Les enfants du Darfour font la Une... on pourrait dire "enfin"... Sauf qu'en fait, c'est bien sûr l'affaire de L'Arche de Zoé qui retient l'attention de vos journaux... Et d'abord, gros plan sur "l'imbroglio diplomatique"... C'est l'angle choisi par Le Figaro... "Enfants tchadiens : les membres de l'ONG lâchés par la France", constate La République du Centre... Alors "pourquoi le Quai d'Orsay accable L'Arche de Zoé"... Le Parisien-Aujourd'hui en France répond : "Ce lâchage affiché ne préjuge pas d'éventuelles tractations diplomatiques... En fait, il permet aux autorités françaises de se dédouaner, et accessoirement de se couvrir"... Parce que... et là c'est Le Figaro qui l'analyse... "La crise compromet les interventions militaro-humanitaires dans la région"... Là, c'est l'Union Européenne et ses corridors humanitaires qui sont visés... "Si le Président tchadien Idriss Deby en fait des tonnes, c'est qu'une échéance le contrarie", explique Gilles Debernardi dans Le Dauphiné Libéré... "Le mois prochain, les soldats européens se déploieront à l'est du pays... Et cette force de paix, qui doit sécuriser les camps de réfugiés, va mettre son nez partout... Le Tchad cherchait un moyen de freiner ses ardeurs... Maintenant, il l'a trouvé"... "Voilà ce que c'est, conclut Nicolas Barré dans Le Figaro, de faire de l'humanitaire en confondant courage et inconscience"... Dans Paris-Normandie, Michel Lepinay est sidéré... "Personne n'a pu stopper cette opération... A l'heure d'Interpol et de Brice Hortefeux, ça paraît bien peu crédible... Du coup, voilà 103 enfants, déjà victimes d'une guerre, qui se retrouvent otages de la rencontre entre la mauvaise conscience européenne et les vicissitudes de la politique africaine de la France"... C'est "un gâchis humanitaire", constate Dominique Quinio dans La Croix... Mais au-delà de ce constat, le quotidien catholique pose la question qui dérange : "Comment aider les enfants menacés par les guerres"... "A chaque conflit, la question resurgit... Faut-il évacuer les enfants les plus exposés, et les placer en lieu sûr, dans une famille d'accueil, jusqu'au retour de la paix ?"... L'enquête des journalistes de La Croix ne répond pas franchement à la question... Un responsable d'Handicap International explique qu'il arrive toujours un moment où les enfants se reprochent d'avoir abandonné leur famille... Et du coup, le traumatisme de la séparation est plus important que le fait de rester dans une zone de guerre mais dans l'unité familiale... Le psychiatre Boris Cyrulnik confirme... "Pour les adultes, le danger réside principalement dans le risque de mort... Pour les enfants, il est avant tout dans la séparation d'avec leurs parents"... Claire Brisset, l'ex-défenseure des enfants, n'exclut pas, elle, qu'une évacuation peut être la solution... mais à condition que l'enfant soit assez grand pour comprendre que la famille d'accueil lui offre un peu de répit avant son retour auprès des siens... On change de sujet... Les institutions... Le comité Balladur intéresse les journaux... Alors, vous le savez, cette commission rend son rapport à Nicolas Sarkozy aujourd'hui... "Beaucoup de bruit pour rien ?", se demande France Soir... Une interrogation relayée par Jacques Camus, dans La République du Centre... "En remettant ses propositions, Edouard Balladur ne devra pas nourrir d'excessives illusions... Oh nul doute que le chef de l'Etat rendra un hommage appuyé au travail des 13 Sages... mais ce sera pour mieux repousser leurs préconisations au calendrier d'après-municipales, pour ne pas dire aux calendes grecques"... Et en lisant les journaux, on comprend pourquoi... "Côté réforme constitutionnelle, tout ne va pas dans le meilleur des monde à l'UMP... On a beau répéter, écrit Jacques Guyon dans La Charente Libre... on a beau répéter aux parlementaires qu'un équilibre sera instauré entre l'exécutif, le législatif, le judiciaire et les médias... ils doutent qu'on leur ait concocté un horizon aussi radieux"... Alors oui, confirme Le Figaro, "le rapport Balladur fait grogner les élus UMP... même si les propositions qui sont faites rééquilibrent les pouvoirs au profit du Parlement"... Dans Libération, Jack Lang... député socialiste, membre de ce comité Balladur... tente d'enfoncer le clou... "Avec ces propositions, il en sera fini d'une Présidence à irresponsabilités illimitées"... Et l'ancien ministre de la Culture d'expliquer... "Les grandes nominations proposées par le Président seront soumises à un avis du Parlement... Le temps de parole radio-télévisé du Président sera comptabilisé avec celui du gouvernement... Tous les actes de l'exécutif seront contrôlés par les députés, de la politique extérieure à la défense"... Mais en fait, Gilles Dauxerre, dans La Provence, semble avoir compris pourquoi "les institutions attendront"... tout simplement parce que "cette fronde des élus UMP envers Nicolas Sarkozy ne coûte rien à personne... Les parlementaires de la majorité affirment ainsi leur indépendance envers le chef de l'Etat sur un sujet qui ne préoccupe absolument pas les Français... Alors oui, poursuit l'éditorialiste, la réforme institutionnelle attendra... Il est vrai que le fonctionnement actuel des institutions n'empêche pas le Président français de gouverner comme il l'entend"... Dans L'Alsace, Patrick Fluckiger constate, lui aussi, que les propositions de modernisation des institutions risquent bien de passer au second plan de l'actualité... Et pourtant, explique-t-il, "la démocratie politique fonctionne très bien en France... Il est difficile d'obtenir 500 signatures pour accéder à la Présidentielle ?... Supprimons les signatures !... Le PC n'a plus les 20 députés nécessaires à la constitution d'un groupe parlementaire ?... Descendons à 15 !... D'autres n'arrivent pas à rassembler une majorité d'électeurs au deuxième tour ?... Instaurons la proportionnelle !... Comment s'étonner après, poursuit l'éditorialiste, que dans notre pays, chaque groupe social ait pris l'habitude de revendiquer des dérogations à la règle commune"... La grogne des députés UMP... C'est vrai que le gouvernement n'en a pas besoin... Il a déjà la grogne sociale... France Soir y consacre son titre principal : "Semaine de la Toussaint : les conflits ne sont pas morts", ironise le journal... Et dans Les Echos, Dominique Seux fait la liste des "tensions d'automne"... "Conflit dur à Air France... cheminots et électriciens préparant une nouvelle grève peut-être reconductible... fonctionnaires ayant arrêté la date de la leur, le 20 novembre... et même l'Opéra de Paris paralysé depuis vendredi soir"... "Air France, fonction publique, SNCF : le climat social se tend", titre donc le quotidien économique... En Une de L'Humanité : le 5ème jour de grève à Air France"... Pour le journal, c'est "une colère qui vient de loin"... Et L'Huma explique... "Salaires bloqués, conditions de travail de plus en plus pénibles : la patience des hôtesses et des stewards a atteint ses limites"... Et La Tribune confirme... "A Air France, les salariés veulent, tout simplement, leur part des profits"... Pour l'éditorialiste de La Tribune, c'est même, plus largement, l'effet boomerang des promesses de campagne de Nicolas Sarkozy... "On ne se méfie jamais assez, écrit Pascal Aubert, de l'impact des formules de campagne électorale... le fameux "travailler plus pour gagner plus", ou encore le "je serai le Président du pouvoir d'achat" ont fait merveille dans les urnes... Reste maintenant à trouver une réponse suffisante, si le Président de la République ne veut pas voir ses promesses lui revenir comme un boomerang"... Dans Le Républicain Lorrain, Jean-Michel Helvig note que ce conflit à Air France coïncide avec l'ouverture demain, par le gouvernement, de sa conférence sur le pouvoir d'achat... Et le pouvoir d'achat, il sous-tend beaucoup de commentaires économiques... C'est aussi la Une de La Dépêche du Midi... "Trop chère la vie"... Le quotidien toulousain se penche sur "les charges des ménages qui ne cessent d'augmenter", en s'exclamant... "Ca fait mal au portefeuille !"... Dans ce dossier, deux familles, qui notent leurs dépenses depuis 15 ans, expliquent comment leur train de vie se dégrade petit à petit... "Il faudrait gagner plus pour vivre toujours aussi bien"... Et ce n'est pas le titre principal du Figaro Economie qui arrangera les choses... "L'OPEP impuissante face à l'envol du cours de pétrole"... Et sinon, dans la presse... L'Europe, en Une d'Aujourd'hui en France-Le Parisien... l'Europe, et un sondage... "Le sondage qui change tout"... Une enquête CSA, qui explique que 61% des Français veulent un référendum sur le mini-Traité européen, et que 68% d'entre eux voteraient "oui"... En Une de Libération... "Immigration choisie : les quotas Sarkozy"... Libération s'est procuré la liste des métiers pour les étrangers... une liste destinée à contrôler l'accès des immigrés au territoire français... une immigration plus économique que familiale... "Un document qui met mal à l'aise", note l'éditorialiste du journal... Dans Elle... une enquête sur l'amour sur Internet... Et les histoires d'amour ne finissent pas forcément mal... L'hebdomadaire féminin a rencontré des familles pas du tout virtuelles, nées d'une rencontre sur le Net... Et puis, pour finir... ça n'a rien à voir, quoique... "Pour vivre heureux, vivons couchés"... Dans Le Figaro, livres et exposition consacrés au lit... où l'on nous montre que dans une société où prime l'ascension, la position horizontale est forcément synonyme de paresse... Mais le lit... lieu intime, de plaisir, de rêverie et de repos... reprend du poil de la bête... Outre-Atlantique, évidemment, les "bed parties" font fureur... Il s'agit de se retrouver pour manger couché...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.