Dans Usbek et Rica, un hacker vertueux et autiste décrit objectivement notre cyber-prison, il n'est de vie privée que seul devant son miroir. Le Monde raconte ces enfants interdits et scandaleux dont les pères sont des prêtres catholiques. La mémoire des rues de Thiers, dans la Gazette, parle à notre présent.

On parle de notre futur ce matin...  

Qui sera fait de voitures autonomes, sures et électriques et dans dix ans volantes, qui se préparent dans un ancien chantier naval San Francisco, "où jadis se construisaient les voiliers des immigrés enrichis par la ruée vers l'or" me dit le Point qui frisonne d'avoir à nouveau rencontré l'Amérique dans les ateliers de Uber, et qui interroge en majesté Dara Khosrowshahi, PDG de Uber, il change notre avenir plus que les hommes politiques dit le journal, et son projet, "la mobilité comme un service", se veut l'accomplissement d'un droit de l'homme, la "liberté de nourrir ses rêves"... 

Mais sous la suavité de la langue se dessinent les tensions du monde, et une entreprise qui les incarne....   

Mais non "Uber ne veut pas supprimer le travail, nous apportons des emplois à près de 4 millions de personnes dans le monde."  

Mais oui, le monde change et Uber en est son prophète.  "Les machines nous augmentent. Les téléphones deviennent une part de nous" "Humains et machines travailleront ensemble,  dans une dizaine d’années, nous aurons des combinaisons de conducteurs humains et de véhicules autonomes, le réseau sera hybride, entre hommes et machines."  

Tout se lit dans cette interview sans distance, c'est le choix du Point  de chercher l'énergie vers San Francisco, et ce rêve de californien qui est pour d'autres un repoussoir.  

Et quand le Point scintille d'Amérique, l'Obs choisit, rassurante, la vieille Angleterre, inchangée et que nous aimons en dépit du Brexit, gente belle Emma Watson à la peau d'albâtre en couverture... et rude boys à Belfast, photos d'adolescents déjà usés, où à Leicester où des immigrés pakistanais s'intégraient en devenant hooligans dans cette ville où Richard 3 qui inspira Shakespeare fut retrouvé en ossement sous un parking de supermarché, sublime décadence, loin de San Francisco...  

Est ce un hasard si ce matin, le Figaro mobilise à sa Une sur la grande peur de l'immigration, puisqu'un texte de l'ONU qui posait des principes pour organiser notre humanité en transhumance devient dans une réunion de quartier en Allemagne un piège pour ouvrir la patrie à 250 millions de migrants... Mais à San Francisco dans le Point, ce sont des immigrés qui souvent conduisent les Uber de Monsieur  Khosrowshahi, qui est lui, même, né en Iran, un immigré chanceux qui porte le tee-shirt "dreamers" des défenseurs des jeunes migrants...  

Deux mondes. et tant de collision. 

Dans les Echos, je lis qu'en France, loin de San Francisco, la Cour de cassation a décidé qu'un coursier à vélo, auto entrepreneur, était en réalité un salarié de la plateforme de livraisons de repas qui utilisait ses services, et les chauffeurs Uber, et les livreurs Uber eats, deviendraient, par extension, les salariés de Monsieur  Khosrowshahi?  

Un autre américain nous raconte un futur technologique... 

Usbek et Rica, journal sur le web dévoué aux transformations du monde, LISEZ, qui a rencontré un jeune homme de 25 ans, diagnostiqué  autiste, dyslexique et dyspraxique, qui restait des heures dans sa chambre close et dans le monde  infini de son ordinateur, Jamie Woodruff est aujourd'hui l'un des plus célèbres pirates du web, les entreprises paient pour qu'il trouve leur failles, il est indispensable à l'équilibre du monde, dont les PDG ne sont que l'apparence, lui ou cet ami indien, qui dans un bidonville aux murs en terre séchée, piratait des entreprises du monde entier sur un  IBM vieux de plus de 12 ans connecté à un réseau 3G  de téléphonie mobile, et qui  travaille maintenant pour le business...   

C'est un entretient drôle souvent les entretiens avec les génies différents; les gens dit-il ne sont pas différent de la technologie, on peut les programmer, pénétrer leurs systèmes; "Comme je suis autiste,  je peux faire abstraction de tout pour me concentrer. Beaucoup de gars dans la cyber sécurité auront au moins un trouble du comportement. Parce qu'ils comprennent la technologie exactement comme elle est."  Et ici la drôlerie cède au malaise quand Woodruff, nous livre sa vérité sur notre destin de prisonniers. "Il n'y a pas de vie privée. Vous appelez quelqu'un, c'est enregistré quelque part, vous envoyez un e-mail, les métadonnées sont stockées quelque part, vous vous connectez sur un réseau social, vos identifiants sont stockés quelque part. La seule vie privée que vous pouvez avoir, c’est en étant seul dans une pièce, face à un miroir, sans technologie."  

Dit-il cela à sa fille Woodruff? Le patron de Uber, lui, raconte à ses enfants, les légendes de Thor et Odin, il doit donc, cet homme, se rassurer d'éternité.   Nous voilà loin, de nos soucis de parents inquiétés par des députés dans notre droit à donner la fessée, cela passionne le parisien et la voix du Nord, entre autres, et nous, mais le nouveau monde, je ne sais pourquoi, en rit?   

Et une souffrance d'enfants pour finir...  

Des enfants dont l'existence est un scandale et la vérité impossible à dire, ce sont ces enfants de prêtres catholiques, nés de passions interdites, d'une faute qui fait horreur aux familles et à l'église, et que raconte le Monde sous ce titre, faussement joyeux. "tel prêtre tel fils". Ils se dressent, demandent, ils hurlent sur le web, ces interdits, on n'oublie pas cet irlandais qui  comprit que ce curé ami de la famille avec qui il se baladait et aimait regarder Mac Gyver était en réalité son père, et s'il aime Dieu et le chant grégorien, c'est pour se rapprocher de lui!   

Croire en l'âme; en ce jour de modernité, un  journal d'Auvergne que je ne peux qu'aimer, la Gazette, consacre deux pages au nom des rues de Thiers et ce passé nous parle. Alfred Mancel, baron de Chabot, qui a sa rue, était instituteur et mécène et voulut par héritage réduire la pauvreté, Francisque Fay qui a sa place depuis 1908 apporta l'électricité en ville, et cet ingénieur fut tué par l'électricité. Nous avons, toujours, été dévorés de nos modernités.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.