Nul ne saurait l’ignorer… Le président de la République a un chien…

Et on a un peu honte de cette futilité mais dans cette rentrée, la joie des enfants, la tranquillité des parents, le pouvoir a donc offert un animal de compagnie… à nous autres journalistes, puisqu’on en parle, et vous le subissez… Puisque Nemo est à peu près partout et on ne va pas s’attarder sur cette histoire absolument communicante de ce labrador griffon adopté à la SPA par un pouvoir grand parent et compassionnel… sauf que cela nous raconte l’esprit doucement monarchique de notre république… Quand on lit bien dans le figaro la patronne de la SPA, Madame, Natacha Harry, toute à sa fierté…

« C’est le premier chien de France » dit elle de Nemo… que la SPA, au service de l’Etat, a choisi pour être le compagnon idoine des Macron…

Et surtout : ceci. « Elle précise que le chef de l'Etat a payé de sa poche les 250 euros exigés par le refuge : «Il n'a pas voulu qu'on lui offre».

Bah oui, heureusement. Mais pourquoi le lui avoir proposé ?

Et dans notre douce monarchie….. la question du jour est simple : c’est qui le patron ?

Et la réponse comme chaque année le patron s’appelle gattaz, Pierre, patron des patrons qui organise son université d’été… et que l’on voit à la UNE du parisien interpeller Emmanuel Macron,

SURTOUT NE LACHEZ RIEN

Ne lachez rien sur les réformes.

La réforme du travail… La réforme fiscale… la baisse des dépenses… Gattaz demande à macron d’être digne de lui-même.

« Il faut aujourd’hui montrer pourquoi le monde entier a salué l’élection d’un jeune président de 39 ans qui parle anglais et veut changer le pays »…

Le patron des patrons est il le patron du président ou son mentor ? Il va sortir un livre… 60 idées pour Emmanuel macron… ‘le figarro le dévoile, c’est drôle il veut baisser les taxes et instaurer dix minutes de méditation par jour… c’est bon pour la productivité

Il y a un style Gattaz… Un mélange d’idéalisme et de menace désolée Extrait du parisien… « Un patron ne défile pas dans la rue, il ne fait pas grève Un entrepreneur, il se démotive ou il s’exile. »

Ou encore… « Si on réforme l’ISF comme prévu, le Medef sera le meilleur ambassadeur de la France »…

Oui mais si on ne le fait pas ?

Mais les avertissements de Pierre gattaz semblent surjoués en cette rentrée… presque une superstition ou un leurre, pour ne pas donner le sentiment du triomphe…

Parce que si on lit les journaux le medef a déjà gagné ?

Mais Chut il ne faut pas le dire… Sinon ça se verra

C’est magistralement résumé et illustré à la Une de l’opinion. Medef macron, l’amour en douce… « Nous sommes à fond derrière Emmanuel macron mais nous ne pouvons pas le dire… » dit un chef d’entreprise dans un article pédagogique de Cyrille lachevre… Dans un dessin. Gattaz encore lui, le costume couvert de confettis, qui fait semblant de faire la tête alors qu’il fait la fête… les bouchons de champagne claquent derrière lui.

Cela ne raconte pas la fin de la séquence…

Mais tout ce qu’on lit… effectivement… montrent IDEOLOGIQUEMENT une victoire patronale…

On a parlé de l’interview de gattaz. Mais le plus significatif… dans le parisien aujourd’hui en France… C’est l’éditorial…

Signé Nicolas Charbonneau.

Titré Il n y a plus le choix… qui fustuige les gouvernements passés un peu frileux et et qui cédaient au chaos, aux barricades, aux blocages…

C’est une opinion. Mais que ce soit la ligne d’un grand journal populaire, donc qui s‘adresse à tout le monde, c’est important…

Cela donne l’impression de l’évidence…

Les journaux ne sont quand même pas unanimes a plaider pour les reformes ?

Il y a une part minoritaire de la presse… Libération… attaque l’idéologie de la baisse des dépenses publiques… Lundi 4 septembre, les trois écoles de Valorbiquet, calvados, seront fermées… parce qu’elles ne peuvent pas fonctionner sans emplois aidés…

C est l’endroit du doute… Parallèlement, vous avez l’inquiétude du financial times… qui redoute que les puissants syndicats français… powerful french unions ! qui pourraient faire échouer la réforme

Cela fera plaisir à Philippe Martinez , le regard soucieux à la une de l’humanité… Il décline sa colère contre la réforme annoncée … un mensonge d’etat… A qui profite la pseudo reprise économique, Aux actionnaires… et il espère la lutte et la protestation ; et regarde les trevistes de deliveroo, ces coursiers de la restauration à domicile. Ils incarnent le modele du travail revé par macron », dit Martinez mais ils se battent pour obtenir des garanties collectives, ce qu’ont obtenu les autres travailleurs… présentés comme archaique…

On est dans ce moment où les anciennes organisations cherchent dans le nouveau monde… des raisons d’espérer. C’est vrai chez les patrons comme chez les syndicats.

Et à propos de vieux monde… une séquence nostalgie et bolchevique dans la Croix…

LA CROIX publie depuis hier… une série FORMIDABLE sur ce qui reste de Lénine en Russie… la révolution bolchévique a 100 ans ;;; aujourd’hui… on parle des appartements collectifs ! découvre que les livres pour enfants des années 20 sont toujours à la mode, notamment les aventures de l’oncle stiopa, un brave policier soviétique… au service du peuple…

Il y a un parfum sepia… là dedans… et on se demande si un jour… le communisme nord coréen inspirera les mêmes tendresses… quand un missile survole hokkaido…

Dans le new york times… coincidence, on nous décrit la propagande nord coréenne… qui s’exprime dans des affiches terrifiantes… la couleur et la fureur nord coréennes… On y voit notamment des missiles, rouges bien sur… détruire le capitole de washington… est ce qu’un jour,ces posters décoreront des chambres d’étudiant… comme le témoignage d’une folie révolue…

On parle d’un homme seul… enfin… un tunisien face au drame des migrants..

il s’appelle Chamsedine Marzoug, et cet ancien pêcheur de zarzis, en tunisie, chauffeur au croissant rouge, est celui qui enterre les corps des migrants noyés que la marée amène sur la cote, des morts dont nul ne veut dans les cimetières de sa ville…. sauf lui… « Moi je suis leur famille tant qu’ils n’ont pas de famille »… dit-il. Il est dans l’humanité et témoigne de notre humanité. Ce qui nous reste.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.