éviter l'éclatement. Et s'ils faisaient un contresens qui expliquerait les difficultés de la droite à profiter de l'impopularité du gouvernement ? Question posée par Pascal Riché sur rue89 .

« La droite, écrit Riché, est victime d'un dérèglement liée à son histoire. Elle repose sur un assemblage d'héritages (monarchiste, bonapartiste, gaulliste) difficilement compatibles. Pas de cohérence idéologique : elle est mi-libérale mi-étatiste, mi-souverainiste, mi-pro européenne. L'éclatement de l'UMP permettrait au courant libéral de sortir de l'asphyxie, il affaiblirait le FN, premier bénéficiaire des cafouillages de l'UMP. »

D'autant qu'à moyen terme, selon Le Monde , l'UMP devrait pouvoir attirer une fraction de jeunes militants de la Manif pour tous. Ils représentent des forces vives, une nouvelle génération qui a connu son baptême du feu avec les défilés de ces derniers mois. Mais ils pourraient déporter le parti un peu plus à droite. Risque de décalage entre les nouveaux venus et la majorité silencieuse de la droite.

Dans la presse, également : chronique de la crise

On pourrait en faire une revue de presse entière chaque jour de ces signes d'alerte qui ponctuent les journaux et les sites.

  • Sur le site Basta Mag , la privatisation des hôpitaux espagnols, mesure d’économie qui met en danger la santé des patients selon Basta Mag .

  • Dans Le Monde , ces étudiants fictifs inscrits à l'université uniquement pour toucher des bourses. Le phénomène n'est pas nouveau mais il est plus en plus marqué depuis 2-3 ans. Un signe parmi d'autres : la moitié des copies lors d'un examen de sociologie à Perpignan étaient blanches.

  • Chronique de la crise à Vénissieux. Long reportage de L'Humanité dans la banlieue lyonnaise, entre usine qui tourne au ralenti, agence pôle emploi sous tension et distribution d'aide alimentaire.

Pour faire du business il faut aller en Chine. L'actionnaire de référence du Club Med, cette icône française, sera bientôt un Chinois. « Le club Med et son gentil actionnaire chinois », titre L'Opinion . Le club veut se tourner vers l'Asie où son chiffre d'affaires progresse, alors qu'il recule en Europe.

Le chiffre du jour

50%... Selon un de ces sondages farfelus qui peuplent les journaux (celui-ci émane d'un institut britannique), 50% des 16-34 ans préféraient consulter leurs e-mails au lit plutôt que de s'y ébattre. C'est à lire dans Libération .

Le mariage gay du jour

Le faire part est dans le HuffIngton post . La série « Plus belle la vie » se met au goût du jour. Deux de ses personnages mâles vont convoler en justes noces

Et le mot du jour

LES mots du jour. Le traditionnel article du Parisien Aujourd’hui en France sur les nouveaux mots du Robert. C'est un résumé de l'actualité des mois passés : triple A, fadette, low-cost, dédiaboliser, psychoter…

Et puis les mots de l'argot et de la francophonie qui entrent dans le dico : imaginez une bombasse qui rencontre un choupinet , il lui roule une galoche , il lui enlève son bas-culotte (son collant) mais ils finissent par clasher parce que c'est un kéké , un traîneux (un prétentieux) qui ne cesse de bourrasser (de ronchonner). Après une période de chialage , il finit par agender (fixer une date) à une autre fille. Le voilà qui se prend pour une personnalité qui entre au Robert : Harlem Désir.

A demain

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.