Tony Estanguet ou Laura Flessel ?... Ce sont les deux favoris pour être porte-drapeau de l'équipe de France olympique à Pékin... On saura dans la matinée qui a été choisi... On découvrira également à quoi ressemblera la tenue officielle des Français... Bref, vous l'avez compris : le calendrier s'accélère... "Les Jeux Olympiques de Pékin, c'est dans 100 jours", explique ce matin Le Parisien-Aujourd'hui en France... Le journal rapporte que la capitale chinoise prépare tranquillement les festivités, en tentant d'oublier le contexte international... Les bruits des marteaux-piqueurs et les ombres des grues ont quasiment disparu sur tous les chantiers... Et c'est maintenant vers la sécurité que tous les regards sont tournés... Et comme le constate Tristan de Bourbon, "le discours officiel est sans surprise... 'Le département de la sécurité a prévu tous les scénarios possibles'... une tendance à se croire infaillible qui est tout sauf rassurante", commente le journaliste du Parisien-Aujourd'hui en France... Oui, pour l'instant, c'est "jours tranquilles à Pékin", rapporte également L'Equipe... avec, entre autres, cette anecdote d'une sécurité pékinoise très zélée... Lors des Mondiaux d'escrime, il y a quelques jours, une épéiste française raconte : "Ils ne voulaient pas nous laisser monter dans les transports avec nos armes... Ils ne doivent pas encore être très au fait de l'escrime puisqu'ils nous demandaient si on en avait vraiment besoin"... Alors, en même temps... Si les sportifs qui sont allés en compétition ou en repérage à Pékin n'ont eu affaire qu'à des gens sympas, chaleureux et curieux... "la France agace quand même", note L'Equipe... La France agace par exemple cette jeune Chinoise francophone : "Attaquer les Jeux, c'est très grave... C'est comme si quelqu'un venait gâcher une fête de mariage... On n'a pas le droit de gâcher le plus beau jour d'une vie"... Dans Le Monde, vous lirez que tout s'organise pour que l'ascension de l'Everest par la flamme olympique, à la fin du mois de mai, se fasse sans problème... Des témoignages rapportent que les autorités chinoises ont chargé la Ligue de la Jeunesse communiste de mobiliser des milliers de spectateurs sur place, dans le cadre d'une "activité patriotique"... Et on imagine bien que ce ne sera pas agiter des drapeaux tibétains... Et du côté des sportifs... "Après un mois de tumultes, ils rentrent dans le rang", constate L'Humanité... Certes, concède le journal, "Français et Allemands continuent de chercher un signe capable d'être porté par tous les participants aux Jeux"... Mais difficile, vu comment le CIO a réduit le domaine des possibles... Pour le CIO, rappelle L'Humanité, "les athlètes ont le droit de ne pas s'exprimer, et celui de ne pas se sentir obligés de le faire"... On ne saurait dire mieux... A lire également, sur ce thème, l'analyse de Jacques Hubert-Rodier, dans Les Echos... Il explique : "La question de la légitimité aux yeux des autres est extrêmement importante pour les pays qui ne respectent pas les droits de l'homme"... Les droits de l'homme en Chine... Les droits de l'homme en Tunisie... Oui, la Tunisie, "moins grande que la Chine mais plus proche"... C'est le commentaire de Laurent Joffrin, dans Libération ce matin... Libé qui titre : "Notre ami le despote"... et explique : "Le Président français rend visite au Président Ben Ali, dont le régime est vivement critiqué pour ses atteintes aux droits de l'homme"... "Chasse aux opposants, flicage général, corruption, tortures, propagande orwellienne, élections truquées : tous les ingrédients du despotisme sont réunis dans ce pays", écrit toujours Laurent Joffrin... qui se demande si ces éléments peuvent passer par pertes et profits commerciaux... Première réponse dans Le Figaro... "A Tunis, Sarkozy ne donne pas de leçons"... Ce sont les propos mêmes du Président français, qui a voulu encourager hier son homologue tunisien... "Je ne vois pas au nom de quoi je me permettrais de m'ériger en donneur de leçons"... Alors Le Figaro explique que les militants tunisiens des droits de l'homme attendent plus que ça... Cet après-midi, Rama Yade s'entretiendra avec le président de la Ligue tunisienne des droits de l'homme... Mais la ligne officielle, côté français, c'est qu'il ne faut pas brusquer la Tunisie, dont la stabilité politique, les acquis sociaux et les performances économiques sont mis en avant... Pas de leçons donc... Et "d'abord des contrats", résume Le Parisien-Aujourd'hui en France... Accord de partenariat dans le nucléaire civil... des contrats pour Airbus et Alstom... Les premières heures de la délégation française en Tunisie ont déjà rapporté plusieurs centaines de millions d'euros... Alors économie contre droits de l'homme... "Faire la fine bouche serait stupide, et surtout nos caisses vides ne nous le pardonneraient pas", écrit Didier Pobel dans Le Dauphiné Libéré... "Cela dit, reste bel et bien la question des libertés individuelles dans ce pays du Maghreb... On s'en offusquera sans doute devant son téléviseur... Mais c'est drôle, conclut l'éditorialiste, comme on y pense moins en bronzant sous le soleil d'Hammamet ou de Djerba"... C'est aussi l'éternel "équilibrisme des politiques français"... C'est Libération, qui note que, "à droite comme à gauche, les amis de la Tunisie restent nombreux mais prudents... Ce qui fait que, depuis toujours, les Français prennent moultes pincettes pour poser le dossier des droits de l'homme sur la table"... Alors dans la délégation française qui accompagne le chef de l'Etat à Tunis, beaucoup de personnes qui ont des liens forts avec la Tunisie... l'écrivain Frédéric Mitterrand, le journaliste Serge Moati... Il y a aussi Philippe Séguin, président de la Cour des Comptes, natif de Tunis... Le Parisien-Aujourd'hui en France rapporte que le maire de Paris était invité (il a grandi en Tunisie, il y possède une maison)... Mais Bertrand Delanoë a décliné... A priori, explique le journal, il n'était pas très chaud pour jouer les utilités aux côtés de Nicolas Sarkozy... Mais soucieux également de ne pas froisser ses amis tunisiens, Delanoë a demandé à l'Elysée de ne pas rendre publique cette invitation... Il y a encore quelqu'un qui a cafté... Ce matin, dans la presse, il y a aussi l'économie française qui prend un carton jaune... Et c'est l'Europe qui le lui donne... "Bruxelles s'alarme du déficit français", note La Tribune... Et Les Echos rapporte même que "Bruxelles menace la France d'un avertissement"... parce que les experts de la Commission européenne ne croient pas les prévisions optimistes du gouvernement sur la réduction du déficit budgétaire... "C'est un verdict glacial et sans appel", commente Gaëtan de Capèle dans Le Figaro... "Nous sommes à la limite du hors-jeu... Et les faits sont là, incontestables : à deux mois de la présidence française de l'Europe, nous nous présentons à nos partenaires avec la plus mauvaise copie de la zone euro"... Et l'éditorialiste conclut : "L'avertissement de Bruxelles constitue un encouragement à persévérer dans la voie des réformes difficiles"... L'économie, dans vos journaux, c'est aussi la question des délocalisations... Les Echos explique que, sur ce sujet, "les syndicats européens s'organisent... entre autres, en interrogeant les directions sur l'efficacité de leurs décisions à long terme... Parce qu'il n'y a pas que le coût de la main-d'oeuvre à prendre en compte... Les difficultés de formation du personnel local, les investissements logistiques, les défauts de qualité, sont autant de coûts induits qui réduisent le bénéfice économique des délocalisations... Les délocalisations... Dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, vous lirez que, pour l'éviter, Peugeot Motocycles... le dernier fabricant français de scooters... demande à ses 800 salariés de renoncer à la moitié de leurs RTT, sans quoi la production sera délocalisée à Taïwan... Eux, en revanche, ils ont résisté aux sirènes de la délocalisation... Et La Voix du Nord applaudit : "Décathlon renforce sa stratégie à Lille"... L'entreprise vient d'annoncer l'implantation dans la capitale du Nord un centre de production de semelles de chaussures de sport... 120 créations d'emplois en 2010... Et sinon dans la presse, ce matin... Dans toute la presse européenne, les photos de "la cave de l'horreur"... le sous-sol où Josef Fritzl a avoué avoir séquestré sa fille pendant 24 ans... Dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... Quand Bruno Cholet voulait raconter sa vie dans un livre... A l'époque, il se présentait comme un braqueur... Et il avait contacté l'un des journalistes du Parisien-Aujourd'hui en France pour qu'il l'aide... Et c'est le journaliste Frédéric Naizot qui revient sur ces deux rencontres... Et puisque l'on a beaucoup parlé économie ce matin... Dans La Tribune, la preuve que la crise est profonde aux Etats-Unis... la preuve par la ruée vers l'or... En Californie, on le sait... c'est quand l'économie ne va pas bien que les chercheurs d'or réapparaissent... Les fournisseurs de matériel ont du mal à répondre à l'augmentation de la demande... Cela dit, rappelle La Tribune, comme ce fut le cas lors de la première ruée vers l'or, les fournisseurs d'équipements seront sans doute les seuls à vraiment s'enrichir...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.