(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : sexe, clopes et piratage

(Bruno Duvic) Combien de Une consacrées à l'affaire Strauss-Kahn depuis le mois de mai ? Cette semaine, le magazine Elle demande aux femmes ce qu'elles en pensent. Non pas de l'attitude de Dominique Strauss-Kahn, mais de celle d'Anne Sinclair... Sondage Ifop : « Anne Sinclair, la femme qui divise les femmes »

Est-ce qu'elles approuvent le soutien sans faille apporté à son mari : moitié-moitié. 54% approuvent. 46 désapprouvent.

Seraient-elles parties à sa place ? Là la réponse est plus nette : 74% auraient fini par boucler leur valise.

Autre enseignement de ce sondage : les femmes issues des milieux populaires sont plus critiques.

Et les plus tolérantes se recrutent dans des milieux apparemment opposés.

D'un côté les jeunes et celles qui ont un mode de vie proche des Strauss Kahn : cadres sup, parisiennes, de gauche.

De l'autre des femmes plus traditionnelles, plus à droite, plus âgées, marquées par le catholicisme et qui croient que les hommes ont plus de besoins sexuels que les femmes et qu'ils doivent les assouvir ; écrit Elle .

Voilà pour les grands enseignements : "Elle" donne la parole à des lectrices, des sociologues et des psys.

C'est la partie commentaire, je vous les donne en vrac, faites votre choix.

Louise 44 ans : "C'est son choix d'être avec cet homme depuis le début, je trouve tout à son honneur d'assumer sa responsabilité au lieu de se dédouaner en claquant la porte"

Anna 30 ans : "Cela m'horripile d'imaginer qu'une femme aussi brillante ait pu tomber dans cette déchéance : soutenir un homme au comportement immonde envers les femmes, uniquement parce qu'il est son mari"

Globalement, selon le psychiatre Serge Hefez, l'affaire DSK a fait surgir des oppositions très violentes. En ce qui concerne Anne Sinclair, elle est soit la complice du démon, soit une sainte.

Y-a-t-il une synthèse possible ? Voici deux citations extraites de ce dossier dans "Elle"

"Tout couple est un pays à part, avec ses règles, ses arrangements. Ce qui est un motif de rupture pour certains ne l'est pas pour d'autres"

"On peut toutes avoir nos convictions de féministes et agir à l'opposé, dans l'intimité. Dans la relation amoureuse, on devient une autre."

Dans Geo , encore une femme devant les caméras

Dans « In the Mood for love », quand Maggie Cheung en robe de soie laisse une marque de rouge à lèvres sur sa cigarette, on a diablement envie de fumer.

On clope à tout va dans les films asiatique. On clope à tout va en Asie tout court.

600 millions de fumeurs sur le continent. C'est 60% des adeptes dans le monde.

A l'heure où l'Occident porte des patches, l'Asie est devenu un paradis pour les fabricants de cigarettes. Ils financent des centaines de concerts et autres matches de sport.

En Chine, on a même vu des uniformes scolaires sponsorisés par Marlboro.

La Chine, devenue et de loin le premier producteur de tabac. Les taxes collectées représentent 10% des revenus fiscaux.

Chose vue en Indonésie maintenant. Un hôpital de Djakarta qui prétend soigner toutes sortes de maladies en soufflant de la fumée des sèches locales dans les bronches des patients. On fume au Parlement. A trois ans de la présidentielle, il est déjà acquis que quel que soit le vainqueur, il aura reçu de l'argent de l'industrie du tabac.

Les fumeurs qui en ont marre d'être traités comme des pestiférés applaudiront. Dans l'édito de Geo , Eric Meyer n'est pas de cet avis. 6 millions de personnes par an meurent du tabac aujourd'hui dans le monde écrit-il. Ce sera 8 millions en 2030. Plus que le total annuel des victimes du Sida et de la malaria.

Parmi les motifs de discorde, il y a aussi celui-ci. Dans le reportage de Catherine Sega et Rocco Rorandelli, photo d'un gamin en Inde. Visage de petit prince mais maigre comme un clou de girofle. Il est assis sur des feuilles de tabac et travaille dans une usine. Parfois dès l'âge de 5 ans, selon les organismes internationaux.

Avant d'en venir au piratage, les grandes Unes des quotidiens.

Dominante économique

Le Figaro : « le feu vert de l'Allemagne pour sauver la Grèce ».

« Berlin fait un pas décisif dans la bataille de l'Euro » ajoutent Les Echos .

« Banques, la crise de nerfs ». Dossier de Libération sur la défiance qui n'en finit plus à l'égard des banques françaises. Les dirigeants refusent toute aide publique.

La Tribune : automobile, « Il y a de l'électricité dans l'air ». Les premières auto-lib circuleront dimanche à Paris. Renault ouvre les commandes pour sa Kangoo électrique et l'Etat va acheter 25.000 véhicules verts.

L'Humanité et l'histoire de l'hôpital d'Evry flambant neuf, et inoccupé. En dépit de 8.000 malfaçons, la société Eiffage empoche le pactole, écrit L'Huma . Le partenariat public privé c'est un partenariat qui pille le public, titre l'Huma.

On en vient au piratage

Un an et demi d'Hadopi, bilan dans Le Monde et Libération .

22 millions de constats d'infraction, près de 600.000 premiers mails d'avertissement. Mais seulement 20 dossiers pourraient être transmis au parquet pour amende et suspension de l'abonnement. Dans Le Monde , la présidente d'Hadopi assure qu'il y a eu des changements de comportements, que le dialogue s'est établi entre les différents acteurs.

Pour Libération, un an et demi d'Hadopi c'est surtout un petit musée des erreurs. Serveur non sécurisé et publicité ridicule.

A part Nicolas Sarkozy, relève Le Monde , la plupart des candidats à la présidentielle veulent soit réformer en profondeur cette autorité, soit l'enterrer. L'édito du journal est plus réservé. C’est titré : « Attendre avant de cliquer poubelle (…)

Les technolâtres voient dans Hadopi une démarche ringarde qui ne tiendrait pas compte de la singularité absolue d'Internet. Patientons avant de juger le travail de régulation de l'Hadopi. C'est un outil intéressant, certes un peu cher, de connaissance du Net. »

Société numérique… La presse la regarde toujours un peu interloquée. A la Une du Parisien-aujourd'hui-en-France : « le site qui fiche les policiers ». Les auteurs sont anonymes. Il met en ligne des photos de policiers assorties de commentaires. Le ministère de l'Intérieur demande la fermeture de ce site.

Dans Courrier International , dossier sur la presse à l'heure du Net et des réseaux sociaux. Le Magazine Books et La Croix , s'intéresse au livre à l'heure du numérique.

Le numérique change-t-il la manière de lire, d'écrire, fait-il de nous abrutis incapable de se concentrer ? Les pixels vont-ils tuer la colle des imprimeurs ?

Vous trouverez tous les arguments dans ces deux dossiers.

Parmi les nouveaux évangélistes du Web, Books cite un essayiste qui avance un argument assez drôle pour dire qu'il y a plus idiot que passer du temps devant un ordinateur.

« Regardez les chiffres, 200 milliards d'heures perdues chaque devant la télé aux Etats Unis. Alors que l'ensemble de Wikipedia n'a demandé à ce jour que 100 millions d'heures de travail. »

Bon week-end !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.