2014... 2015.... 2016 .... 2017 ont déjà été les années les plus chaudes jamais enregistrées et 2018 pourrait bien se placer tout en haut de la liste. Et Libération nous avertit :"il faudra désormais vivre avec ces vagues de canicule toujours plus fréquentes, toujours plus intenses.

Climat... ces lendemains qui brûlent.

C'est le titre qu'a choisi Libé et ces records qui se multiplient comme un funeste compte à rebours touchent maintenant, et c'est nouveau, l'hémisphère Nord. La Suède par exemple est saisie par les incendies et la sécheresse. Le pays est confronté à une crise inédite et se débat contre de gigantesques feux de forêt que les autorités peinent à contrôler et à éteindre. Dans le centre, un incendie dure depuis quatorze jours et cette sécheresse historique touche toute la Scandinavie. Dans la nuit du 18 au 19 juillet, la température n’est pas descendue sous les 25°C  en Norvège, au bord de la mer de Barents. Libération qui se penche aussi sur les effets à long terme sur la santé. La hausse de la consommation d'alcool pour lutter contre le stress, l'augmentation des admissions dans les hôpitaux de personnes qui souffrent de troubles mentaux. « On a en effet découvert un lien entre les événements météorologiques extrêmes et une augmentation des comportements agressifs ». C'est ce qu'explique le Pr Emmanuel Rusch, médecin de santé publique au CHU de Tours. Alors que faire pour éviter que nous perdions un jour la tête à cause du soleil ?

"Idéalement il faudrait prendre moins l'avion et la voiture" mais aussi augmenter le prix du gaz ou de l’essence selon

le climatologue François-Marie Bréon mais toutes ces  mesures sont couteuses ou impopulaires et en attendant raconte La Croix cette fois  ce sont bien les villes qui ont un rôle très important à jouer car le problème des centres urbains, ce sont les îlots de chaleur. On le sait, il fait plus chaud en ville qu’à la campagne à cause du goudron qui emmagasine la chaleur la journée et la rejette la nuit, Il faut donc privilégier la végétation qui rafraichit l'atmosphère et éviter à tout prix le béton.

« Un  ombrage efficace réduit  la température ressentie de dix degrés ». Et Parmi les villes engagées dans l’adaptation aux canicules, Lyon fait figure de modèle. En 2050 le climat dans la capitale des gaules devrait ressembler à celui de Madrid

et même à celui d'Alger en 2100. Dans son plan local d’urbanisme, la Ville a donc  imposé 30 % de végétalisation à toute nouvelle construction. Elle a aussi prévu de planter chaque année 3 000 arbres et ce jusqu’en 2030.Un élan que l'état lui  peine à insuffler au niveau national. Le plan mobilité propre présenté par Nicolas Hulot et Élisabeth borne mi-juillet par exemple ne contient aucune mesure pour le vélo. En France, seuls 2 à 3 % des déplacements quotidiens se font à bicyclette, contre 29 % aux Pays-Bas.

Dans la presse également les suites de l'affaire Benala : 

Et l'Elysée qui a finalement décidé de respecter la loi et de mettre fin à une opacité que l'on croyait révolue. Car Alexandre Benala dont la fonction n'a jamais été rendue publique au JO n'avait donc pas d'existence officielle. Comme tous les chargés de missions  il échappait ainsi à tout contrôle. "Il aura donc fallu qu’éclate cette affaire pour que l’Elysée décide de se conformer à la loi sur la transparence de la vie publique votée après l’affaire Cahuzac" s'insurge le Monde. Un texte qui oblige pourtant depuis 2013 les collaborateurs du président de la République à transmettre une déclaration d’intérêts et de patrimoine à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique A l’Elysée, ils seraient huit conseillers concernés. Cela fait des années que la haute autorité dénonçait cette situation. 

Vos journaux décryptent part ailleurs la communication savamment orchestrée d'Alexandre benala dans plusieurs médias.

Entretien dans Le Monde et au JDD, Interview au JT de TF1, après la gestion de crise, voici le storytelling nous raconte l'opinion. Un plan com épaulé par la Macronie selon le journal.

Comme ce ministre par exemple qui vient dire que non "Benala n'est pas un violent, juste un mec engagé", c'est ma nature confirme l'intéressé. D'ailleurs ne l'appelez plus Benala mais Alex.

"Alex donc est un excellent organisateur, il prend de l'espace c'est vrai mais il est très affable" nous explique de son côté l'Elysée.

Pour l'Humanité, il est surtout  chargé de -mission séduction dans les médias - . Endimanché, la barbe rasée, Benala feint la culpabilité selon  le journal de gauche. Reste l'affaire dans l'affaire que Benala a eu cette fois  beaucoup de mal à expliquer : une autre vidéo de la fameuse scène de violence qui lui a été remise en main propre par un agent de la préfecture mais qu'Ismaël Emelien, conseiller spécial d'Emmanuel Macron a bien eu en sa possession avant que les images ne se retrouvent sur les réseaux sociaux. 

C'est l'heure du bilan pour le tour de France qui s'est achevé hier avec la victoire de Geraint Thomas

Plusieurs titres de la presse régionale ont choisi de faire leur Une sur la fin de la grande boucle :

Le Courrier Picard 

La Charente Libre 

La Dépêche du Midi 

La République du centre 

Ouest France 

L'équipe et le Parisien ont eu la même idée en titrant "le Prince de Galles" car Geraint Thomas est du Royaume Uni et c'est aussi le premier Gallois vainqueur du tour, ce qui n'est pas rien. En revanche ce Tour de France ne fut pas un grand cru et plusieurs journaux le regrettent ce matin. Et c'est vrai il faut le bien le dire que l'on s'est un peu ennuyé cette année pendant le Tour de France. 

Si je voulais être méchant, je dirais "encore plus que d'habitude".

Et Pierre Carey dans Libération enfonce le clou, c'est définitivement dit-il une édition qui laisse un profond sentiment de lassitude. Un grimpeur haché menu par l'ultra domination des Sky confirme :

«Cette course devient de plus en plus étrange. Je ne sais même pas s’il y a de la déception ou bien simplement de la lucidité face à cette fatalité d’une édition sans relief ».

Les organisateurs ont bien essayé de dynamiser l'épreuve mais rien n'y a fait. La vérité c'est qu'il suffit qu'une équipe comme Sky arrive avec un budget énorme et  achète les meilleurs coureurs pour cadenasser l'épreuve et tuer le suspense.

Comme le dit un dirigeant d'une équipe Française «Le problème actuel du vélo, ce n’est plus le dopage. C’est l’argent.»

Pierre Frehel dans le républicain Lorrain lui s'interroge :

" La Grande Boucle est-elle en train de perdre son âme ? "

Organisation  impeccable, décor naturel certes mais la maison Sky est "une fabrique anglaise je cite qui produit des champions moches sur le vélo." Il nous manque poursuit Pierre frehel un champion éblouissant qui magnifierait le peloton et transcenderait ses rivaux. 

Le Figaro lui, l'a trouvé son champion. 

Je vous lis le début de l'article en forme de devinette 

"Chaque jour il court, chaque semaine il fait l'équivalent d'un marathon, chaque été il parcourt 2500 km à vélo et chaque année il use 4 paires de basket. Vous l'avez peut-être reconnu ? 

C'est Nicolas Sarkozy. L'ex président s'est  confié à Marion Mourgue sur son rapport au sport et il y a quelques infos quand même, on y apprend par exemple que Nicolas Sarkozy aime transpirer par gout de l'effort. Il adore le Jogging aussi car ça a de fantastique dit-il que vous pouvez le pratiquer partout où vous êtes" Et oui !

Nicolas Sarkozy qui raconte aussi qu'un jour à Montréal, il avait oublié son jogging à Paris alors il a couru en short mais le haut du corps bien couvert précise-t-il. Et pour le vélo, hé bien l'ancien chef de l'état préfère les montées aux descentes. Franchir les cols parce que c'est plus difficile. Alors il y a aussi une photo de Nicolas Sarkozy à vélo. Et là on sent que ça tire un peu sur les mollets. Ce n'est pas vraiment le champion éblouissant que certains appellent de leurs vœux. Bref ne comptez tout de même pas sur l'ancien président de la république pour sauver la réputation du tour de France.

Nasser MADJI

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.