Cachez ces réfugiés que je ne saurais voir

D'après une étude menée dans sept pays d'Europe et publiée par LE MONDE, les Français sont parmi les plus frileux vis à vis de l'accueil des réfugiés. Les Français...

En Russie, difficile de savoir ce qu'en pensent les Russes.

Mais le Kremlin lui, n'en veut pas. D'après Pierre Avril du FIGARO, les milliers de Syriens qui pensaient trouver refuge chez l'allié de Bachar El-Assad sont clairement indésirables.

Selon les statistiques officielles, sur les 7.650 Syriens officiellement enregistrés en Russie, seuls deux ont obtenu le statut de réfugiés permanents. Pour les autres, les divers titres de séjours sont renouvelés au compte-goutte, au gré des pots de vin et de jours et des nuits d'attentes au service des migrations. La vérité explique une directrice d'ONG, c'est que les autorités russes veulent se débarrasser de ces réfugiés. Vladimir Poutine s'intéresse au sort d'Assad mais se fiche complètement des populations.

La Syrie, terrain de jeu diplomatique.

Avec Paris qui tente de revenir dans le jeu selon Hélène Sallon dans LA MATINALE DU MONDE. Laurent Fabius a réuni hier, ses partenaires européens et du Moyen-Orient pour un dîner de travail. Comme il y a une intensification des discussions qui est positive, il fallait clarifier certains points fait savoir une source diplomatique. D'autant que vendredi, il y a la conférence de Vienne où Paris sera enfin présent. L'Iran partenaire de Damas a aussi été invité.

Mais tout ce petit monde arrivera-t-il à s'entendre ?

La France ne veut entendre parler d'une solution incluant Bachar El Assad. A l'inverse de la Russie et de l'Iran//

Et les atermoiements des Etats unis ont désespéré les pays du golfe et de la Turquie. Mais tous semblent aujourd'hui... s'en remettre quand même à la Russie.

C'est la seule qui dispose de leviers pour amener le régime syrien à la table des négociations.

Et pourtant écrit David Lesch professeur d'histoire du Moyen Orient sur SLATE. En Syrie, Moscou ne fait aujourd'hui que répéter les erreurs de la guerre froide.

Et son implication dans le conflit syrien signe peut-être le début de la fin de l'ère Poutine.

Dans LE MONDE DIPLOMATIQUE, Alexeï Malchenko n'est pas du même avis. Dans cette partie de billard à 3 bandes... on peut au contraire voir ceci. En réaffirmant une coopération ancienne avec le régime de Bachar El-Assad, Vladimir Poutine espère peser davantage dans la reconfiguration du Proche-Orient.

Complexe.

Complexe aussi, la situation à Jérusalem après les attaques au couteau.

Près de l'ancienne gare ottomane de Jérusalem, d'habitude on vient en famille boire un verre en terrasse pendant que les enfants font du vélo. Mais quelque chose écrit Piotr Smolar du MONDE. Après les premières attaques au couteau, il y a eu la présence des militaires. Mais quand ils ont été déployés ailleurs, les armes ont fait leur apparition.

Des pères de famille... des juifs religieux pourtant la kippa sont apparus accompagnant leurs familles avec des armes en bandoulière. On ne veut plus des ouvriers arabes pour les travaux dans les habitations. Certains arabes israéliens parlent même en anglais pour passer incognito.

La paix peut toujours attendre selon LIBERATION. La communauté internationale doit nous aider à éteindre l'incendie dit même Tzipi Livni. L'ex-ministre israélienne en appelle aux pays arabes pour faire cesser les attaques contre les juifs. Les pays arabes, mais pas la Russie. Car pour Elie Barnavi dans les pages débats du FIGARO, ce conflit national est en train de devenir une guerre de religion. Illustration simple selon Eli Banarvi. Dans cette guerre moderne des couteaux. Quand un enfant de 13 ans en poignarde un autre du même âge, nul ne le recrute. Il est le produit de l'atomisation de la société palestinienne. Ce sont les enfants de facebook. Ils consultent les réseaux sociaux, se lèvent, attrape un couteau de cuisine et s'en va chercher dans la rue, une victime.

A lire également dans la presse ce matin, Ben Carson.

LE MONDE, LES ECHOS, LIBERATION, WASHINGTON POST, le candidat à la primaire des Républicains aux Etats Unis est partout. A quelques heures du troisième débat, il grimpe dans les sondages. L'ancien neurochirurgien, seul homme noir dans la course à la primaire républicaine, talonne Donald Trump. Le nouveau favori a pris le contre-pied de l'homme d'affaire. Il est calme, posé, réfléchi dans les débats. Il n'en reste pas moins très conservateur comme le souligne Elsa Conesa des ECHOS.

Ses mots frappent les esprits. Frédéric Autran les a listé dans LIBE. La réfome de la santé d'Obama : pire chose depuis l'esclavage. Il compare les femmes qui veulent interrompre leur grossesse aux ex-propriétaires d'esclaves.

La fusillade dans l'université de l'Oregon ? Si les juifs avaient été armés, ils auraient eu une plus grande chance de résister à Hitler.

Vous auriez dû vous passer quelques temps à Berlin en 1936 pour vous rendre compte de ce qu'était l'Allemagne de l'époque et en 42 quand a été décidé la solution finale, répond Ruth Marcus l'éditorialiste du WASHINGTON POST.

Et même encore maintenant, aucun politique allemand n'oserait user de telle rhétorique.

C'est le meilleur du pire selon le site de L'EXPRESS.

Témoin ses propos sur les homosexuels. Deux mois avant d'annoncer sa candidature, ce chouchou du Tea Party déclarait, sur CNN, que l'homosexualité était un choix.

"La prison le prouve", s'était-il expliqué : "Un grand nombre de gens vont en prison et ils en sortent homosexuels. Alors, que s'est-il passé là-dedans? Posez-vous la question?".

Il s'était toutefois excusé quelques jours plus tard.

Quoi d'autre dans la presse ?

La honte en quelques lignes. Celle d'Alain Castany, au lendemain de la fuite des deux pilotes français de République Dominicaine. Lui est resté là bas. Question du PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE. Que répondez-vous à Pascal Fauret quand il a dit qu'il n'était pas marié avec vous? "C'est incroyable de dire ça. Pascal Fauret semble avoir oublié que j'ai été à sa demande, membre d'équipage.

Je ne sais pas s'il réalise ce que ça signifie un commandant de bord qui abandonne un équipage. C'est une honte. Je ne sais pas comment il peut vivre avec ça."

La race blanche vu par Alain Delon dans TV Magazine.

L'acteur qui fêtera ses 80 ans le 8 novembre prochain, défend Nadine Morano qui avait donc parlé de la France pays de race blanche. "Je lui tire mon chapeau. C'est une polémique ridicule. Juste une question : Le Kenya est un pays de quel race ? Les gens sont noirs."

Après tous ces bons mots, quoi dire ?

Prenons de la hauteur. Demain, Vénus, Mars et Jupiter ont rendez-vous.

C'est un phénomène astronomique d'une grande rareté souligne ATLANTICO : une triple conjonction planétaire. Aucun risque que les planètes ne se percutent. Le phénomène sera visible très tôt demain. Ces planètes seront donc juste toutes proches. La distance entre Vénus et Jupiter sera si réduite qu'il sera possible de les couvrir en plaçant un doigt devant son œil.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.