(Alain Le Gouguec : "La presse est pleine de fantômes, ce matin")... Quand l'homme de votre vie n'est plus que l'ombre de lui-même, qu'il n'est plus que jalousie et violence... Quand un mari casse la figure de sa femme et lui tond les cheveux parce qu'elle l'a trompé... Qu'elle est laide, l'histoire racontée ce matin par La Provence... Le mari a été condamné à dix mois de prison ferme. La femme a assisté aux débats, la tête sous un châle. Elle n'a pas demandé un centime d'indemnisation. Elle ne s'était même pas portée partie civile. Histoire classique de violence conjugale... Ce matin, dans le quotidien 20 Minutes, Michèle Alliot-Marie présente un nouveau plan contre ces violences : - d'abord, une expérimentation : vingt conjoints menacés vont être dotés de téléphone portable d'urgence. En cas d'agression, il suffira d'appuyer sur un bouton pour alerter la police ; - deuxième idée : étendre les mesures déjà prises pour les maris aux concubins et aux pacsés. Il y a aujourd'hui un vide juridique ; - et puis l'expérience menée à Douai depuis cinq ans va être menée dans d'autres régions : on éloigne les conjoints violents. Des magistrats et des travailleurs sociaux les suivent de très près pour leur faire prendre conscience de leur dépendance à l'alcool, par exemple. Ca donne de bons résultats : le taux de récidive est faible. (ALG : "Charles Pasqua est de retour... Et il balance")... "On ne devrait jamais quitter Montauban", disait Lino Ventura dans "Les Tontons flingueurs". Il jouait le rôle d'une ancienne gâchette rangée des bagnoles et qui devait replonger dans les affaires louches. Dans le procès de l'Angolagate, Charles Pasqua a été condamné mardi à un an de prison ferme. Depuis, c'est la contre-attaque... Interview ce matin dans Le Figaro : "Que Chirac prenne ses responsabilités"... Il demande donc la levée du secret-défense, dans cette affaire et toutes les autres. En ce qui concerne les ventes d'armes à l'Angola, il estime que Mitterrand, Chirac, Balladur et Juppé étaient au courant. "Charlie la Menace contre-attaque", écrit Rémi Godeau dans L'Est Républicain. "Le vieux grognard du gaullisme mouille donc Chirac". Jean-Marcel Bouguereau poursuit, dans La République des Pyrénées... "Cet homme, depuis le SAC, la police parallèle du gaullisme, est détenteur de tant de secrets, petits et grands...". "L'ancien ministre renvoie à sa manière la patate chaude de la Françafrique et de quelques autres dossiers troubles", confirme Didier Pobel dans Le Dauphiné Libéré. "A 82 ans, le vétéran des coups tordus et des réseaux secrets peut toujours contre-attaquer... on n'ose pas dire vider son SAC". C'est donc aussi le fantôme de Jacques Chirac qui est convoqué dans les journaux. Il avait déjà hanté le procès Clearstream. Mais aujourd'hui, l'ancien Président est au faîte de sa popularité. Dans quelques jours, sortent ses Mémoires : nous vous en parlons ce matin sur France Inter. Dans Le Nouvel Observateur, en partenariat avec Inter : dossier sur "ce qu'il ne dit pas dans ses Mémoires"... C'est plutôt le politique impitoyable mais au final sympathique. On réalise tout de même que, comme Nicolas Sarkozy, il sortait les griffes dès qu'on touchait à sa famille. Témoignage de Pierre Charon, aujourd'hui conseiller de Sarkozy, autrefois à la Communication de la Ville de Paris lorsque Jacques Chirac en était maire. C'est de cette époque que date l'anecdote. Réception en ville. Chirac l'interpelle : - "Monsieur Charon, j'aimerais que vous me raccompagniez à l'Hôtel de Ville". - "Mais bien sûr, Monsieur le Maire". Les deux hommes montent dans la voiture officielle. - "Monsieur Charon, j'aimerais que vous me rendiez un service". - "Mais bien sûr, Monsieur le Maire". - "J'aimerais que vous cessiez de dire partout que ma fille Claude couche avec tout Paris". Chirac tape alors sur l'épaule du chauffeur : "Monsieur Charon va descendre au prochain feu rouge"... Le Nouvel Obs rappelle qu'en ce qui concerne les affaires, l'ancien Président s'en sort très bien. Il ne traîne plus qu'une casserole : les chargés de mission de la Ville de Paris. La juge Xavière Simeoni doit décider un éventuel renvoi devant le tribunal dans les jours à venir. Le procureur (celui de l'affaire Clearstream, Jean-Claude Marin) a requis un non-lieu. Chirac s'en sort bien. Ses proches, pas toujours. Témoignage empreint d'amertume d'Alain Juppé, dans Le Nouvel Observateur... Rappelons que lui a été condamné dans l'affaire des emplois fictifs du RPR. Il voit encore Chirac, mais un peu moins régulièrement. Il y a un mois, ils ont déjeuné ensemble : ils ont parlé de la fille de Juppé, du petit-fils de Chirac, de la marche du monde... mais pas un mot des affaires. En sortant, Juppé s'est senti le dindon de la farce. (ALG : "Terreur au coeur de Kaboul, à la Une de Libération")... Les talibans, ces hommes qui transforment les femmes en spectres sous la burqa, ont attaqué l'ONU hier à Kaboul. Six employés sont morts. C'est le raid le plus meurtrier depuis que l'organisation internationale est en Afghanistan. La bataille a fait rage à l'intérieur d'un des complexes de l'ONU. Renaud Girard raconte, dans Le Figaro... Le commando terroriste est dans la cour de l'ONU. Fusillade nourrie. Un garde de sécurité américain est tué. Les détonations réveillent un conseiller de 62 ans : John Turner. Il se lève d'un bond, saisit son pistolet et des chargeurs de réserve et fonce dans le couloir pour pousser les employés affolés vers une salle de bains où ils s'enferment aussitôt. Rejoint par un garde de sécurité népalais, John Turner monte sur le toit et vide son chargeur sur les assaillants. La police achèvera trois terroristes, mais entretemps ils ont fait six victimes. Les talibans, ajoute Renaud Girard, n'ont pas jugé utile d'épargner les femmes : on en retrouve une avec une balle dans la tête et une autre brûlée vive. Obama est "plongé dans le dilemme afghan"... "Une fâcheuse impression d'indécision s'est installée", écrit Pierre Rousselin dans son éditorial du Figaro. "Depuis plus d'un mois, Obama hésite et consulte sur la stratégie à mener. Huit ans après le début du conflit, la guerre continue d'être menée dans un vide stratégique. S'il veut éviter la sanction des urnes aux élections de mi-mandat, il serait temps qu'Obama se décide". De l'autre côté du détroit de Floride, un autre revenant, dans les colonnes de Paris-Match : photos de Fidel Castro... C'est une publicité ambulante pour Adidas car, dans son survêtement bleu et blanc à trois bandes, le vieux dictateur de 83 ans a l'air plutôt en forme. Des taches de vieillesse sur les mains et le front, la barbe et les cheveux sont gris, mais l'oeil est vif. Les photos ont été prises au domicile de Castro, lors d'une rencontre avec le réalisateur Oliver Stone. Il l'a accueilli debout, mais sa femme n'est pas loin, prête à répondre au moindre de ses besoins. Castro pose avec le livre d'Obama, "Les Rêves de mon Père", traduit en espagnol. Il travaille encore tous les jours. Aucun regret sur sa politique menée à Cuba. C'est la photographe Rose Serra qui a pris les clichés et écrit le texte. Elle dénonce à juste titre l'embargo imposé par les Etats-Unis, et qu'elle juge en grande partie responsable des difficultés des Cubains. L'ONU vient d'ailleurs, hier encore, de le condamner une nouvelle fois. Elle est sidérante, tout de même, cette image que Match donne de Castro cette semaine : un grand-père facétieux, quasiment exonéré de la misère cubaine et des dissidents jetés en prison... (ALG : "D'autres informations glanées dans la presse")... Johnny vient à la rescousse de Roman Polanski... "Qu'on lui foute la paix !", dit le chanteur français dans le quotidien suisse Le Matin, publié hier. Free est officiellement candidat à la quatrième licence de téléphonie mobile... L'information est notamment dans Les Echos et La Tribune. Le fantôme de Pétain à la Une de L'Humanité, qui parle de "dérive pétainiste" à propos du discours sur l'identité nationale de Nicolas Sarkozy dans le Jura mardi. "La terre fait partie de l'identité nationale française", a déclaré le Président de la République. Des fantômes, il y en a même, ce matin, dans L'Equipe... Fantôme du dopage dans le tennis, avec les aveux d'André Agassi. L'ATP (l'Association des tennismen professionnels) a-t-elle vraiment lutté contre ces pratiques à la fin des années 90 ? Et puis joli dessin de Chenez dans le quotidien sportif. Dans le ciel de Paris, les nuages se transforment en gants de boxe blancs. Il y a 60 ans, mourait Marcel Cerdan dans un accident d'avion. La prophétie d'Edith Piaf se réalisait : "Si un jour la vie t'arrache à moi". Ce n'est pas avec Piaf mais avec deux autres immenses ombres de la chanson française que j'aimerais terminer... Quand Alain Bashung chantait Serge Gainsbourg. Bashung avait enregistré "L'Homme à la tête de chou" en novembre 2006... (Extrait) Les extraits sont en avant-première sur le site Lexpress.fr. Cela donnera un spectacle le mois prochain à Grenoble et Paris. Des musiciens, des danseurs... et la voix de Bashung... (Extrait) C'est sur le site Lexpress.fr. Il y a des fantômes dont on rêve trop fort, et qui crèvent l'oreiller... Bonne journée...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.