Avec une révélation du "Figaro"... Comme une leçon tirée du scandale d'Outreau : selon le quotidien, les gardes à vue vont être filmées... Il est même possible que les auditions chez le juge le soient aussi. Après des discussions approfondies cet été, le projet est verrouillé, affirme "Le Figaro"... L'objectif, bien sûr, étant de gagner en transparence, et d'éviter les fréquentes accusations de suspects dénonçant les mauvais traitements ou les pressions de policiers. Le ministre de l'Intérieur souhaite donc aller plus loin en introduisant des caméras dans les cabinets d'instruction... Et là, l'idée, c'est donnant-donnant... Autrement dit, si les policiers font un effort, les magistrats aussi doivent accepter d'être enregistrés. Si une telle mesure voit le jour, ce sera un changement majeur dans le fonctionnement de la justice française... Or, dans les milieux judiciaires, l'idée de placer des caméras chez le juge fait déjà des gorges chaudes. Y compris chez les avocats. "Aberrant !", proteste Jean-Pierre Versini-Campinchi, qui affirme qu'il n'y a pas 10% de ses collègues qui soient favorables à cette mesure... Mais il n'explique pas pourquoi. On en reste donc là. Maintenant, et puisque la réforme est inspirée par une sorte de "plus jamais ça !" après Outreau... Qu'en pensent les acquittés de ce procès ?... C'est selon... L'un d'eux estime que le climat est plus calme chez le juge que dans les locaux de la police... Que l'avocat est présent... Reste le problème des réflexions non prises en compte... Les propos qui ne sont pas notifiés... La vidéo permettrait justement de les enregistrer... Avec une caméra, la polémique sur ce que l'on appelle le "hors procès-verbal" serait donc levée. "Dès que j'ai entendu parler de ça, dit de son côté le prêtre-ouvrier du procès d'Outreau, je me suis dit : 'Mais comment les policiers vont-ils faire pour tricher ?"... Ironie amère... Mais quoi qu'il en soit, Dominique Wiel, puisqu'il s'agit de lui, ne croit pas tellement à la méthode... "Non, dit-il, le principal, c'est que l'avocat soit présent dès le tout début de la garde à vue, et qu'il ait immédiatement accès aux pièces de procédure... En clair : mieux vaut renforcer les droits de la défense que créer des contraintes qui nourrissent la suspicion envers policiers et magistrats". Alors question évidemment, presque comme une question-réflexe : est-ce qu'une caméra dans le cabinet du juge Burgaud aurait changé quelque chose ?... "Non", répond Richard Palin, vice-président du Tribunal de Nanterre... Interrogé par "Le Figaro"... "Non, parce que, de toute façon, les bandes auraient été visionnées à l'audience, certes, mais des années après que les prévenus eurent été incarcérés". "Donc, il s'agit d'une fausse-bonne idée ?", demande Jean-Marc Leclerc, du "Figaro"... "Je pense qu'elle est même dangereuse à certains égards, répond le magistrat. Un exemple : dans une affaire d'attouchements, il ne peut y avoir de preuve objective. Tout repose sur des déclarations, un climat. Eh bien, la confrontation chez le juge contient des scènes dramatiques, qui provoquent parfois le déclic chez le suspect, qui déroule alors son histoire, dans l'intimité du cabinet du juge d'instruction. La présence d'une caméra, dans ces moments intenses de vérité, va donc tout aseptiser... On va tuer la relation humaine par excès de formalisme", conclut Richard Palin, qui ajoute : "Devant le juge, la caméra est inutile, puisque l'avocat est là... Ou alors, c'est nier son rôle". Et puis ce dernier argument du magistrat, un peu étonnant : "La mesure est quasiment irréalisable, dit-il, parce que les expériences montrent que le juge n'a jamais le bon matériel, qu'il ne sait pas s'en servir, ou que celui tombe en panne sans personne pour le réparer". Quoi qu'il en soit, la volonté de Nicolas Sarkozy de faire admettre aux juges qu'eux aussi, comme les policiers, doivent faire un effort, est évidente, explique "Le Figaro"... Qui affirme que le principe de la réforme est acquis... Reste à en fixer les modalités. En attendant, le ministre de l'Intérieur compte ses troupes... Entendez par là ses soutiens pour la Présidentielle. Bien sûr, il y a Johnny Hallyday, qui sera même présent à l'université d'été de l'UMP à Marseille dimanche... Ce qui fait dire au "Canard Enchaîné" que le chanteur lâche Chirac... Mais qui permet surtout à l'hebdomadaire de se lâcher sur le titre : "Allumez... le vieux". Je cite bien sûr. "Le Canard Enchaîné" qui explique également comment, en une seule soirée, pas moins de 4 ministres sont allés faire allégeance au candidat Sarkozy... C'était mercredi dernier... Les 4 ralliés ont pour nom François Baroin, Jean-François Copé, Renaud Dutreil et Dominique Perben... Un mouvement de fond à forte odeur de soupe, pas encore parvenu à son terme d'ailleurs, précise "Le Canard", qui décerne palme d'or et prix spécial du jury, dans la catégorie "ministre opportuniste pur jus"... A Jean-François Copé. Pourtant, paraît-il, les sarkozystes frisent encore l'éruption de boutons à l'énoncé de son nom, comme l'écrit Patrice Lestrohan... Qui plus est, hurle l'un d'eux, c'est Copé que ses copains chargeaient naguère de nous flinguer. Ambiance. Question... A laquelle on se demande si on aura une réponse un jour... "Oui ou non, le pouvoir d'achat des Français a-t-il augmenté ?"... "Oui", affirme l'INSEE... "Non", répond "60 Millions de Consommateurs"... Alors, une fois de plus, la vérité est probablement entre les deux... Comme le confirme l'économiste Nicolas Bouzou dans le journal "La Croix", sous la rubrique "Question du jour"... Alors... Eh bien, "si le pouvoir d'achat n'a pas baissé, il a trop peu augmenté pour que les Français s'en aperçoivent". Nuance. Ainsi, Nicolas Bouzou explique-t-il qu'en dessous du seuil psychologique de 3% par an d'augmentation du pouvoir d'achat, les ménages ne perçoivent pas la hausse de leur niveau de vie. Et si ce pouvoir d'achat n'augmente pas de façon significative, c'est pour diverses raisons bien sûr, mais il y a un phénomène qui grève le budget des particuliers : c'est celui des achats contraints... Ce qu'on appelle les "achats contraints", autrement dit ces dépenses qu'on a du mal à réduire : loyer, énergie, assurances... En 98, ces dépenses-là représentaient 24 et demi % du budget des ménages... Aujourd'hui, elles en représentent 33. C'est donc pour donner un coup de pouce à ce pouvoir d'achat qui faiblit... Ou qui augmente si peu qu'on ne s'en aperçoit pas... Que Dominique de Villepin a annoncé ses mesures lundi soir... Prime pour l'emploi, chèque-transport, allocation étudiant... Sous le titre : "Ce que vous allez vraiment toucher", "Le Parisien" a fait ses comptes... Et concernant l'allocation d'installation pour les étudiants, il nous rappelle la chute impressionnante de leur pouvoir d'achat. En quatre ans en effet, leurs dépenses obligatoires... A savoir : droit d'inscription, tickets-resto U et autres... En quatre ans, ces dépenses ont augmenté quatre fois plus que le montant des bourses, précise "Le Parisien". Le pouvoir d'achat, il devrait être l'un des thèmes au centre de la campagne électorale... Il le sera, dit-on... Et en cette année éminemment politique, l'année de la Présidentielle... Les hommes et les femmes qui dirigent le pays, ou qui aspirent à le diriger, seront en scène, pour le meilleur et pour le pire... D'où ce dossier de "VSD" sur un sujet polémique, et même tabou : "sexe et pouvoir". Alors il ne s'agit pas, évidemment, de savoir qui fait quoi de sa vie... Tout simplement parce que c'est sa vie... Et du reste, pas question d'évoquer les favorites de nos trois derniers Présidents, écrit "VSD"... De disserter sur les rendez-vous galants des députés, ou sur la frénésie sensuelle qui enflamme certains candidats lors des campagnes électorales... En France, ces informations ne sortent pas du petit cercle des initiés... Ce qui est très différent dans les pays anglo-saxons. D'ailleurs, quand bien même la presse serait tentée de s'emparer de la vie très privée des politiques, l'article 9 du Code civil l'en empêche. A tort ou à raison ?... C'est tout le débat... "VSD", lui, a choisi son camp... Pas désintéressé d'ailleurs : pour l'hebdomadaire, cette discrétion, ce silence, c'est l'omerta. Oui, poursuit "VSD", ce silence convenu dissimule pourtant une vérité vieille comme le monde : nos élus, à quelques exceptions près, prennent eux aussi du bon temps, s'inscrivant dans une tradition de gaudriole et de marivaudage. Même l'austère Parlement européen ne serait pas épargné. Et c'est Daniel Cohn-Bendit qui témoigne... Des miliers de gens vivent dans ce lieu fermé... Ils se voient tous les jours, alors forcément... Bon. En tout cas, au moment des campagnes électorales, des candidats, selon "VSD", sont sujets à des poussées d'hormones... Ca tombe bien... Sensibles aux charmes du pouvoir, des admiratrices ne se font pas prier, dès lors que le monsieur est dans la lumière... Elles le sollicitent parfois même ouvertement, s'il occupe un poste en vue. On a quand même envie de dire que ce n'est pas propre aux politiques. "Il est génial et trop beau !", se serait exclamée Roselyne Bachelot au sujet de Dominique de Villepin, rapporte l'hebdomadaire, qui, en fait, s'appuie sur le livre que publient sur le sujet Christophe Dubois et Christophe Deloire... Un livre où la fameuse déclaration de Bernadette Chirac est reprise... De son mari, elle confie à Patrick de Carolis : "Il avait un succès formidable... Bel homme, et puis très enjoleur, très gai... Alors, les filles, ça galopait... Mais oui, bien sûr, j'étais jalouse... Il y avait de quoi". Maintenant, où est l'intérêt de ce livre, finalement ?... Eh bien, les auteurs s'expliquent dans "VSD" : "Notre enquête répond aux hommes politiques qui se mettent en scène... Nous ne sommes ni dans le jugement, ni dans la dénonciation à l'anglo-saxonne... Mais n'oublions pas que les récits de Saint-Simon sur les moeurs à la cour de Versailles faisaient rire tout le monde... Alors pourquoi le grand public ne pourrait-il pas savoir ce qui se passe dans les cercles politiques ?". Tiens, et puisque nous parlons des rois, terminons avec cette remarque du journaliste Eric Zemour sur le sujet : "Quelles que soient les différences d'approche, nos gouvernants conquérants obéissent tous à un même impératif : accumuler les maîtresses pour imiter les rois de France". Bonne journée. A demain.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.