Condamnés à mort et fusillés. Les portraits des 8 exécutés sont à la Une des sites du GUARDIAN et de PARIS-MATCH, ce matin. Deux Australiens, un Brésilien, 4 Nigérians et un Indonésien. Ils ont été tués par un peloton d'exécution à 0 heures 35 précise, heure locale. THE AUSTRALIAN NEWS décrit par le menu ce matin, les dernières heures des condamnées. Avec ces mots du procureur général d'Indonésie : "L'exécution a été parfaitement menée. Aucun n'a survécu." Les corps ont été immédiatement placé dans des cercueils pour être rendus à leurs famille.Au Brésil, on est choqué. JORNAL DO BRASIL relaie les propos du gouvernement : "Profonde consternation."Le procureur général d'Indonésie a lui défendu ce matin, ces exécutions, au nom de la guerre contre la drogue. L'exécution de la Philippine Mary Jane Veloso a été reportée.

Pas un mot sur Serge Atlaoui le Français. Il est toujours en vien dans le couloir de la mort ?A lire dans la presse française ce matin, un anniversaire. Il y a 70 ans, le 29 avril 1945, les femmes votaient pour la première fois. Mémoires de femmes à découvrir pêle-mêle dans vos journaux. Simone 91 ans, dans LA VOIX DU NORD, raconte ce jour. "Mon père nous a convoquées ma mère... ma grand-mère et moi. Vous allez mettre CE bulletin dans l'enveloppe." Ma mère et ma grand-mère ont répondu : "Oui Alfred" "Moi j'ai dit non ! Si on m'a accordé le droit de vote, c'était pour mes idées à moi." Hélas, le jour J, Simone n'a pas osé contrarier le paternel. Au final, c'est comme si mon père avait voté 4 fois. Je ne l'ai jamais digéré.Il ne faut pas se leurrer dit l'historienne Françoise Picq dans LIBéRATION, malgré les avancées civiques, il paraissait évident à l'époque, que c'était aux hommes de diriger la France.L'HUMA remonte le temps et cite les propos tenus en 1922 par le Sénateur Paul Régismanset à propos des femmes. "Les suffragettes affirment que les Françaises veulent donner leur avis. Cela m'étonne. Car lorsque 3 femmes sont réunies, elles se mettent aussitôt à parler chiffons."Oui, reprend LIBé, la longue marche vers l'égalité a été lente et rude.Témoin la confession de Roselyne Bachelot, l'ancienne ministre de la Santé dans PARIS-MATCH à l'occasion de la sortie de son livre. "J'ai voté Mitterrand en 1981 sur injonction du RPR."

Conclusion de Florence Chédotal dans LA MONTAGNE. L'égalité devrait être une question de bon sens. Mais pour déloger l'entre-soi masculin, elle est devenue une exigence légale.L'exigence vaut aussi ce matin, pour une armée aux abois. Vous en parliez avec vos invités. Conseil de défense ce matin. François Hollande est à l'heure des choix titres LE FIGARO à sa Une. Choisir entre les souhaits de Jean-Yves le Drian le ministre de la Défense, de renforcer l'armée pour cause de nouvelle donne sécuritaire. Et la rigueur budgétaire imposée par Michel Sapin à Bercy. Choisir entre deux Hollandais. Jean-Yves qui est aux côtés de Hollande depuis les années 80. Et Michel, promotion Voltaire à l'ENA, la même que François. Michel qui a porté François sur son dos décrypte un socialiste. Ces deux-là, c'est à la vie à la mort. Le porte-parole du PS Olivier Faure assure au FIGARO lui, que dans ces cas là, François Hollande n'a pas d'amis.

Seule certitude, il y a urgence. Un officier de l'armée de terre le dit dans LA CROIX. France, qu'as tu fait de ton esprit de défense ? Une fragilité majeure vient d'être mise au jour avec les récents évènements. Et cette vulnérabilité est parfaitement intégrée par nos adversaires. L'esprit défense selon Aurélien Moy... c'est pour paraphraser Malraux : "c'est comme les fusils... ça s'entretient."Mais il n'y a pas que l'armée qui réclame des moyens aujourd'hui, pour assurer la sécurité des Français. Les policiers municipaux relancent le débat sur les armes.Car il en ont ras le képi selon Christophe Cornevin du FIGARO. Seuls 43% d'entre eux sont équipes d'armes à feu. Un tiers sont pourvus de gilet pare-balles. Nous ne sommes pas des roues de secours disent les syndicats.Réponse du ministère de l'Intérieur : Inutile de se lancer dans une course à l'armement partout. Il y a des zones où ce n'est pas nécassaire. Il n'empêche. On demande aujourd'hui, après l'affaire Ghlam, à ces policiers municipaux d'assurer la sécurité des églises.Ce qui fait dire à CHARLIE aujourd'hui : "Ne Touchez pas à nos grenouilles de bénitier !" Le dessin de Luz en Une montre une grenouille avec la coiffe du papale sur la tête et une dynamite dans la gueule.Luz qui sort d'ailleurs une BD sur sa vie d'après les attentats de janvier. Catharsis, sa BD vérité, il la raconte dans les INROCKS ce matin. Et il affirme aujourd'hui, qu'il ne veut plus dessiner le personnage de Mahomet ni celui de Sarkozy. Ils ne m'intéressent plus. Je m'en suis lassé.

Au delà du dessin et des mots de LUZ, cette information du CANARD ENCHAINé ce matin, sur l'affaire Ghlam. Le terroriste de Villejuif et les assasins de Charlie, ont fréquenté les mêmes imams et la même ville que les frères Kouachi. Et les mêmes limiers de la DGSI les ont loupés. Sid Ahmed Ghlam entretenait des liens étroits par exemple, avec certains membres de la bande dite des Buttes Chaumont, qui entre 2004 et 2005 proposait des départs en Irak pour combattre les troupes américaines.

Sid Ahmed Ghlam a aussi séjourné entre 2013 et 2014 dans le quartier de la Croix Rouge à Reims. Son adresse était située à quelques dizaines de mètres du domicile des frères Kouachi.Pour terminer, c'est mercredi, c'est sortie ciné. Vous ne trouverez nulle trace dans la presse de Connasse princesse des coeurs. LE MONDE s'en excuserait presque. Aucun journaliste n'a pu voir le film. Officiellement, le film n'était par terminé. Officieusement selon Thomas Sotinel du MONDE, on comprend que parce c'est une comédie, les critiques ne le verront qu'en salle. Et le débat est ainsi relancé entre les distributeurs qui ont peur que leur film soit descendu par les critiques. D'ailleurs, il paraît que la pression est telle, que les auteurs comiques renonceraient à la comédie de peur de se faire étriller. Pourtant, c'est bien là que le cinéma draine le plusse de spectateurs.Le cinéma n'est pas une science exacte. Tout le monde le sait. Et on s'intéressera à un phénomène. On connaissait Bollywood en Inde. Sachez qu'au Nigéria, existe Nollywood. C'est le même principe raconte LIBé. On tourne à moindre frais et à la chaîne. 24 débuts d'épisode en une journée. Sophie Bouillon de LIBé s'est rendue sur place pour se rendre compte. "Vous tombez à pic", lui a dit le réalisateur. "Il nous manquait un blanc pour la scène de kidnapping. Vous n'avez qu'à passer comme ça dans la rue et un homme va vous attraper." On était venu pour une interview, on a fini par jouer dans la nouvelle série The Vendor. Nollywood tourne en fait sur tout sur ce qui a trait à l'actualité. Ebola, chômage des jeunes, Boko Haram... Et le kidnapping fait partie malheureusement de la vie quotidienne au Nigéria.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.