Qui a ce conte de fée, la bouille enfantine de Tiphaine Levera, "18 ans et déjà beaucoup de lecteurs", nous dit Ouest France...

Tiphaine fut une lycéenne victime de harcèlement... Réfugiée dans l'écriture elle invente une histoire d'adolescente brimée, elle la saupoudre de fantastique, et elle la publie sur Wattpad...

Et ici l'adulte a appris quelque chose. Wattpad, c'est le youtube du roman, une plateforme de  60 millions d'utilisateurs...  et parmi eux, 980.000 vont lire Esmantium... le roman de Tiphaine, "l'histoire d'une fille au cheveux rouges et à la peau pale, qui pensait avoir le choix",  et qui échappera au malheur par la grâce d'une pierre précieuse enchantée...  "Un mélange de fantasy et de monde réel, une de ces histoires dont raffolent les ados" dit Ouest france...

Raffoler, joli mot... Esmantium est désormais publié par une maison d'édition, Sudarènes, et Tiphaine le dédicace déjà, ce samedi à Landivisiau... 

Les belles histoires n'arrivent ni seules ni par hasard... et elles sont sous la ligne de flottaison de l'actualité officielle, et ce qui se cuisine dans le semi secret d'internet porte aussi de bonnes nouvelles... 

Le Figaro, si souvent pessimiste, se réjouit ainsi dans un joli titre : "lire j'aime, écrire j'adore". Les enfants aiment lire et écrire...  et internet les y encourage, ils cherchent des conseils d'écriture sur le web, "pas de langage SMS", ils publient en ligne, ils créent des communautés de lectures: "il y a comme une forme d'addiction, on lit en même temps, on réagit en même temps" dit Judith, 15 ans, qui vient de finir son premier roman,  et lit aussi bien Jane Austen que les romances pour adolescents, et s'émeut d'Antigone... 

Le livre est une enfance. Vous pourrez lire dans Vanity fair, le rapport de rock star et de tendre groupie qui s’est noué entre Philip Roth et la grande journaliste littéraire Josyane Savigneau, et les enfances émergent… Quand Savignau raconte à Roth qu’on a lu dans une synagogue des extraits de son Portnoy, un monologue judéo-porno-psy qui lui avait valu la rancoeur de sa communauté, Portnoy lève les bras, il dit, « j’ai gagné »… et c’est le môme de Newark qui gagne au base ball…

Le Point nous ramène le destin de Kristina Rady

La femme du chanteur Bertrand Cantat, Kristina Rady qui a mis fin à ses jours en janvier 2010, morte affirme le Point d'avoir été la femme d'un homme dangereux et d'avoir voulu le sauver...

Cantat, « C'est un vrai pervers narcissique. Quand il entre dans une pièce, il absorbe toute l'énergie. Après, il vous tient. » paroles d'un ancien membre du groupe Noir Désir que la journaliste Anne-Sophie Jahn a rencontré et qui reste anonyme -c'est la distance que l'on prend en relisant cette histoire horrible.. 

Le Point revient sur les tragédies de Cantat, de la mort de Marie Trintignant sous ses coups en 2003 au suicide de Rady, il décrit un homme jaloux, brutal... jusqu'à briser une femme qui avait organisé un mensonge pour le protéger, en 2003, après le drame de Vilnius... et c'est la révélation de l'article...

C'est encore l'ancien membre de Noir désir qui parle: 

Kristina m'a demandé, à moi et à tous les autres membres du groupe, de cacher ce que l'on savait. Elle ne voulait pas que ses enfants sachent que leur père était un homme violent. Je savais qu'il avait frappé la femme avec qui il était avant Kristina. Je savais qu'il avait tenté d'étrangler sa petite amie, en 1989. Je savais qu'il avait frappé Kristina. Mais nous avons tous décidé de mentir. Et nous pensions qu'il se soignerait

Mais Cantat ne se soigne pas et Kristina mourra d'avoir aimé. 

On reste avec ce gouffre, avec le malaise des citations anonymes, Mais c'est l'air du temps aussi qui donne son sens à cette histoire. Le sordide non plus n'est jamais seul.  

J'ai lu sur le site de la Provence le compte rendu d'un procès qui s'est tenu à Avignon, l'histoire d'une jeune femme de 17 ans dans un quartier d'Orange, violée par le frère ainé de son petit copain, et puis battue par son petit copain, parce que le grand frère lui avait juré que "tout le quartier lui était passé dessus", il l'avait cru.... 

"Elle était acculée, prisonnière", dit atteste l'experte psychologue...

La provence raconte la plaignante, trois ans après, encore tremblante, en racontant son tortionnaire qui la battait quand elle ne jouissait pas, "il me demandait de prendre du plaisir". 

Et elle est encore amoureuse de son premier copain. Et Kristina Rady a une soeur, et combien d'autres... 

Et on parle du Bitcoin ce matin

Cette monnaie virtuelle dont le cours s'est envolé hier  à 10842 dollars à 19 heures dit  Libération qui  en fait sa Une, en 2010, le bit coin valait 9 cents... Libération bravement nous raconte la saga de ce bitcoin, inventé en 2009 par un japonais Satoshi Nakamoto, qui, peut-être n'a jamais existé, adossée à une technologie de sécurité internet inexpugnable ... Il faut lire, c'est technique... mais surtout devenue la dernière folie des spéculateurs... On  sait gré à l'opinion de sortir le bicoin de la magie du web, pour l'inscire dans le phénomène des bulles qui s'empare de toute l'économie... On spécule sur l'art, les footballeurs, les emprunts étudiants... et même la gousse de vanille, et désormais le bitcoin, auquel Goldman Sachs s'intéresse.... 

Quand les banquiers commencent à vendre des produits auxquels ils ne comprennent pas grand chose à des clients soucieux de ne pas rater le train, ça rappelle les subprimes

Ou cela s'appelle le capitalisme. il y a dans Le monde diplomatique un article historique réjouissant... qui redécouvre un penseur clé du capitalisme naissant, Bernard Mandeville, médecin et philosophe du XVIII siècle, qui avait établi, dans une fable des abeilles et de savantes études, que la prospérité était la fille du vice... Lisez, c'est lumineux et cela passe d'algorithmes...

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.