Tampon, le Monde, le Figaro, l'Humanité, Télérama, s'extasient de vétérans, mais de jeunes chanteurs emmenés par le petit chaperon rouge Angèle, réveillent Télérama. La Croix raconte la cocaïne, qui soutient Yann, marin-pêcheur en Bretagne. 2900 euros pour sauver son chien, dans Nord Littoral.

On parle de la mer ce matin...  

Sur laquelle se risquent des Iraniens sur des bateaux pneumatiques, partant de Calais pour rejoindre l'Angleterre, Libération raconte ces migrants qui cherchent sur le Bon coin les moyens de la traversée... Le bateau gonflable à 850 euros, un moteur entre 600 et 1500 euros, des gilets de sauvetage, on dérive parfois mais parfois on passe et l'on suit les lumières des ferrys dans la nuit, ce sont des iraniens qui tentent cette traversée, les africains qui ont échappé à la méditerranée ne veulent plus s'y risquer...  

On parle de la mer ce matin, où des marins pêcheurs travaillent et souffrent quand le chalut peut t'arracher la main ou quand la journée n'en finit pas et après 96 heures, "tu entends le moteur te chanter des chansons" dit à la Croix le breton Yann qui a la cinquantaine et des poignets désarticulés, et qui pour tenir prend de la cocaïne, "avec deux traits le matin, ça va mieux, avec quatre traces de coco tu vas plus vite que la machine pour étriper et vider les poissons". 

Yann est un des personnages d'une enquête de la Croix sur cette cocaïne qu'a déjà essayé un français sur 20, et qui touche plus les artisans, les commerçants, les ouvriers, que les cadres ou les milieux aisés, elle est la drogue d'un trop plein de travail épuisant, et donc celles de Yann et d'autres marins...  

Jean-Luc Van den Heede n'a pas consommé de cocaïne mais un verre de rouge par repas, et des conserves maisons, à l'ancienne, pour remporter la golden globe race, tour du monde à l'ancienne, au sextant et sans électronique, où les concurrents pour se distraire avaient ressorti les magnétophones à cassettes, c'est dans le Figaro, Van den Heede lui avait aussi une bible et un coran, c'est dans le Monde, et tous les numéros du Canard enchaîné parus depuis deux ans, ajoute l'Humanité et nos journaux célèbrent cet hercule barbu de 73 ans, 1m90, 90 kilos, qui à terre donne des concerts de rock et qui est le copain de Hugues Aufray, vintage décidément ... Et c'est aussi bien l'âge du capitaine qui nous enchante et nous rassure que l'exploit lui-même, les journaux ne mentent pas sur nous... 

Et d'autres vétérans peuplent les journaux ce matin...  

Antonio Lobo Antunes, 76 ans, sera bientôt dans la Pléiade, et est dans Télérama, géant des lettres portugaises qui écrit encore et y passe ses journées comme Van den Heede navigue, qui ne possède ni ordinateur ni portable ni carte de crédit mais des feuilles de papier  qu'il noircit  "quand viennent des étincelles, des petits bruits, des couleurs, des odeurs, et ça commence à confluer, à se tenir, se transformer en mots". Il a en lui cette grâce des vies accomplies, il fut soldat dans les guerres coloniales du Portugal en angola, et se souvient de cela: "l'Angola est le plus bel endroit que j'ai vu sur terre, les gens y sont très doux, ils vous tuaient, bien sur, mais c'était la guerre, on se tuait les uns les autres..."  

Dans Tampon, cousin de So foot consacré au rugby, voici un homme  de 75 ans qu'on surnommait Peter Pan au temps de ses envolées, Jean Gachassin en confidences à Bagnères de Bigorre devant une entrecôte de 500 g et un verre de blanc, pour nous raconter le rugby des années 60 et ses oiseaux de nuits.  Et tout Tampon est imprégné de nostalgie dans l'évocation aussi du Béziers des années 70  dont le maillot rouge éclate à la une...  Que reste-t-il à la jeunesse si le passé est enchanteur? L'Equipe se rassure d'un grand sondage, les Français ont encore à 84% une bonne image du rugby, et espère Romain Ntamack, 19 ans, qui jouera vendredi contre le pays de Galles et qui serait l'avenir du rugby français, et qui est aussi, vous retrouverez leurs portraits sur le site de l'Equipe, le fils d'Emile, qui nous enchanta.  La jeunesse peut-elle croître sans être une transmission?

Télérama n'a pas donné sa couverture au vieux Lobo Antunes  mais à un petit chaperon rouge de 23 ans, Angèle qui dynamiterait la chanson française, et avec elle d'autres enfants qui ont grandi sans code et sans préjugés et mélangent toutes les influences...    

On parle d'argent enfin. 

L'argent qui est notre souci commun et la une du Parisien comme celle de Que choisir, qui nous parlent de la hausse des prix à la consommation. L'argent  qui est notre polémique commune quand l'Etat doit le prélever, et la question fiscale est le sujet du Un cette semaine, qui  se demande comment réinventer l'impôt pour nous l'acceptions;  en suède, on est prélevé à la source, nul ne s'inquiète de sa feuille d'impôt... J'apprends dans les Echos que l'OCDE a des pistes pour une taxation mondiale que paieraient les GAFA, sommes nous consolés?   Au prétexte des grands débats, l'Est-Eclair a exhumé, c'est génial, les cahiers de doléances du bailliage de Troyes en 1789,  et voici; « Les habitants de Buchères chargent leurs députés de déclarer qu'ils sont surchargés d'impôts  par le défaut de bonne administration dans les finances de Sa Majesté."  

L'argent donc, qui manque, mais parfois... A  Calais où la dentellerie Noyon va licencier, Nord Littoral raconte que dans le quartier de Beau-Marais,  une maladie frappe des chiens, qui vomissent et se vident et peuvent mourir en quatre jours, et pour les sauver existe un traitement que les vétérinaires n'osent pas proposer tant il coûte cher. Sophie a payé  2900 euros pour sauver Oslo, son american staff, en 24 injections, elle a emprunté à sa famille.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.