Selon LE CANARD ENCHAÎNÉ, le ministère de la Culture aurait sérieusement mégoté sur la prévention des incendies à Notre-Dame, des économies qui pourraient expliquer que les pompiers ne soient pas intervenus plus rapidement. Dans la presse, d'ailleurs, ce matin, on trouve de multiples histoires de dysfonctionnements.

Il y a des gens qui pleurent pour un rien : qui pleurent quand ils se pètent un ongle ou bien qu’ils ratent une mayonnaise… D’autres, en revanche, ne pleurent jamais… Même pas quand ils ont mal, même pas quand ils sont tristes, même pas aux enterrements... Pourtant, il existe un endroit où, y compris les durs à cuire, parfois, se transforment en madeleines. Cet endroit, c'est le ciel : quand vous faites des trajets en avion. 

Vous avez plus de chance de pleurer en avion 

C’est à lire sur SLATE, qui évoque une enquête menée par la compagnie Virgin Atlantic... Plus de la moitié des voyageurs reconnaissent que leurs émotions sont exacerbées lors d’un vol ; un homme sur quatre déclare même pleurer à chaudes larmes devant les films proposés. Pas uniquement les drames, mais aussi les comédies... Pour d’autres, c’est en faisant défiler des photos de leurs enfants sur leur téléphone qu'ils fondent en larmes. Et tout cela s’explique, selon les scientifiques. Stress du voyage, manque d’oxygène, déshydratation, à quoi peut s’ajouter l’irritation des yeux : voilà ce qui provoquerait l’émotivité aérienne... N’ayez pas honte s'il vous arrive de vous mettre à pleurer dans un avion, et à vos voisins qui s’étonnent, dîtes que c’est une réaction tout à fait normale.

Ce qui n’est pas normal, en revanche, c’est que des avions aient le droit de voler malgré des défauts de fabrication.

Et le Syndicat national des pilotes de ligne français a fait part de son inquiétude au sujet du Boeing 787… Après les accidents survenus récemment sur des B737 Max – deux crashs en six mois - autre dossier brûlant pour l’avionneur américain. 

Un défaut sur les poignées coupe-feu du Boeing 787

Un problème de conception qui empêcherait d’actionner les extincteurs en cas d’incendie sur un réacteur… Dès lors, cela pourrait mener à une défaillance de l’aile, concède l’administration américaine… Les pilotes français ne sont donc pas les seuls à s’alarmer. C’est à lire ce matin dans LE CANARD ENCHAÎNÉ.

Le palmipède évoque par ailleurs un autre incendie, bien réel celui-là : celui de Notre-Dame il y a deux semaines… Et l’on découvre que la surveillance de la cathédrale, je cite, « ne pétait pas le feu »… Le ministère de la Culture aurait, selon l’hebdomadaire, sérieusement mégoté sur les mesures de prévention, supprimant, il y a quatre ans, l’un des deux agents de la société Elytis, jusqu’alors affecté au PC de sécurité installé dans la sacristie. 

La surveillance incendie de Notre-Dame mise en cause

Résultat, quand le 15 avril, à 18h16, un voyant lumineux signale un début d’incendie, un seul veilleur se trouve alors dans le local. Veilleur qui, de surcroît, est en poste depuis seulement quelques jours. Il connaît encore mal l’édifice et, lorsqu’il informe par radio le surveillant qu’un détecteur s’est enclenché, il se trompe d’endroit : au lieu d’indiquer les combles de la nef, il pointe celles de la sacristie qui, pourtant, se trouvent à l’opposé… Il faudra attendre la deuxième alarme pour localiser le début d’incendie. Les pompiers sont alors prévenus, à 18h51, soit 35 minutes après le déclenchement de la première alarme. 

A de nombreuses reprises, nous apprend LE CANARD, les salariés d’Elytis avaient, mais en vain, alerté leur hiérarchie sur le manque d’effectif, mais aussi sur les dysfonctionnements du système anti-incendie. « Les économies de bouts de chandelle conduisent parfois à l’embrasement »… Phrase de conclusion de l’enquête. 

Certains diront sans doute que c’est à pleurer.

Des larmes, on en trouve d’autres dans la presse… 

On a parfois l’impression que l’actualité bégaye

Hier, on évoquait les morts du travail. C’est la Une de CENTRE PRESSE : à Rodez, une chute mortelle pour un artisan de 28 ans. Et puis, sur MEDIAPART, on nous fait le récit de l’hommage rendu dimanche à David Beaujouan, un chauffeur de poids lourds de 36 ans décédé accidentellement sur le parking de la plateforme logistique d’Amazon à Saran, à côté d’Orléans… C’était une figure locale des gilets jaunes.

Des gilets jaunes qui demain, devraient animer les cortèges syndicaux du 1er mai… Des Blacks Blocs pourraient se mêler aux manifestants… Du rouge, du jaune, du noir, « trois couleurs pour une colère » commente L’OPINION, qui pointe le risque de violences, tandis que L’HUMANITÉ, enthousiaste, nous annonce « un printemps de luttes ».

L’actu bégaye, disions-nous… Hier, on évoquait les femmes tuées par leur compagnon ou leur ex… C’est la Une du RÉPUBLICAIN LORRAIN : une mère de famille de 44 ans frappée à mort par son conjoint.  

D’autres récurrences, ce matin, nous disent les tourments du pays.

La souffrance ordinaire du personnel des Ehpad

C’est à lire dans LA CROIX… Reportage à Laval…Rencontre avec Sylvie, qui a dû s’arrêter pour « dépression » ; ras-le-bol de courir tout le temps, pour les repas, les toilettes… Rencontre avec Hélène qui, depuis sept ans, travaille comme aide-soignante dans l’un des quatre établissements gérés par l’hôpital de la ville. Elle raconte les résidents que, faute d'effectif suffisant, on doit parfois mettre au lit dès 17 heures… Elle raconte aussi son envie, par moments de pleurer. Le plus souvent, ça arrive sans prévenir.

On craque et on va dehors en se disant qu’on va tout planter là… Et puis, en général, au bout de quelques minutes, on revient… 

Il faudrait décerner une médaille aux soignants des Ehpad… 

Deux jeunes femmes recalées d'une brocante à cause de leur voile

L'affaire faisait hier les gros titres de la presse du Nord... On la retrouve aujourd'hui sur le HUFFINGTON POST et dans LIBÉRATION. Deux jeunes femmes recalées d’une brocante parce qu’elles portent le voile… Brocante organisée par une association caritative de l’agglomération de Lille. L’organisatrice a refusé leur inscription. A cause de leur voile, précisément... « Je ne préfère pas, ça me cause du tort », leur a-t-elle dit… Propos qu’elle a d’abord parfaitement assumés, avant de présenter ses excuses. L’entretien a été filmé par les jeunes femmes. Certains crient au racisme et à la discrimination. Vidéo devenue virale.

De son côté, LE PARISIEN nous parle circulation : une commission d’élus préconise de réduire la vitesse à 50 km/h sur le périphérique de la capitale. On imagine que ça devrait faire couler beaucoup d'encre, au moins autant que cette info piochée dans LA DÉPÊCHE DU MIDI... 

Dans le lot, des chevreuils ivres font des dégâts dans les jardins et sur les routes

Alors, vous allez me dire : comment donc des chevreuils peuvent-ils être bourrés ? Eh bien, c’est parce qu’ils ont consommé des bourgeons contenants des substances alcaloïdes… Heureusement, parfois, la presse parvient également à nous faire rire.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.