C'est la quadrature du cercle, version "bulle papale"... Le voyage de Benoît XVI en Turquie... Et tout de suite, des comparaisons... "Contrairement à son prédécesseur, qui faisait de ses voyages l'outil d'une diplomatie dynamique, Benoît XVI est sur la défensive, écrit Patrick Fluckiger dans L'Alsace... Sa visite turque sera considérée comme réussie si elle ne génère pas d'incident majeur... Jean-Paul II gagnait les coeurs... Benoît XVI colmate les brèches qu'il a contribué à ouvrir"... Du coup, analyse La Croix, "trois enjeux majeurs attendent Benoît XVI en Turquie : l'islam, l'Europe et l'oecuménisme"... Et en fait, au départ, c'était bien l'oecuménisme qui devait être au centre de ce voyage... "A l'origine, rappelle Philippe Waucampt dans Le Républicain Lorrain, cette visite en terre d'islam laïcisée était d'abord une rencontre avec l'ancienne métropole byzantine de Constantinople, et avec le chef spirituel de la plus ancienne branche de la chrétienté, dont le catholicisme est séparé depuis presque 1.000 ans... Mais voilà, il y a eu Ratisbonne... Et du coup, conclut l'éditorialiste, plutôt que d'oeuvrer à raccourcir de quelques milimètres le fossé séparant catholiques et orthodoxes, l'homme du Vatican va devoir, tout au long de ce voyage, donner des gages au monde musulman"... Eh bien oui, parce que... "depuis ses propos controversés sur l'islam à l'université de Ratisbonne, en Allemagne, Benoît XVI est devenu en quelque sorte la tête de turc d'Ankara", ironise Bruno Théveny dans Le Journal de la Haute-Marne... Alors son voyage va se faire sous haute protection... Le commentateur constate que "l'ultra-vigilance est de rigueur pour un chef d'Etat que les Turcs musulmans considèrent comme un drôle de paroissien... 12.000 policiers seront priés d'être sur le pied de guerre... Pour un message d'amour et d'amitié, la démarche est un peu paradoxale"... Et en Allemagne, Die Welt s'interroge sur la présence de toutes ces unités antiterroristes pour protéger le Pape... "des mesures de sécurité extrêmement coûteuses", pour le quotidien... Alors oui, "c'est un voyage risqué", confirme Jules Clauwaert dans Nord-Eclair... "Il faut espérer que des images marqueront les esprits... l'image d'un Pape brisant les tabous, qui se rendra à Sainte-Sophie puis à la Mosquée Bleue"... Donc, le Pape joue gros... Et il n'est pas le seul, analyse Jacques Guyon dans La Charente Libre... "Erdogan, le Premier ministre turc, est dans la même situation... Il doit à la fois ménager sa base électorale... des élections auront lieu en 2007... et épargner les opinions publiques européennes, au moment même où le risque d'un gel des négociations d'entrée dans l'Union n'a jamais été aussi grand"... Et c'est sans doute pour cela que le Premier ministre a fini par accepter de rencontrer Benoît XVI... "Il le rencontrera à l'aéroport", précise le Corriere della Sera... "une rencontre qui aura lieu dans la salle VIP, à Ankara, et qui durera 15 minutes"... L'une des demandes de l'Union européennes dans les négociations d'adhésion, c'est la mise en place d'une véritable laïcité en Turquie... une laïcité qui est, pour l'instant, "un voeu pieu", selon Libération, qui explique que "plutôt que de séparer Etat et religion, la Turquie contrôle un islam institutionnalisé... Le Directoire des affaires religieuses, qui dépend du Premier ministre, a la haute main sur les quelque 70.000 mosquées du pays et sur leurs imams fonctionnaires... C'est ce même Directoire qui fixe, chaque semaine, le canevas des prêches du vendredi... En résumé, en Turquie, la laïcité reste un concept très ambigu"... Pour preuve, les portraits, dressés par Le Monde et La Croix, de la communauté chrétienne turque... Le quotidien catholique parle de "minorités chrétiennes au bord de l'étouffement"... et constate : "Les Grecs orthodoxes étaient 300.000 en Turquie au début du siècle... Ils ne sont plus que 3.000 aujourd'hui... Or, on ne quitte pas son pays sans raison"... Le Monde constate, de son côté, "le silence des Chrétiens en Turquie"... "Arméniens, Syriaques ou Grecs, ils sont quelques dizaines de milliers de non-musulmans issus de communautés orthodoxes, et ils ont réussi à survivre en se taisant"... La journaliste du Monde a ainsi rencontré Sinem... une jeune femme aujourd'hui... qui raconte que, durant toute sa scolarité, elle a caché qu'elle était chrétienne... "A l'école, je me sentais différente", dit-elle... Par ce que, explique le journal, "la peur reste un sentiment commun à toutes les familles chrétiennes... Et ce n'est pas le fait de l'actuel gouvernement, puisque le chef du principal parti d'opposition a encore répété, devant le Parlement cette année : "En Turquie, il n'y a pas de minorités... Tout le monde est Turc et musulman"... Craintes du côté de ce voyage papal en Turquie... Espoirs pas très loin, au Proche-Orient... "Olmert tend la main aux Palestiniens"... C'est en Une du Figaro... "Le Premier ministre israélien est disposé à échanger des prisonniers palestiniens contre la libération du caporal Gilad Shalit"... "Olmert renoue le dialogue", note également Le Soir, à Bruxelles... "Il a appelé les Palestiniens à une reprise du dialogue de paix, gelé depuis plusieurs années"... Et The Independent, à Londres, constate également : "Olmert place les prisonniers au coeur de la négociation de paix avec les Palestiniens"... "Sans doute le Premier ministre israélien s'est souvenu de la leçon d'Ariel Sharon : "Méfiez-vous du vide", écrit Patrick Saint-Paul, le correspondant du Figaro à Jérusalem... Alors que l'administration Bush étudie une redistribution des cartes dans la région, dont Israël redoute de faire les frais, le gouvernement d'Ehud Olmert sait qu'il doit tout faire pour reprendre la main"... "Les propos du Premier ministre israéliens donnent du crédit aux rumeurs et aux pressions qui se font jour pour que Marwan Barghouti, le très populaire leader palestinien condamné à la prison à vie, soit libéré", note L'Humanité... Dans le quotidien Haaretz, un ancien dirigeant du Parti de la gauche sioniste a même intitulé, ces derniers jours, sa chronique : "Libérez Barghouti !"... Reste une question, s'interroge Le Figaro : "Que va faire le Hamas ?"... "Le parti aujourd'hui au pouvoir a toujours été sensible aux mouvements de l'opinion publique... Or, celle-ci réclame une reprise du dialogue... Et hier, le Premier ministre israélien a indiqué qu'en cas d'arrêt des violences palestiniennes contre Israël, il était prêt à assouplir les restrictions de déplacement appliquées aux Palestiniens, et à débloquer des fonds gelés depuis le printemps"... Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les Palestiniens en ont besoin, de cet argent... A lire dans Le Monde : "Le désarroi du personnel hospitalier face aux sanctions financières à Naplouse"... Les lits des urgences de l'hôpital Al-Watani sont vides... Et derrière le comptoir des admissions, deux employés trompent l'ennui en discutant au téléphone... Un avis prévient les visiteurs : "Les urgences n'admettent que les gens qui risquent de mourir"... Asphyxie financière... manque de personnel... morcellement de la Cisjordanie par les barrages militaires... Voilà le résumé des maux qui paralysent le système de santé palestinien... Le docteur Jawhari, le directeur de l'hôpital de Naplouse, explique, désabusé... "Sur les neuf derniers mois, je n'ai touché que 20% de mon salaire... Et la moitié de nos lits sont fermés (...) Nous sommes salement punis par la communauté internationale"... Sans compter le manque de médicaments... Et le médecin, là aussi, raconte... "Il faut pousser les portes pour saisir la gravité de la situation... Des gens, cachés chez eux, meurent à petit feu par arrêt thérapeutique forcé"... Retour en Occident... Autre société... Autres problèmes... La plupart de vos journaux, ce matin, saluent l'arrivée sur le marché de Transavia, la société low-cost d'Air France... Et du coup, c'est l'occasion de se pencher sur ce modèle qui, comme l'explique Libération, "infiltre toute l'économie"... "Les bas tarifs se sont imposés dans la téléphonie, mais bien avant dans la distribution... Même l'automobile s'est laissée déborder... La Logan de Renault, par exemple, se vend à près de 2.000 exemplaires par mois en France... Mais un mystère reste entier avec la "low-cost économie", note Libération... "Qui sortira gagnant de ce match entre le consommateur et le salarié ?"... A priori, pas ce dernier, si l'on en croit L'Humanité... qui met à sa Une : "5 salariées d'un magasin hard-discount qui portent plainte contre leur employeur pour harcèlement moral"... Elles travaillaient au Distri-Center de Moissac, dans le Tarn-et-Garonne... Et à la fin de l'été dernier, elles ont décidé de porter plainte à la gendarmerie... La réponse ne s'est pas faite attendre... Elles ont reçu leur lettre de licenciement... le siège les accusant d'un complot organisé pour venir à bout de la responsable du magasin"... Et L'Humanité rapporte qu'en Allemagne, le syndicat Ver.di vient de publier un ouvrage qui rapporte les pratiques peu avouables de Lidl, autre hard-discounter... des pratiques étendues à toute l'Europe, de la Finlande à l'Italie, de l'Espagne à la Suède, du Portugal à la Pologne... Ainsi, un ancien directeur témoigne... "J'ai personnellement assisté à des réunions où l'on nous faisait faire des exercices d'entraînement à la provocation orale... On nous expliquait les bonnes manières pour remettre le personnel à sa place... Caméras cachées, inspections de casiers, contrôles de caisse inopinés"... Garder le personnel le moins longtemps possible, pour qu'il coûte le moins cher possible... C'est l'une des manières de rogner sur les coûts... Une autre possibilité est d'attirer le consommateur par d'importantes ristournes... Mais à ce jeu-là, on ne sort pas toujours gagnant... Dans La Tribune, le géant de la distribution, l'américain Wal-Mart, est "la première victime de la guerre des prix outre-Atlantique"... "En novembre, il a signé sa plus mauvaise performance en 10 ans... Parce que si l'ampleur des réductions a dopé les ventes, elle a aussi comprimé les marges"... Parce qu'au final, le gagnant, c'est quand même toujours le consommateur... C'est du moins lui qui a tout pouvoir, selon La Tribune, qui fait le portrait de l'association UFC-Que Choisir... "Pour certains, ce sont des énervés... pour d'autres, des militants qui se sont professionnalisés... Leurs dernières victimes en date, ce sont les opérateurs de téléphonie mobile, contre lesquels ils ont déposé 12.000 plaintes devant le Tribunal de Commerce de Paris... Et le porte-parole d'un des opérateurs l'avoue : "Nous ne les avons pas vu venir"...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.