Direction la Colombie ce matin... Parce que, bien évidemment, vos journaux reviennent sur la libération par les FARC, avant-hier soir, de 4 otages... Et bien sûr, ce sont les déclarations d'Eliado Perez, l'un d'entre eux, qui inquiètent l'ensemble de la presse ce matin... "Ingrid est très mal, très très malade... C'est une question de vie ou de mort, une question d'urgence humanitaire"... Le Figaro, entre autres, rapporte ce matin ses propos... et titre : "Course contre la montre pour sauver Ingrid Betancourt"... "Question de vie ou de mort", pour France Soir... "Alarmant", s'écrie La République du Centre... "Urgence", titre L'Indépendant du Midi... Et Ouest-France confirme, en reprenant en Une cette phrase de Lorenzo, le fils d'Ingrid Betancourt : "On n'a plus le temps"... Libération résume... "Les FARC font payer à Ingrid Betancourt sa résistance désespérée de tous les instants... une succession de batailles perdues, qui l'auraient épuisée"... "Seriez-vous capable, Manuel Marulanda, d'avoir du coeur ?"... C'est la question que pose Hervé Chabaud dans L'Union... Et Bernard Revel, dans L'Indépendant, explique que c'est cet homme seul qui peut faire le geste qui sauvera sa prisonnière... "S'il reste sourd aux appels des enfants Betancourt, du Président Sarkozy, du Président vénézuélien Hugo Chavez, qu'au moins il écoute la voix de la raison, poursuit l'éditorialiste... Si Ingrid Betancourt venait à mourir, il en porterait à jamais la responsabilité, et ne pourrait espérer nulle part la moindre compréhension"... Et la question qui sous-tend bon nombre d'analyses ce matin, c'est de savoir si la médiatisation joue ou non en faveur de la Franco-Colombienne... Parce qu'il n'y a pas que la presse française qui raconte ce matin le sort des otages des FARC... Le Corriere della Sera, La Libre Belgique ou encore Le Courrier de Genève s'inquiètent eux aussi pour Ingrid Betancourt... Cette mobilisation, elle va dans le bon sens, pour Bruno Théveny... L'éditorialiste du Journal de la Haute-Marne explique : "Les FARC n'ont guère intérêt à voir se détériorer plus l'état de santé d'Ingrid Betancourt... Elles perdraient définitivement tout crédit s'il arrivait malheur à celle-ci"... Même espoir pour Pierre Rousselin dans Le Figaro... "L'agitation en faveur des otages porte ses fruits... Après des années d'immobilisme, six d'entre eux ont été libérés depuis le début de l'année... Et ce mois-ci, les Colombiens sont descendus dans les rues par millions, pour crier leur rejet de la guérilla"... Et l'éditorialiste constate : "Petit à petit, la cause d'Ingrid Betancourt progresse"... Jacques Guyon, dans La Charente Libre, est plus sceptique... "Plus on manifeste le prix qu'on attache à la libération d'Ingrid Betancourt, plus on risque de provoquer une surenchère des FARC"... Même crainte pour Michel Vagner, dans L'Est Républicain... "Leur prisonnière la plus emblématique relâchée, les FARC auraient à subir la traque sans pitié de l'armée colombienne... Les FARC semblent avoir pris pour l'instant le parti du pire"... "Ingrid Betancourt est devenue l'otage des calculs des uns et des autres", résume Jacques Camus dans La République du Centre... A l'étranger toujours ce matin... il y a la Russie à la Une... C'est dimanche qu'on vote là-bas pour la Présidentielle, vous le savez... Et vous savez aussi qu'il n'y a pas de suspense... "Poutine cède la place et garde la main", résume La Croix... Les Echos note que "Poutine donne un nouveau Président à la Russie"... Le quotidien économique explique donc que Dimitri Medvedev, le dauphin de Vladimir Poutine, est assuré d'une large victoire, sans doute dès le premier tour de cette élection... Il bénéficie du bilan de son prédécesseur... "Le revenu des Russes a doublé depuis 2000", constate Les Echos... même si, pour ce journal, "les réformes sont en panne depuis 2003"... Dans le dossier de La Croix, vous lirez que Poutine a changé la Russie, qu'il s'est efforcé de lui rendre son statut de grande puissance en pratiquant un parler rugueux et souvent provocateur... Alors certes, Medvedev essaie de ressembler à Poutine, note encore le quotidien catholique... qui s'interroge sur la relation de confiance qui unit les deux hommes... "Va-t-elle perdurer ?"... Dans Ouest-France, pour le chercheur Dominique Moïsi, la question ne se pose pas... Il explique que "Poutine et Medvedev ne peuvent pas devenir des rivaux... Ils sont des complices, au service d'une cause qui est autant la leur que celle d'une certaine idée de la Russie"... Dans Courrier International, cette semaine, un dossier consacré à cette élection russe... où vous constaterez que, pour une grande partie de l'opinion russe, Poutine est devenu une sorte de totem... Vous lirez aussi la chronique de l'écrivain Andreï Baranov, qui imagine ce que sera la Russie en 2013, lorsque Poutine entamera un nouveau mandat... Eh bien ce sera un pays puissant, riche et heureux, prédit Baranov... qui conclut : "En 2013, le monde entier suppliera Poutine de venir diriger leur pays, ne serait-ce qu'une semaine"... Et puis dans les journaux, ce matin, vous trouverez aussi une colère inquiète... Celle des professionnels de la culture... On l'évoquait déjà hier ici même... Ce matin, "Péril en la culture", titre en Une Libération... "La culture poing levé", pour L'Humanité... Alors Libération résume... "Subventions en baisse, budget d'austérité... La politique culturelle du gouvernement est contestée... Mobilisation nationale aujourd'hui"... "Nous étions prévenus", écrit Didier Pourquery, dans son éditorial... "Pour la culture aussi, Nicolas Sarkozy veut la rupture... Nous étions prévenus, quand ce fan d'Eurodisney parla d'obligation de résultat en matière culturelle... Aujourd'hui, les artistes découvrent un budget d'austérité, qui favorise les grosses institutions au détriment des initiatives de terrain"... Et l'éditorialiste explique : "A côté du secteur privé de la culture, doit se développer un secteur subventionné, où toutes les audaces, les surprises, les recherches peuvent s'épanouir"... Oui, constate L'Humanité, "ces derniers temps, il est de bon ton de stigmatiser ces artistes, qui se plaignent mais qui crouleraient sous l'argent public... Quand on veut tuer son chien, on l'accuse de la rage"... Et pour Patrick Apel-Muller, "ce débat ne plane pas dans l'éther des idées, quand l'actualité aurait les mains plongées dans le cambouis des élections... La place dévolue à la culture et à la création se joue aussi à l'échelle des villes et des départements"... De son côté, La Croix constate que cette mobilisation du spectacle vivant public est sans précédent... toutes générations confondues, tous styles artistiques mêlés... C'est une véritable union sacrée qui se réalise... "La culture au pain sec", constate Le Républicain Lorrain... où Jack Lang... ancien ministre de la Culture... dénonce cette mise à mal de l'exception culturelle à la française... La culture côté patrimoine aussi, ce matin, dans les journaux... "L'inflation des loyers transforme les Champs-Elysées"... C'est dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... qui explique que "l'UGC, la pharmacie, la Poste, et même des multinationales comme Planet Hollywood ou McDonald's, étranglées par les loyers, se voient forcés d'abandonner leur vitrine dans la capitale... La Ville de Paris redoute que les Champs perdent leur âme"... Le Parisien qui rappelle que les Champs, c'est le deuxième endroit le plus fréquenté de Paris, après la Tour Eiffel... Quelque 100 millions de personnes y passent chaque année... A lire aussi dans les journaux ce matin... cette interrogation sur la perte d'autorité et de légitimité des enseignants... C'est en Une du Nouvel Economiste, qui titre : "Le cercle de l'autorité disparue"... L'hebdomadaire conclut que cela pourrait bien conditionner toute une génération dans sa vie personnelle et professionnelle... Pour finir... The Independent se penche, à sa manière, sur les élections municipales françaises... A lire dans le quotidien britannique : le portrait du seul maire anglais de France... A Saint-Céneri le Gérei, dans l'Orne... un endroit qui fait figure de village français idéal pour le journaliste de The Independent... avec le vieux pont en pierre sur la rivière, l'église romane du XIIème siècle... l'histoire aussi de son château, détruit durant la guerre de Cent Ans par 15.000 Anglais... Oui, mais voilà... Ken Tatham, maire depuis 12 ans, a bien peur de perdre son petit royaume... En cause : les regroupements de communes... Parce que, rappelle The Independent, la France compte plus de 36.000 maires... c'est-à-dire les deux-cinquièmes des maires de l'Union Européenne... ce qui n'est pas bien raisonnable... Du coup, le maire anglais de Saint-Céneri le Gérei, 140 habitants, pourrait bien ne pas survivre à son troisième mandat...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.