On s'endette pour se marier à Gaza et en Angleterre, des pauvres dorment dans des conteneurs à ordures, dit le Monde. Des smicards doivent rembourser leurs primes à,leur employeur racontent l'Humanité et la Provence et explique MarsActu. Picsou est dans la Dépêche, et François-Henri Pinault, joailler, au Figaro.

Le SMIC augmente... 

Oui mais pas chez nous, juste à côté, et cela fait rêver le Républicain lorrain qui titre sur le Luxembourg, "le cadeau aux salariés", car le nouveau gouvernement du Grand-Duché va augmenter le salaire minimum de 100 euros net, ajouter deux jours de congés au calendrier, et instaurer la gratuité des transports en commun et tout ceci répond à des demandes syndicales, et le contraste alors est cruel. "On ne peut pas faire confiance aux Luxembourgeois, ironise le Répu...  Ce n’est pas avec ce genre de mauvais exemple que les Gilets jaunes vont se calmer."   

Evidemment les gilets jaunes, en lutte pour leur pouvoir d'achat dit le Républicain lorrain, gilets jaunes que moque gentiment l'Opinion dans un dessin de Une où un petit garçon ajoute sa lettre au père Noel à leurs revendications, baisser toutes les taxes et embaucher les chômeurs,  qui y croit? Gilets jaunes que le ministre François de Rugy veut apaiser de parole en dialogue dans le Parisien, sa maman est comme eux, elle râle contre l'augmentation de la CSG... Mais Gilets jaunes enfin que la police ne ménage guère, lisez dans Libération ces témoignages de manifestants ayant subi samedi dernier des tirs de grenade aux champs Elysées... Antonio qui gagne bien moins qu'un smic du Luxembourg a failli perdre un pied, Gabriel 21 ans a perdu deux doigts et peut-être d'autres, il était venu en famille manifester pour les gens invisibles dit sa maman, mais on veut, ces invisibles, pense-t-elle, les briser...   

Et on ne parle plus ici des casseurs, mais de la violence de l'Etat et du peuple victime.  

Il n'est pas qu'en Lorraine que l'injustice écrase. Dans le Monde, un reportage sur Gaza où l'on s'endette pour pouvoir se marier, et il serait impossible de ne pas célébrer dignement ce moment dans la culture palestinienne, cela coute quelques smic d'ici, et sans mariage, pas se sexe non plus... Mais dans Gaza ruiné, comment rembourser, et on finit parfois en prison, c'est Gaza me direz-vous une nouvelle fois si bien raconté par Piotr Smolar.  En Angleterre, dans le Monde encore, les éboueurs redoutent de broyer des sans-abris qui trouvent refuge, la nuit, dans des conteneurs à ordure mais c'est l'Angleterre, si bien racontée une nouvelle fois par Philippe Bernard...  Le Monde a de la chance. 

Restons en France alors où une femme handicapée qui gagne 850 euros chaque mois va devoir rembourser 350 euros, mensuels, à son employeur, contrainte par une société de recouvrement et par la cour de cassation. c'est à Marseille, où 183 hommes et des femmes de ménage doivent restituer dix années de primes à Eliot service, société de nettoyage, au chiffre d'affaire de 400 millions d'euros, et dont la maison mère affiche sur son site internet son cours en bourse, dit l'Humanité qui sait planter le décor de la lutte des classes... Tout ceci est fort bien raconté aussi dans la Provence, qui a soulevé le lièvre, et dans MarsActu, qui explique pourquoi la Cour de cassation a contredit dix années de jugements aux prudhommes... Notre justice, bien lente, ne met pas l'égalité par-dessus tout. "Les premières lettres de la société de recouvrement sont arrivées en octobre. Puis les coups de fil, quotidiens, pressants", dit la Provence... Ainsi sont des patrons quand ils gagnent...   

Et il y a de la richesse aussi dans les journaux...

De la richesse charmante parfois de nostalgie, ainsi Picsou que la Dépêche du midi célèbre, car l'homme qui en a fait une icône de la pop culture, le dessinateur américain Don Rosa, est une des vedettes du Toulouse game show, où l'on parle mangas, électronique, mais aussi d'un canard milliardaire, émigré écossais qui a réussi et que l'on aime, mais ce n'est que de la Bande dessinée...   

François-Henri Pinault est bien réel, et si heureux dans le Figaro, "en total look noir" et "montre squelette à trois ponts couleur encre de chez Girard Perrégaux",  il raconte ses ambitions dans la joaillerie Monsieur Pinault aux 15 milliards d'euros de chiffre d'affaire, "il faut de la maturité" dit-il  et passée l'ironie, on comprend ce qu'il veut dire, si l'art du bijou est une culture et une transmission. Il ne croit pas, François Henri-Pinault, aux diamants synthétiques dont Libération parle par ailleurs....  

Il est des fortunes de moindre respect. Le magazine des Echos raconte le rappeur Kanye West, qui croule sous les dollars et le merchandising, et vend d'autant plus qu'il scandalise ou s'exhibe. 

Society raconte le trafic insensé autour des os de dinosaures... Il faut, par l'appât du gain, accaparer même le passé. 

Dans le Magazine du Monde, un reportage sur l'Italie du marbre de Carrare, cet or blanc qui depuis l'antiquité était extrait avec respect de la montagne, et qui désormais lui est arraché par des vandales, parce qu'il en faut toujours plus, et tout est dévasté.    

Et des migrants pour finir...

Des migrants du Yémen, dont la tragédie est à la une du Figaro, et ces migrants, en Corée du Sud ont déclenché une vague xénophobe que la Croix nous raconte effarée. 700000 personnes ont pétitionné contre 500 réfugiés et l'on manifeste "les coréens d'abord", on connait? La Corée ne veut pas devenir comme l'Europe, et commence à expulser, c'est pourtant aussi une pratique européenne...      

Chez nous, Explicite, jeune media sur le web, raconte ces familles des Yvelines, qui hébergent des migrants... Muaway, costaud soudanais, se lève le plus discrètement possible à l'aube pour aller  travailler sur les chantiers sans réveiller Catherine... Sabine qui avait une chambre libre à Viroflay, a logé depuis 2015 un érythréen, un syrien, deux tibétains; c'est un reportage généreux mais aussi lucide, sur la difficulté de la rencontre, quand le migrant est un être concret, qui fait du bruit en mangeant parfois ou se montre pressant avec la jeune fille de la maison. Sabine a fait une pause, elle n'allait pas détruire sa famille pour sauver le monde... Elle a, au moins, essayé.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.