Vivre ensemble... On le sait, c'est un défi de tous les instants... Et ce matin, plusieurs reportages, dans vos journaux, font réfléchir... Il y a d'abord Sandrine Bonnaire... Pour son premier film de réalisatrice, elle peint le portrait, émouvant et terrible, de sa soeur autiste... "Ma soeur a été endormie, enfermée, droguée... Et tout cela a servi à quoi ?"... C'est le "J'accuse" de Sandrine Bonnaire, en Une de Libération... Son documentaire, "Elle s'appelle Sabine", fait donc le portrait de sa soeur... On l'y voit à 28 ans, belle comme tout, aussi jolie que sa célèbre soeur, troublante, fatiguante, fragile à l'évidence, violente parfois... Mais bien vivante, espiègle, inattendue, moqueuse, triste aussi... Elle joue du piano, elle pleure, elle sourit... Et puis on la voit 4 ans plus tard, sortant d'un hôpital psychiatrique... Ce n'est plus la même femme... Elle est défigurée, alourdie de 40 kilos, les cheveux trop courts... Dans Les Inrockuptibles, Sandrine Bonnaire explique : "Pour moi, le film, c'est : voilà ce qu'elle était... elle savait faire des choses... et voilà ce qu'on en a fait... on l'a flinguée"... Et l'actrice le dit : "Avec ce film, ce qu'on veut, c'est que l'Etat mette de l'argent pour créer des lieux de vie, des petites structures... Et si ça n'est pas possible, qu'on donne plus de moyens aux hôpitaux"... Libération a fait revenir Sandrine Bonnaire et ses soeurs dans les hôpitaux, où leur cadette a été soignée... Elles ont rencontré les psychiatres... Le dialogue a été franc et sans agressivité... Mais, constate Sandrine, "les réponses que l'on nous a données ne nous ont rien appris, et c'est terrible"... Dans son éditorial, Laurent Joffrin rappelle que Tocqueville disait : "Une société se juge à l'état de ses prisons"... Elle se juge aussi à la situation de ses hôpitaux psychiatriques, note l'éditorialiste... Le jugement est sévère... Et Joffrin applaudit "la plus douce des passionaria, qui a commencé à réveiller les consciences"... Libé qui constate que la psychiatrie publique est oubliée... qu'entre 1989 et aujourd'hui, le nombre de lits a été divisé par deux, le nombre de patients multiplié par le même chiffre... Bref, la psychiatrie ne reçoit pas le minimum d'attentions que devraient lui porter les pouvoirs publics... Alors les malades, pensez donc ! Rien à voir... Et pourtant... C'est toujours dans Libération... des extraits des lettres des otages des FARC en Colombie... des lettres rapportées par Clara Rojas et Consuelo Gonzalez, libérées le 10 janvier... des lettres qui racontent la captivité, la maladie, les tentatives d'évasion... Parmi ces lettres, celles des deux plus anciens otages des FARC... deux caporaux de l'armée de terre colombienne, qui viennent d'entrer dans leur 11ème année de captivité... Luis Mendieta s'inquiète de son agonie mentale... "Cela fait 4 ans que nous n'avons eu aucun livre à lire", écrit-il à sa famille... Son compagnon d'infortune, William Donato, confie : "Je me sens plus mort que les morts, de mener ainsi cette vie si dégradante et sans le moindre sens"... Dans Le Figaro, celle que le journal appelle "la Française séquestrée"... Elle s'appelle Rose... Elle était mariée à un Saoudien, avec qui elle vivait à Médine, en Arabie Saoudite... Mais en avril dernier, Youssouf est décédé... Et depuis, eh bien, en vertu de la loi là-bas, c'est sa belle-famille qui assure la tutelle sur ses enfants, lui interdisant de les ramener en France... Elle espère que la diplomatie pourra faire en sorte qu'elle soit la première veuve d'un Saoudien à pouvoir rentrer dans son pays avec sa progéniture... Respecter l'autre... Décidément, pas facile... Du coup, à Mexico, on sépare les genres... Vous le lirez également dans Le Figaro... Des autobus réservés aux femmes... Expérimentés sur trois lignes depuis deux semaines, les bus exclusivement féminins remportent un franc succès... Ils pourraient même être généralisés d'ici quelques mois... L'initiative a vu le jour après les nombreuses plaintes de voyageuses dénonçant les remarques déplacées, les mains baladeuses, et même plus que ça... puisque 14% des cas de harcèlement, d'abus sexuels et de viols ont été commis l'année dernière dans les transports en commun... Il voulait se faire remarquer... "Etre un trader d'exception"... C'est ce que retiennent beaucoup de vos journaux de l'audience de Jérôme Kerviel... l'ex-trader de la Société Générale... Oui, "il voulait être le meilleur trader", retient La République du Centre... Et La Voix du Nord rapporte qu'il explique qu'il n'était pas le seul... que d'autres traders ont agi d'eux-mêmes, à un moindre niveau... "D'autres traders pratiquent comme lui"... C'est en effet ce qu'a rapporté le procureur de la République Jean-Claude Marin, qui a entendu l'accusé... Et Le Figaro résume : pour sa défense, Kerviel a indiqué avoir bénéficié d'une certaine tolérance de la part de sa hiérarchie... Il a assuré aux policiers que le dépassement, par certains traders, des autorisations qui leur sont assignées ne constitue pas un phénomène exceptionnel... Dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, l'histoire de cet autre trader... A l'insu de sa hiérarchie, il avait pris des engagements financiers pour 9 millions d'euros... un montant sans commune mesure avec celui évoqué dans l'affaire Kerviel... Mais ce père de famille est interrogé par sa hiérarchie... Et après cette discussion, il se suicide... C'était en juin... A l'époque, on avait promis aux syndicats qu'ils auraient accès aux conclusions de l'enquête interne qui devait être menée... Mais ce documents ultra-secrets, les élus l'attendent toujours... Et comme le grand patron des traders de la banque fait partie des licenciés de l'affaire Kerviel, les syndicats doutent de pouvoir un jour identifier les dysfonctionnements qui ont poussé un homme à mettre fin à ses jours... "La Société Générale joue sa crédibilité"... C'est la Une de La Tribune... qui rapporte que la chambre de compensation Eurex s'était inquiétée, en novembre dernier, des positions du trader Jérôme Kerviel... Les Echos note qu'hier, Nicolas Sarkozy a placé le PDG de la Société Générale face à ses responsabilités... Le Figaro se fait plus clair : "Sarkozy souhaite le départ de Bouton"... Et comme un parfum de nouveau scandale dans ce feuilleton... "Une louche de délit d'initiés en rab", ironise Jacques Guyon dans La Charente Libre... Alors, vous l'avez entendu... Un membre du conseil d'administration de la Société Générale a vendu pour 95 millions d'actions juste avant que les cours ne s'effrondrent de 22%... C'est un Américain... 754ème fortune mondiale, qui n'a sans doute jamais entendu parler de Jérôme Kerviel, note l'éditorialiste... Non, il avait sans doute une vision plus réaliste des retombées des subprimes sur la banque dont il est administrateur... Une vision plus réaliste... Depuis novembre, la Société Générale évaluait sa perte liée à la crise des subprimes à 230 millions d'euros... Jeudi, elle a finalement annoncé une perte de 2 milliards, expliquent vos journaux... C'est ce qui pousse l'Association des petits porteurs à réclamer l'ouverture d'une information judiciaire pour délit d'initiés... Et pendant ce temps-là... Eh bien pendant ce temps-là, Jérôme Kerviel est devenu "la coqueluche des internautes"... C'est Libération qui rapporte que, quand on tape son nom sur Google, on obtient 500.000 références... Les indicateurs ne trompent pas : 5 faux profils sur Facebook... des pages Wikipedia dans toutes les langues... des parodies de pub de la Société Générale... et des noms de domaine déposés, entre autres un jeromekerviel.com, sorte de fan-club et d'appel à témoins pour traders sous pression... Alors deux camps s'opposent sur le Net... Les anti-Kerviel, qui ne lui pardonnent pas ce trou de 5 milliards... et les pro-Kerviel, qui en font un Che Guevarra de la finance... Dans cette veine, certains ne perdent pas le nord... On peut ainsi acheter en ligne un T-shirt "Jerome Kerviel's girl-friend"... 18 dollars...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.