La femme de Fillon, ses faux frères et le vrai, son père/parrain, la nièce de Le pen et son cousin, quel fils pour Hollande, et la nounou de Trump

La revue de presse, bonjour Hélène Jouan

Revue de presse familiale ce matin

Une sorte de jeux des 7 familles avec dans chacune d’elle, une carte maitresse

Dans la famille Fillon, je demande la femme : Pénélope Fillon sera entendue ce matin par les juges. Au cœur de l’enquête des magistrats, le cumul de 2 temps pleins. Aujourd’hui en France/le Parisien dévoile le fac-simile d’une fiche de renseignements remplie par l’épouse de François Fillon, et trouvée le 10 mars dernier, racontent les journalistes jean-Michel Décugis et Eric Pelletier, « dans une pochette bleue remisée dans le tiroir de la secrétaire de François Fillon », à l’assemblée donc. Le problème, c’est que cette fiche ne correspond pas exactement à une autre pièce judiciaire, saisie le 31 janvier, cette fois à « la division de la gestion financière parlementaire », pièce longtemps resté cachée dans la procédure : le contrat de travail de Pénélope Fillon. A l’époque, elle cumulait donc un temps plein à la Revue des 2 mondes et l’autre comme collaboratrice de son époux à l’assemblée. Mais seules 14 heures mensuelles sont mentionnées s’agissant de la Revue. Le couple aurait-il menti pour escamoter des heures ? En tout cas, dans la dernière pièce saisie, la mention est différente, 20h et pas 14…La Défense de la famille Fillon parle de « brouillons, sans valeur judiciaire », et nie tout « faux » en écriture. Pour le Parisien, c’est le nœud de l’affaire Pénélope Fillon : s’il sera difficile de prouver qu’elle n’a réalisé aucun travail, le simple fait de mentir aux services de l’assemblée nationale constituerait de facto une infraction.

Quelle que soit l’issue et les suites de cette enquête, parlera-t-on bientôt de Loi Pénélope ? Dans le même quotidien, le Parisien, la ministre du travail Myriam El Khomri dit sa volonté de doter enfin d’un vrai statut les 2018 petites mains de l’assemblée nationale, les attachés parlementaires. Elle veut une convention collective qui définisse clairement les missions, les modalités salariales, le temps de travail de ces collaborateurs dont l’image a été dégradée dit elle. La ministre qui reconnait à mi-mot que les présidents des 2 chambres Claude Bartolone et Gérard Larcher ne semblent pas vouloir se précipiter à changer les choses. « depuis 30 ans, députés et sénateurs sont directement les employeurs de leurs collaborateurs…mais le droit du Travail ne doit pas s’arrêter aux portes du parlement » met elle en garde.

On poursuit dans les familles…

Un mot encore sur la famille Fillon…faite de faux frères si l’on en croit l’article de Mathieu Goar et Alexandre Lemarié dans le Monde, qui rapportent des citations incroyables de ceux qui font pourtant campagne pour lui,« on s'est engagés derrière Fillon pour défendre ses convictions de gaulliste social, dans la lignée de Séguin, et là on se retrouve à suivre Trump " confie l’un, quand un sarkozyste conclut: " Désormais, on laisse Fillon perdre seul, sans trop se salir nous-mêmes, et on mène à fond la bataille des législatives pour sauver notre peau ! ".

Dans cette famille pour le moins décomposée, François Fillon semble pouvoir encore compter sur un frère, un vrai. Ouest France raconte ce matin comment Bruno Retailleau, président de la région pays de la Loire qui recevait le candidat hier sur ses terres a fait auprès des militants à Nantes, dénonçant en Emmanuel Macron « l’alliance de Woodstock et de de Wall street », les militants étaient ravis, « ça fait du bien hein ?!», dit l’une d’elle en sortant du meeting nantais. Ravi aussi le candidat, qui a souligné l’air de rien hier les qualités « d’homme d’état » dudit Retailleau. Preuve, jugeront certains, dit le Figaro, qu’en cas de victoire, la nomination de François Baroin à Matignon ne serait pas garantie

Et puis dans cette famille, le père peut-être, certains l’ont surnommé le Parrain, Nicolas Sarkozy qui fait entendre sa voix. C’est Valeurs actuelles qui révèle un discours qu’il a prononcé à huis-clos lundi dernier devant 300 ténors du Barreau de Paris, en tant qu’« avocat »:« qui arrêtera l’ingérence du pouvoir médiatique dans le fonctionnement de l’autorité judiciaire ? » a-t-il lancé, « qui arrêtera l’instrumentalisation des procédures par le pouvoir médiatique ? Qui aura suffisamment de courage pour écrire le J’accuse qui manque à notre siècle ? » Procès du système judiciaire aussi bien que du travail des journalistes…

Dans la famille Le Pen, il y avait le Père, ça n’a pas l’air plus simple avec la nièce ! Dans Femmes Actuelles, Marine le Pen juge Marion Maréchal le Pen « probablement trop verte pour une fonction ministérielle », et puis sa seule qualité de « nièce » poserait un problème ajoute t elle, nièce qu’elle qualifie au passage « d’assez raide »… « elle est députée, voilà, je ne lui dois rien, je ne dois rien à personne d’ailleurs ». Famille je vous hais !Le Parisien raconte pourtant que la candidate FN compte bien sur le soutien à venir d’un cousin. Pas si lointain. Philippe de Villiers. Absent hier de son meeting vendéen, mais qui pourrait lui donner un coup de pouce entre les 2 tours de la présidentielle….

A gauche non plus, les histoires de familles ne sont pas simples…

Alors que le Figaro insiste ce matin sur cette présidentielle « mortelle pour le Ps », avec un candidat socialiste pris entre l’enclume et le marteau de Macron et de Mélenchon, et qui augure de l’explosion inévitable de la famille socialiste prédit dit-il, Marcelo Weisfreid dans le même journal souligne que pour son dernier voyage présidentiel à l’étranger, François Hollande aurait délivré un message « très macronien ». » Pour preuve » écrit le journaliste, il n’a eu de cesse de chanter les louanges du commerce, de fustiger les « barrières et les taxes », de vanter un modèle économique mélange de confiance dans l’ouverture et de capacité à être pleinement dans le monde. Difficile de reconnaitre l’ancien adversaire du monde de la finance relève le journaliste. « Quel changement renchérit un membre de la délégation présidentielle, on aurait dit le président chinois Xi Jinping venu à Davos pour défendre le libre échange ». Hollande jouerait-il la carte du fils parricide dans sa propre famille ? Supposition pour l’instant…

Enfin, pour conclure dans la même famille, Le Monde nous raconte que l’ex compagne du président semble compter sur lui pour l’aider à décrocher son nouveau job : la direction du PNUD, le programme des nations unies pour le développement. Ségolène Royal a bien envoyé un CV de 5 pages, elle bachote son anglais parce que c’est pas son point fort, elle met en avant ses résultats concrets à l’international. Mais consciente des réactions controversées qu’elle déclenche nous dit Simon Roger, Ségolène Royal a pris soin de déposer un dossier, non pas « au nom de la France, mais « à titre individuel » avec « le plein accord des autorités françaises ». Une nuance qui n’est pas que sémantique nous dit le Monde, Ségolène Royal compte sans doute actionner le levier de la bonne entente entre Antonio Guterres, le nouveau secrétaire général de l’Onu et François Hollande, pour jouer sa carte…

On termine Hélène : il n’y a pas que chez nous que la politique se joue en famille…

Alors que le Washington post vient de révéler que le gendre de Donald Trump allait bénéficier d’un bureau à la Maison-blanche, pour diriger un « bureau de l’innovation » chargé de remanier l’administration afin de tenir les promesses du président, sa femme Ivanka Trump devrait d’ailleurs en faire partie…Le Chicago Tribune publie une petite annonce « Sos Maison blanche recherche baby sitter pour président de 70 ans ». Une baby sitter s’amuse, sérieusement, l’éditorialiste, qui devra tenter de contenir les colères du président, lui apprendre la différence entre président et dictateur, l’aider à démêler vraies et fausses infos pas seulement sur la foi de ce que dit Fox News, l’aider à sortir de son addiction à Twitter, à reconnaitre ses vrais amis, les services de renseignements américains, des faux, les russes... bref, Une nounou ! la nounou, dernier personnage de notre saga familiale du matin !

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.