Mama Galledou a 26 ans... Etudiante en médecine, elle est arrivée à Marseille il y a 6 ans... Ses parents, eux, sont restés au Sénégal... L'étudiante est aujourd'hui entre la vie et la mort, après avoir brûlé vive dans un bus samedi soir... La Provence fait le portrait de la jeune femme... Le quotidien marseillais qui décrit "le calvaire d'une femme, la colère d'une ville"... Le drame de Marseille, évidemment, toute la presse ce matin y revient... Et les commentaires des éditorialistes sont sévères... "Aucune explication ne saurait justifier l'action de ces commandos d'abrutis", écrit Patrice Chabanet dans Le Journal de La Haute-Marne... "Il serait vain et faux de les assimiler aux desperados d'un ordre social en lambeaux dans les cités"... Dans L'Alsace, Patrick Fluckiger poursuit l'analyse... "Les casseurs qui brûlent les bus s'attaquent à ce qui relie les cités au reste de la société... Ils s'en prennent pareillement aux pompiers, aux policiers... Ils veulent couper les banlieues du monde, pour y régner en caïds... Et pour cela, ils n'hésitent pas à mettre la vie de leurs voisins en danger... Les laisser faire, conclut l'éditorialiste, serait leur abandonner des milliers d'otages"... Alors "indignation" est le mot qui revient le plus souvent, ce matin, dans vos journaux... C'est le mot en Une de L'Humanité et d'Aujourd'hui-en-France-Le Parisien... Sauf que l'indignation ne fait pas tout... Certes, "l'indignation est toujours de bon aloi, écrit Michel Noblecourt dans Le Midi Libre... Mais elle ne fait pas bon ménage avec la polémique... L'heure est venue, pour les politiques, de prendre conscience des réalités des cités défavorisées... en un mot, de conscientiser et, loin des polémiques, de rechercher enfin des solutions durables"... Oui, "de grâce, pas de polémiques politiciennes !", s'écrie Jean-Claude Kiefer dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace... "La France est, depuis des lustres, malade de ses banlieues... Ce mal ne se guérit pas avec des gesticulations, des rodomontades ou de nouveaux articles du Code pénal à ajouter aux anciens, qui ne sont pas appliqués... Pas non plus en chargeant un bouc émissaire, en accusant les médias parisiens, car, et c'est leur travail, ils ont enquêté sur ce qui a été fait depuis un an pour et dans les quartiers difficiles"... "Le problème, on le sait, est complexe, analyse toujours Jean-Claude Kiefer... Mais il touche à l'essentiel : à l'organisation de la cité, au "vivre ensemble" en toute sécurité et dans la décence matérielle... Normalement, il mérite toutes les priorités... Est-ce vraiment le cas ?, s'interroge, sceptique, l'éditorialiste... On peut en douter : la France est toujours en campagne électorale"... Et pourtant... "Il y a péril en la demeure"... C'est Marie-Louise Roubaud, dans La Dépêche du Midi, qui l'explique... "Laisser les banlieues dans l'impasse où elles se fourvoient aujourd'hui, c'est être coupable de non-assistance à personnes en danger"... Et du côté politique... Eh bien, après le drame, "Villepin mobilise, la gauche accuse Sarkozy", résume Le Figaro... Oui, "les critiques pleuvent sur Nicolas Sarkozy, constate également Libération... Le PS et l'extrême-droite accablent le ministre de l'Intérieur"... "Le monde politique indigné" réagit également dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... François Bayrou parle d'une "immense impuissance... Le seul endroit d'où viendra le salut, c'est de l'intérieur des cités"... Et le patron de l'UDF en appelle à la réaction des femmes des cités... "Il faut qu'elles prennent les choses en main, qu'elles fassent entendre leur voix... Je les y aiderai de toutes mes forces"... Les trois candidats à la candidature socialiste pour la Présidentielle... "Les ghettos progressent, la République régresse", s'énerve Laurent Fabius... Dominique Strauss-Kahn demande le retour de la police de proximité... Ségolène Royal affirme que, "sur ce dossier, un chef de l'Etat doit monter en première ligne"... Autre réaction dans Le Parisien : celle de Philippe de Villiers... Lui, il veut expulser les incendiaires du bus marseillais... une déclaration de principe, avant même de savoir s'ils sont étrangers ou Français... "Avant de penser aux mises en cause politiques, attendues et si convenues en période pré-électorale, il faut s'arrêter un instant, écrit Pierre Haski dans Libération... s'arrêter un instant et s'interroger sur cette dégringolade des valeurs, qui accorde si peu de prix à la vie humaine, et a pour première conséquence de ghettoïser un peu plus des quartiers déjà marginalisés"... Et toujours dans Libération, une rencontre avec des militants de SOS-Racisme, sous le choc... "des militants enfermés depuis deux jours, raconte Julie Lasterade, dans l'Hôtel de Ville de Paris... 600 participants aux Etats généraux pour l'égalité... Ils sont policiers, éducateurs, responsables d'associations, enseignants ou jeunes issus des quartiers... C'est entre deux tables rondes qu'ils ont appris l'attaque du bus à Marseille... Et du coup, le mouvement, qui devait rendre 30 propositions contre la discrimination, en a présenté le double... Entre autres, la mise en place du CV anonyme... des audits internes et du testing pour détecter les discriminations... l'affectation des enseignants expérimentés en ZEP... l'anonymisation des demandes de logement HLM... le retour de la police de proximité... et également la création, au sein de la Police judiciaire, de brigades anti-discriminations"... Discriminations... Le mot est de mise, ce matin... Il ne fait pas bon être jeune... "Alerte sur l'emploi des jeunes dans le monde", titre Le Figaro Economie... Et Libération confirme : "Jeunes, une extrême précarité mondiale chez les 15-24 ans... On compte plus de 300 millions de travailleurs pauvres, et 85 millions de chômeurs... Alors c'est au Moyen-Orient et en Afrique du Nord que les jeunes ont le plus de mal à travailler... Mais au-delà du chômage, les emplois précaires touchent l'ensemble des pays... Gros plan sur la jeunesse japonaise, dans Le Figaro... "Le Japon où les "freeters" sont de plus en plus nombreux... Les "freeters", du terme anglais "free" (libre) et du mot allemand "arbeiter" (travailleur), désigne les jeunes de 15 à 24 ans vivant de petits boulots en intérim ou à temps partiel... Ce sont, le plus souvent, des garçons, sans qualifications, et en voie de clochardisation... Les économistes japonais les fustigent... Ils ont un impact négatif sur la croissance... Et en plus, il faudra leur payer une protection sociale, alors que ce sont eux qui devraient alimenter les caisses de retraite"... Dur de s'en sortir quand on est jeune... Autre exemple également, dans Le Figaro... "La prostitution gagne les bancs de la fac"... Le Figaro qui explique que "pour payer leur loyer ou gagner leur argent de poche, les étudiantes sont de plus en plus nombreuses à vendre leurs charmes... Et ce phénomène alarmant touche également le Royaume-Uni, le Japon et l'Europe de l'Est"... Difficile de trouver du travail... Et pour cause... C'est dans L'Humanité... "Emploi : l'hécatombe que le gouvernement cache"... L'Huma qui publie la carte des destructions d'emplois annoncées depuis septembre... Une liste dressée d'après les annonces... "25.000 emplois sont en passe d'être supprimés dans tout le pays, et 20.000 se trouvent menacés de l'être à brève échéance", explique le quotidien... L'Humanité qui dénonce... "Pendant ce temps-là, Dominique de Villepin attend avec bon espoir les chiffres du chômage publiés ce matin"... Le gouvernement met en avant de fortes créations d'entreprises comme gage de sa politique de l'emploi... Mais les derniers chiffres montrent pourtant un retournement depuis septembre... Et L'Humanité l'explique par ce titre : "Des pertes d'emplois industriels de moins en moins compensées"... Pour noircir complètement le tableau ce matin, vous pourriez aussi être malades... Et soignés par des médicaments contrefaits... C'est dans La Tribune... "L'Europe touchée à son tour par des médicaments contrefaits"... "Les contrefacteurs parviennent à s'immiscer dans les circuits de distribution pharmaceutiques traditionnels... Et les médicaments les plus contrefaits, eh bien ce sont les médicaments dits "de confort"... Premier lieu de vente de ces faux médicaments : Internet, bien sûr... Certains médicaments vendus en ligne en Europe sont à 40% des faux... C'est le cas des pilules amincissantes, ou de celles contre les problèmes d'érection... Pour faire face au phénomène, le Parlement européen vient d'adopter une résolution pour engager la lutte contre la contrefaçon de médicaments... Le but : une meilleure traçabilité des produits... L'harmonisation du marquage des emballages est en train de se mettre en place... Elle devrait être effective d'ici 2011... Ce n'est quand même pas tout à fait demain... Les médicaments... l'habillement... la maroquinerie... les jouets... les pièces détachées... La contrefaçon ne connaît plus de limite... "Tous les secteurs, tous les pays sont concernés, constate Les Echos... En France, les ventes de produits contrefaits sont estimées à 6 milliards d'euros... Et dans l'Hexagone, les cigarettes sont les premières victimes de la contrefaçon"... Les Echos rapporte que "l'an dernier, 52% des saisies des douanes étaient de fausses cigarettes... Et du coup, là, c'est avec les fabricants de cigarettes que les autorités travaillent... pour toujours une meilleure traçabilité... Des spécialistes des cigarettiers se déplacent quand les douanes jugent un container suspect... Mais les contrefacteurs sont extrêmement réactifs... Il faut un réel entraînement pour distinguer les copies... Le moindre changement de présentation, aussi subtil soit-il, est reproduit en moins de trois mois... Alors, à savoir : un détenteur de fausses cigarettes, en France, encourt jusqu'à 3 ans de prison et 300.000 euros d'amende... des peines qui ne sont jamais appliquées... Et comme pour toute contrefaçon, c'est la qualité du produit qui est mise en avant... Si la cigarette n'est pas bonne pour la santé, elle est encore plus mauvaise quand elle est contrefaite... Elle comporte, en plus du tabac et autres substances habituelles, des matières complètement étrangères aux vraies cigarettes...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.