(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : un statue taillée dans le flou.

(Bruno Duvic) Au fait, pourquoi 3% ?

Pourquoi cet objectif de 3% de déficit public et pas plus ?

D'où vient ce chiffre inscrit dans le traité de Maastricht et qui est au cœur du budget présenté ce matin en Conseil des Ministres ?

Bonne question et réponse dans Le Parisien-Aujourd'hui en France . Le quotidien a retrouvé l'inventeur des 3%. Il s'appelle Guy Abeille, c'est un économiste. En 1981, sous François Mitterrand, il travaillait au ministère des Finances, alors installé au Louvre.

31 ans et autant de budgets déficitaires plus tard, il raconte :

« On a imaginé ce chiffre de 3% en moins d'une heure, sur un coin de table, sans aucune réflexion théorique.C'était un soir de mai 81. Pierre Bilger, le directeur du budget à l'époque me convoque avec Roland de Villepin – ndlr le cousin. Il nous a dit : 'Mitterrand veut qu'on lui fournisse rapidement une règle facile, qui "sonne" économiste et puisse être opposée aux ministres qui défilent dans son bureau pour lui réclamer de l'argent'.

On allait vers les 100 milliards de Francs de déficit. Ca représentait plus de 2% du PIB. »

Alors quel chiffre fournir à Mitterrand ?

1% ? « Impossible à atteindre. »

2% ? « Ca nous mettait trop sous pression.

3% c'était un bon chiffre, ça faisait penser à la Trinité. »

Voilà comment ont été engendrés le Père, le Fils et le Saint-esprit du budget. « Plus tard, ajoute Guy Abeille, cette référence sera théorisée par des économistes et reprise dans le traité de Maastricht.La petite graine est devenue un champ, mais c'était peut-être un champ d'OGM. »

De cette petite graine, découlent des choses très concrètes...

30 milliards. 10 milliards d’économies et 20 milliards de hausses d’impôt dans le budget présenté ce matin en Conseil des ministres.

« Ayrault présente sa facture fiscale », titre Le Figaro

__

Ce budget, c'est « un choc fiscal historique pour les plus aisés », écrivent Les Echos .

Les plus aisés seulement, est-ce si sûr ? "Qui va payer ?" C'est la Une de Marianne en kiosque demain : "Oui les riches vont payer mais moins qu'ils le craignent", écrit l'hebdomadaire. Mais aussi "Oui les classes moyennes vont payer : plus que ne l'avoue le gouvernement, mais moins que ne le prétend la droite."

A plus long terme, Rue 89 relève un engagement du Premier Ministre hier soir à la télévision : pas d'augmentation de la TVA tout au long du quinquennat

Libération s'intéresse à la partie économie de ce budget : 10 milliards. Parmi les conclusions que tire le journal : les fonctionnaires peuvent redouter une cure d'austérité sévère.

Les Echos détaillent les effets concrets de la rigueur dans le secteur public :

  • des projets de lignes TGV remis à plus tard

  • le nombre de sous préfectures va diminuer

  • l'enterrement express de projets culturels

  • le quai d'orsay vend des résidences d'ambassade

  • dans le secteur de la défense des programmes sont reportés, des postes rognés.

  • et les hôpitaux sont contraints de réduire leurs effectifs.

Dans Le Parisien Magazine , désormais en vente avec le quotidien tous les vendredis, on lira l'appel d'une centaine de médecins à sauver l'hôpital. Parmi les signataires, le professeur Frydman, le père (entre guillemets) du premier bébé éprouvette. Ils demandent des Etats généraux de la santé et singulièrement de l'hôpital. La suppression de personnel hospitalier ne doit plus être la variable d'ajustement des dépenses.

En tout cas l'histoire des 3% va donner des arguments à ceux qui dénoncent l'austérité à tous crins. A la Une de L'Humanité, à deux jours de la manifestation parisienne : « Traité budgétaire européen, manifestons notre Non ! » Edito de Patrick Appel Muller qui cite Jaurès en 1914 : « La lutte est engagée entre les oligarchies et la démocratie sociale et politique.»

Quoi d'autre dans la presse ?

Dans la presse étrangère, 2 photos. A la Une du Herald Tribune , les premiers électeurs de la présidentielle américaine, plus d'un mois avant la date. L'organisation du scrutin dépend des Etats et dans l'Iowa par exemple, il est déjà possible de choisir entre Obama et Romney.

Sur le site de Die Welt , un vieil homme en fauteuil roulant très diminué regarde son double, plus jeune. Le double c'est un timbre à son effigie. Helmut Kohl était hier à Berlin. C’était l'une des rares sorties publiques de l'ancien Chancelier, diminué par un accident vasculaire. L'Allemagne célèbre les 30 ans de son accession au pouvoir, en 1982, donc.

Quand les riverains d'un quartier organisent l'évacuation forcée d'un camp Rom et y mettent le feu ensuite. Cela s'est passé hier soir à Marseille dans le quartier Saint-Louis. Le récit est dans La Provence .

Etrange récit : les forces de l'ordre sont intervenu mais n'ont pu que constater les faits et n'ont retenu aucune infraction.Une habitante justifie ce coup de sang : « Ce matin, on est allé à la police, à la préfecture, à la mairie de secteur et même chez les bailleurs. Chaque fois c'était la même réponse : qu'il fallait attendre plusieurs mois avant une intervention. Ce qu'on nous laissait entendre, c'était : 'débrouillez vous seuls'. C'est ce qu'on a fait. »

Et puis dans Libération , entre autres, le classement des sites d'information "pure players", ces sites qui n'existent que sur Internet et que l'on mentionne régulièrement dans cette revue de presse. En tête au mois de juillet, le Huffington Post Français. Près de 2 millions de lecteurs différents sont allés le consulter au moins une fois.

L'histoire du jour pour finir...

...Racontée par slate.fr ...

En voici le titre : "La statue bouddhique trouvée par les nazis était faite en matériaux extraterrestres".

On se penche là dessus au milieu de la nuit en reprenant un café… Slate cite des références scientifiques a priori respectables, la revue Nature et une autre, spécialisée dans les météorites.

Voici donc l'histoire.

En 1938, une équipe nazie est envoyée au Tibet. Dans son délire, le parti nazi envoie un ethnologue chercher dans les montagnes l'origine de la race aryenne. L'équipe tombe sur une statue qui porte une croix gammée. C'est une statue bouddhique et la croix en question, c'est un symbole bouddhiste qui représente la chance, symbole qui a été repris par les nazis.

La statue mesure 24 centimètres et pèse 10 kilos.

Fin du premier épisode.

Plus de 70 ans après, une équipe de l'institut de planétologie de Stuttgart récupère la statue, l'analyse et découvre qu'elle a été taillée dans un matériau très particulier : l'ataxite, un type très rare de météorite.

Le scientifique qui a mené l'analyse s'appelle le docteur Buchner. Il explique ceci : « La statue a été sculptée dans un fragment d'une météorite écrasée à la frontière de la Mongolie et de la Sibérie il y a 15.000 ans environ. »

Si la météorite a 15.000 ans, la statue daterait du XIème siècle.

Dernière question : ceux qui l'ont sculptée savaient-ils qu'elle venait du ciel ? C'est possible, selon les scientifiques car il faut de la volonté pour tailler une roche aussi dure.

Bon week-end...

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.