De la peur..de la colère aussi...un sentiment d'impuissance...et si vous souffriez de solastalgie ? demande le Huffington Post

La solastalgie ou l'angoisse climatique. Que vous viviez de près ou de loin le réchauffement climatique vous pouvez ressentir de l'éco-anxiété explique le site d'information. Les effets de cette anxiété ont pu être observés par exemple sur les victimes de l'ouragan Katrina qui a touché la Nouvelles Orléans, mais aussi auprès de la communauté inuite. Dans le Nord du Canada. Où le réchauffement climatique progresse le plus rapidement. Dans 5 communautés du secteur, depuis le début des observations, les problèmes de drogue et d'alcoolisme ont augmenté pour "remplir le vide" laissé par cet environnement que les habitants ne reconnaissent plus.  Les enfants aussi sont touchés explique le Huffington Post. Une psychiatre du Nevada constate chez de jeunes patients des troubles obsessionnels compulsifs...comme le fait de ramasser tous les déchets sur le chemin de l'école ou d'imaginer sans cesse des scénariis commençant par "et si" 

Depuis hier nous sommes dans le rouge nous rappelle en Une plusieurs quotidiens régionaux.

L'humanité vit au dessus de ses moyens écrit en gros titre Le Courrier Picard.  La Terre est déjà à court de ressources titre aussi La Nouvelle République alors que Le Courrier de l'Ouest choisit de mettre une biche en une. "Un été difficile à vivre pour la faune sauvage" explique le quotidien d'Angers. Les fortes chaleurs et la sécheresse perturbent aussi les animaux sauvages avec des conséquences variées pour le gibier, les poissons, les oiseaux...  

Pas plus rassurant dans les pages du Télégramme :  face au réchauffement des océans le seuil d'alerte est dépassé. Selon une étude d'experts internationaux, l'accélération du réchauffement climatique dépasse de 40% les prévisions les plus pessimistes établies il y a 5 ans.  Et si rien n'est fait dans la décennie prochaine, les changements du fonctionnement des océans vont menacer les écosystèmes vitaux et perturberont  la civilisation humaine. 

Et si... Et si... On pourrait aussi citer ce gros coup de chaud des forêts de l'Arctique, l'ampleur des incendies des forêts boréales cet été qui inquiète nous dit Ouest France...ou encore, toujours en Arctique, ces 200 rennes retrouvés morts de faim. le rechauffement climatique en cause nous dit Le Figaro    De quoi oui voir poindre les symptômes de la solastalgie... 

"Sauve qui peut le monde "  alors affiche Libération qui se penche sur les collapsologues. Longtemps taxés d'alarmistes, voire de fous, ils n'ont jamais été écoutés avec autant de sérieux.  Le terme vient du latin "collapsus" : " qui est tombé d'un seul coup".   La collapsologie entend étudier la vulnérabilité de notre civilisation, les ressorts de son effondrement, et ce qui pourrait lui succéder.  Le terme est récent, l'idée ancienne. D'un rapport de 1972 rédigé par un chercheur américain, Dennis Meadows. Il soulignait déjà à l'époque les dangers de la croissance économique et démographique et proposait 13 trajectoires.   50 ans plus tard " c'est le scénario de l'effondrement qui l'emporte" assure le chercheur.  Glaçant on vous le disait.  

Alors fonçons nous tête baissée vers notre anéantissement final ?  

Pas tout à fait répond Libération. Il est plutôt question de la fin d'un monde et de notre nécessaire adaptation aux désastres dont nous sommes la cause. La plupart des collapsologues insiste d'ailleurs sur la nécessité d'agir. Pour limiter les dégâts. Et s'y adapter.   En régulant par exemple l'ensemble de la consommation, propose une enseignante chercheuse de Lille dans les pages du quotidien. Mathilde Szuba, travaille sur la notion de rationnement " une réponse collective à la pénurie pour protéger les plus fragiles, explique t'elle. On organise le partage quand un produit de première nécessité vient à manquer. Rationner cela veut dire empêcher certains de surconsommer pour s'assurer que tout le monde puisse en avoir un minimum. C'est une intervention du politique. "  

Face à l'éco-anxiété, on trouve aussi des remèdes ce matin dans La Nouvelle République des Pyrénées "une lueur d'espoir dans nos nuits" propose le journal des Hautes Pyrénées. Le département dispose d'une réserve internationale de ciel étoilé et est à la pointe de la lutte contre la pollution lumineuse.   

L'avenir fait peur...regardons vers le passé...se diront certains.

De plus en plus de Français réalisent des tests ADN pour en savoir plus sur leurs ascendants.   Et si  Et si on offrait à maman un kit ADN pour son anniversaire  ? Comme ça elle pourrait faire l'arbre généalogique de la famille.  Des tests interdits...mais très populaires détaille Le Parisien ce matin. On peut les commander sur internet aussi facilement que des chaussures, au prix de 60 euros. Au risque aussi d'une amende pénale possible de 3750 euros  L'ADN est arrivé, avec sa promesse de vérité absolue ; finies les racines pas carrées, vive les formules chimiques !  Mais attention prévient Le Parisien le résultat peut être déstabilisant. "My god : je suis un brin british !" alors que vous pensiez venir du fond de l'Aveyron. Vous pouvez  aussi découvrir des secrets bien gardés, comme la double famille d'un de vos géniteurs. Bon, ceci dit les conclusions sont à prendre avec des pincettes ; ces origines géographiques qu'on vous attribue ne sont que des statistiques avec leur marge d'erreur... de simples indices aléatoires précise Le Parisien  La France a beau fermer les yeux, en tout cas, le business est florissant. Et en l'état actuel de la législation, cette grande foire aux origines permet toutes les escroqueries et dérives ethniques. Des racines pas très carrées qui nécessitent sans doute une remise en ordre pilotée par la communauté scientifique. 

Le passé, l'avenir...et si tout simplement, pendant les vacances, on se déconnectait ? Pas si facile nous dit la Presse de la Manche : de plus en plus de français confient avoir du mal à débrancher le téléphone...travail, réseaux sociaux... l'objet semble désormais indispensable , même pendant les vacances !  

Allez avec tout ça, soyez zen !  

ah oui mais "plus on dit aux gens "Soyez zen, plus on les rend malheureux " assure Fabrice Midal dans un article des pages idées du Monde. Il est le philosophe fondateur de l'Ecole occidentale de méditation. "Lorsque quelqu'un est confronté à une grande difficulté, liée à la maladie, au stress professionnel, il faut commencer par reconnaître sa souffrance. C'est en l'acceptant que l'on peut trouver les ressources pour l'affronter, la dépasser, la guérir. Or l'injonction au zen pousse, à l'inverse, à la nier. "  Le philosophe explique plus loin comment la méditation peut aider à se reconnecter au monde pour mieux affronter ses difficultés.  "Si mon fis rentre angoissé de l'école je ne vais pas lui dire "Allons méditer pour faire le vide dans ta tête et la calmer..." Non je vais le réconforter. Peu à peu il me confie qu'il est inquiet de l'arrivée d'une nouvelle maîtresse. Voilà le sens de la méditation ; c'est écouter le réel, le rencontrer pour voir comment le transformer" 

Mais alors que fait la Sécu ? interroge Libération rappelant qu'un colloque sur la pleine conscience s'est tenu récemment. Ici le directeur de la santé a évoqué les effets très positifs sur l'attention, les symptômes dépressifs, la gestion de la douleur.  Et Libération de se demander si la pleine conscience aurait alors réussi l'examen de passage devant la Haute autorité de santé...qui étudie scientifiquement la réelle efficacité des pratiques. Au moment même où la ministre de la Santé Agnès Buzyn décidait de ne plus rembourser l'homéopathie.  

Et si ? 

Et si la méditation de pleine conscience était remboursée par l’assurance maladie?  Vu les bénéfices évoqués, quelle injustice qu'elle ne le soit pas lance Libération. En revenant sur le colloque et un de ses intervenants , titulaire de la chaire «paix économique, Mindfulness et bien-être au travail» de l’école de management de Grenoble.   Non seulement cela vous apporte la paix intérieure donc mais aussi la paix… économique. Que demander de plus ?

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.