Dans "La Voix du Nord", des salariés empêchés de reprendre le travail par leurs médecins témoignent de l'hostilité de leurs collègues, qui les accusent de "profiter du système". Le Royaume-Uni, champion de l'énergie décarbonée grâce aux éoliennes géantes de la Mer du Nord, "Les Échos".

Des Ouïghours montrent des pancartes pendant une manifestation devant l'ambassade de Chine à Londres demandant à la Chine d'arrêter d'envoyer les Ouïghours en camp d'internement et d'arrêter le nettoyage ethnique.
Des Ouïghours montrent des pancartes pendant une manifestation devant l'ambassade de Chine à Londres demandant à la Chine d'arrêter d'envoyer les Ouïghours en camp d'internement et d'arrêter le nettoyage ethnique. © Getty / David Cliff/SOPA Images/LightRocket

On parle de solitude...

La solitude d'un peuple qu'un état s'emploie à supprimer de cette planète, le peuple Ouïghour en Chine, dont on a appris hier qu'il était victime d'une campagne de stérilisation : c'est une enquête de l'agence Associated Press qui relaie l'étude d'un chercheur allemand, Adrian Zenz, le taux de naissances des Ouïghours auraient chuté radicalement, des femmes sont contraintes de se faire stériliser sous peine d'être envoyées dans des camps, on imposerait à d'autres femmes le port du stérilet. Vous lisez des extraits de l'enquête d'Adrian Zenz en français notamment sur les sites du Figaro, du Parisien et de Ouest-France, je mettrai les liens avec Associated press et l'enquête complète d'Adrian Zenz sur le site d'une ONG, la Fondation Jamestown.

Je vous mettrai en lien aussi une enquête du média en ligne Vice, qui date du 19 juin, elle racontait comment des Ouïghours internés dans des camps étaient utilisés pour fournir des organes revendus sur le marché juteux des greffes, un prisonnier d'une trentaine d'année rapporterait un demi-million de dollars... Les organes des Ouïghours, musulmans, ne consommant pas d'alcool, intéresseraient l'Arabie Saoudite et d'autres États du Golfe, il y aurait un marché un trafic d'organes "halal", accuse une association d'Ouïghours en exil.

À la une de L'Union, je vois une photo d'Adolf Hitler devant la Cathédrale de Reims en juin 1940, le dictateur allemand vainqueur était allé revoir le théâtre de sa première guerre mondiale, on vient de découvrir en France ces photos, je ne suis pas certain qu'elles ne relèvent que du passé.

Dans la Croix, je lis un article triste et joli sur les langues qui disparaissent faute de locuteurs il ne reste que quelques enregistrements de la lanque Oubykh qu'on parlait au bord de la mer noire, mais en même temps, c'est plus doux.

On parle d'une autre solitude en France...

Qui elle ne dit que nos duretés. Le site de La Voix du Nord publie des témoignages d'hommes et des femmes qui n'ont pas repris le travail après le déconfinement, parce que leurs médecins considèrent qu'ils prendraient trop de risques... Alors ils restent chez eux en isolement, mais les collègues qui ont repris leur en veulent de, ouvrez les guillemets, "rester en vacances" et le leur font sentir cruellement. "Ils me font comprendre que je suis une fainéante et une profiteuse du système, raconte Annie. Pendant le confinement, on m'envoyait des courriers deux fois par semaine et là, depuis le 2 juin, j'ai donné mon certificat d'isolement, je n'ai plus aucune nouvelle, ils ne répondent à aucun de mes messages. Cela fait onze ans que je travaille avec eux, je suis à la retraite en juillet, je vais partir sans les avoir revu, avec la sensation d'être moins que rien."

Elle semble à contre-courant, la voix d'Annie quand l'actualité s'est déplacée vers la vie qui reprend même pour les plus fragiles, les résidents des EHPAD qu'on autorise à sortir de leurs chambres, à manger ensemble des plats chauds, à se parler ensuite, à aller chez le coiffeur pour qu'un joli rouge masque les racines blanches de Marie-Claude qui n'en pouvait plus - c'est un très joli reportage sur le site du Monde à la maison de retraite les Aubépins, à Maromme près de Rouen...

Mais plus fragiles encore que les anciens il y a donc ces adultes porteurs de pathologies et qui, pour cela ne travaillent pas et subissent l'ostracisme des collègues, les pressions des employeurs pour retourner au turbin, car c'est "marche ou crève", lis-je dans l'économie après la pandémie.

Pendant ce temps, nos Unes resplendissent d'écologie et de projets, j'apprends dans Les Échos que le Royaume-Uni est le champion de l'énergie décarbonée gr ace à des forêts d'éoliennes géantes dont chaque pale est longue comme un Airbus 380. Elles sont plantées dans la Mer du Nord où le vent souffle dru, aux larges du Yorkshire jadis acquis au charbon. Cela fait depuis 2007 que les gouvernements britanniques appuient l'éolien devenu compétitif, saurons-nous être sérieux comme des Anglais ?

Et les vainqueurs des élections s'installent ce matin...

Et ils ont l'air de savoir où ils vont nos écolos nouveaux, la nouvelle maire de Strasbourg Jeanne Barseghian en interview dans les DNA qui proclame l'urgence climatique et dit qu'elle ne prendra pas de vacances, le nouveau patron de la métropole de Lyon Bruno Bernard en interview dans le Progrès qui dit que rarement une équipe n'a été aussi prête à exercer le pouvoir, le nouveau maire de Bordeaux Pierre Hurmic en interview dans Sud-Ouest, qui est pleinement maire, la preuve, ils attaquent la direction du club de foot des girondins, prêt aussi le nouveau maire d'Annecy Francis Astorg en interview au Dauphiné qui va rassurer cette ville de droite soudain prise par un Vert de gauche. "Si les responsables économiques savaient que je suis à mon compte depuis 2003, que j'ai formé des dizaines de chefs d'entreprise au management peut-être qu'ils seraient moins inquiets", et il dit, rigolard, "les chars russes ne vont pas débarquer sur le Pâquier", la grande promenade de la ville. C'est une référence datée, elle vient de 1974 quand le bras droit de Valery Giscard d'Estaing, Michel Poniatowski menaçait les Français des chars russes sur la place de la concorde s'ils élisaient François Mitterrand à l'Élysée.
Est-ce curieux de lire cet archaïsme chez un élu du monde nouveau ?

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.