Un seul mot d’ordre ce matin : souriez !

Même si tout va mal, même si rien ne va bien : souriez et vous verrez, très rapidement, ça ira mieux…

C’est ce qu’on peut lire dans le dossier du mensuel ÇA M’INTERESSE, dossier précisément consacré au « pouvoir du sourire »… Tout premier constat : le sourire est contagieux. Certes moins que le bâillement, mais quand vous souriez à quelqu’un, automatiquement ce quelqu’un esquisse un mouvement similaire – ce n’est même pas de la courtoisie, c’est un mimétisme inconscient, ça tient quasiment du réflexe. Sourire, ça rend sympathique et ça engage la relation sur des bases positive.

De plus, les scientifiques le disent : sourire, c’est bon pour le cerveau, ça diminue le stress, ça augmente le bien-être… Des enquêtes ont aussi démontré que sourire donne souvent l’air intelligent. Et certaines vont même jusqu’à affirmer que sourire, ça prolonge l’espérance de vie ! Tu souris à la vie, tu prolonges ta vie... Mais les études sur le sujet ne sont, cela dit, pas nombreuses.

Du reste, pour que cela ait vraiment un impact, il faut que ce soit des sourires sincères. Pas des sourires forcés, pas des sourires crispés, des sourires commerciaux, ni des sourires uniquement destinés à séduire… Ni même un sourire de Joconde : beaucoup trop énigmatique. Il faut savoir en outre que le sourire n’a pas le même sens selon les pays… En Norvège, par exemple, sourire à un inconnu vous fera passer pour un fou… En Suisse, à l’inverse, cela confère plutôt une image d’intégrité… Au Japon, on sourit discrètement – la retenue s’impose – mais cependant, on se doit de sourire quand on annonce à quelqu’un que l’on vient de perdre à un être cher – on sourit pour lui signifier qu’il n’est pas impliqué… Et puis il y a le cas de la Russie, et là-bas, nous explique donc ÇA M’INTERESSE, le sourire n’appartient pas du tout aux règles élémentaires de politesse.

Cela dit, quand on feuillette la presse, on n’a pas spécialement envie de sourire. 

On feuillette LE MONDE… A la Une : « 2017 : le climat s’emballe. » Les dernières données des météorologistes démontrent l’aggravation du réchauffement de planète – 2017 aura été l’année la plus chaude jamais enregistrée, et les émissions de gaz à effet de serre sont reparties à la hausse…

On tourne les pages… Attentats à Kaboul : au moins 40 personnes ont été tuées hier, et l’on compte également des dizaines de blessés… Un peu de rose, tout de même, dans les pages économiques : la croissance en France s’est un peu accélérée, et les chiffres du chômage ont un peu baissé – des signes qui donnent, estime le journal, « de prudentes raisons d’espérer »

On ouvre LE FIGARO. « _Terrorisme : la France toujours sur le qui-vive_. » Treize attentats ont été déjoués depuis janvier dernier sur le sol français, et plus de 300 anciens combattants du groupe Etat Islamique sont revenus dans l’Hexagone… La grande majorité d’entre eux sont en prison, les autres sont sous surveillance et il faut également s’occuper des enfants… 64 enfants revenus de Syrie sont actuellement pris en charge par les services sociaux…

On tourne les pages… Un sujet de société… « _Inspecteur du permis, un métier à haut risque_. » En un an, les agressions des fonctionnaires chargés de l’examen de la conduite ont été multipliées par trois. Des insultes, des coups, des menaces : « Je vais te décapiter et accrocher ta tête sur un portail ! », s’est par exemple entendu dire une inspectrice… Effectivement, ça ne donne pas très envie de sourire.

La Une du PARISIEN n’est pas plus réjouissante : « Quand la SNCF déraille. » Un dossier sur les bugs à répétition : pannes informatiques, chaos dans les gares, des retards, des trains annulés, une mauvaise information et des voyageurs excédés… Fin d’année cauchemardesque, malgré un trafic en hausse et le succès avéré des TGV low-cost. Les deux présidents de la SNCF sont convoqués lundi au ministère des Transports.

Autre dossier sensible dans LIBERATION : la situation des hôpitaux, et le tabou des médecins aux diplômes étrangers… En dix ans, le nombre de praticiens exerçant avec un diplôme étranger aurait doublé en France, selon une étude de l’ordre des médecins… Des praticiens qui, pour la plupart, sont très bien formés et qui permettent de faire fonctionner un système de santé en crise… Mais, ils sont souvent contraints à la précarité, et la diversité des origines et des langues complique parfois l’unité des services…

On tourne les pages... Un sujet étranger : « _En République Démocratique du Congo, des massacres à huis-clos dans la région du Kasaï__. »_La Fédération Internationale des Droits de l’Homme a recueilli des témoignages absolument glaçants… Des hommes, des femmes et des exécutions d’enfants, soit par balle, soit à la machetteUne stratégie pour éradiquer une ethnie dans une province réputée pour être un foyer d’opposition au régime du président Kabila. Les forces armées congolaises, et les miliciens pro-gouvernementaux seraient les auteurs des massacres. 

Décidemment, tout cela ne donne pas envie de sourire…

Dès lors, on se réfugie dans la presse régionale – heureusement qu’elle est là. Oui, heureusement, vraiment… Ce matin, notamment, c’est elle qui nous apporte des prémisses de joies ! Dans deux jours, c’est la fin de l’année, et cette fin signifie la fête ! Un festival d’idée pour votre réveillon. Des idées de menu pas chers dans LE PETIT BLEU D’AGEN, des idées de sortie théâtre dans LE COURRIER DE L’OUEST et des idées plus insolites dans LA DEPÊCHE DU MIDI… Allez réveillonner dans une grotte en Ariège, ou en combinaison de ski sur le pic du Midi… ou encore tout nu, au Cap d’Agde. Allez hop, on fait la chenille ! Eh oui, il y en a qui font ça…

Mais quand on jette un œil sur la presse numérique, de nouveau, ce n’est pas la fête…

Une polémique sur une chanson sur le site de L’OBS… La chanson s’appelle « Chang, le petit Chinois », et voilà les paroles.

Chang est assis

Il mange du riz

Ses yeux sont petits

Riquiquis

Chang me sourit Quand il me dit

« Veux-tu goûter à mes litchis ? »

T’es dans ton bateau qui tangue

T’as mal dans tes tongs

Tu vois des orangs outangs

Ta tête fait ping-pong…

Ping

Un texte à connotation raciste, qui aurait pourtant été enseigné dans au moins deux classes de maternelle en région parisienne. Le président de l'association des Chinois résidents en France a diffusé le texte cette semaine sur les réseaux sociaux… Alerté, le président de SOS Racisme dénonce sur sa page Facebook « une effarante comptine apprise à l'école ». Il assure avoir contacté le ministère de l'Education qui se serait engagé à saisir le rectorat concerné. C'est déjà ça…

Enfin, dernière histoire… Là encore, du racisme et c’est à lire sur LE HUFFINGTON POST… C’est l’histoire de la comédienne et animatrice de télé Ariane Brodier… Elle est la compagne du rugbyman Fulgence Ouedraogo, et elle est enceinte depuis maintenant huit mois… Elle a fait part de sa grossesse sur les réseaux sociaux… Elle a posté des photos… Son ventre rond, son compagnon… Et depuis, elle raconte qu’elle reçoit par dizaines des messages de haine, des insultes, des menaces de mort, et des mots horribles sur son fils, qui naîtra en janvier, des mots racistes car son fils sera métis…

Certains l’accusent même d’avoir trafiqué sa bouche et elle leur a répondu hier, dans une lettre publiée sur son compte Instagram. « Non, dit-elle, la photo n’est pas retouchée, car elle a été prise chez moi, et je suis souriante. _Même si mon sourire ne plait pas, c’est le mien, le patrimoine génétique de mes parents_, la grande bouche de ma maman, les lèvres charnues de mon papa. » Puis elle évoque son bébé : « mon amour qui se fait déjà critiqué sur les réseaux sociaux à cause de son métissage… Quelle honte de tenir ce genre de propos à l’aube de 2018 », écrit-elle avant de conclure : « Je voulais juste vous dire que je continuerai à sourire… »

Sourire même si c’est grave. Sourire puisque c’est grave. Seules les plaisanteries doivent se faire dans le plus grand sérieux.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.