Dans la presse ce matin : Asiles et berceaux

C'est la photo numéro 1 d'une série publiée par Mediapart consacrée à la Grèce. L'image date du 2 février dernier. Des militants d'Aube dorée défilent dans le centre d'Athènes. Au premier plan, un homme d'au moins 60 ans, brandit le bras.

Photo surchargée de symboles. L'homme porte un béret qui renvoie à la France des années 40. Le bras tendu rappelle l'Italie de Mussolini. Un détail sur la manche de son vêtement devant le visage donne même l'impression qu'il a une petite moustache.

Autre visage en couverture de l'édition italienne de Vanity fair . Une marionnette de cire désigne de l'index une jeune femme de 50 ans de moins. Elle s'appelle Francesca Pascale et elle dit au magazine qu'elle veut épouser Berlusconi. Là aussi, il y a une galerie de photos sur laquelle apparait notamment le petit chien Dudù.

Aube dorée d'un côté, crépuscule pathétique de l'autre. "Le destin de l'Europe se joue au sud » écrit Jean-Marie Colombani sur slate.fr .

Et il résume le week-end avec une bonne et une mauvaise nouvelle.

La bonne, l'arrestation d'une partie des dirigeants du mouvement néo-nazi en Grèce. La mauvaise : pour ses 77 ans, Berlusconi s'est offert une crise gouvernementale en contraignant les 5 ministres de son parti à démissionner.

« Après Berlusconi, le déluge », titre Libération . Menacé d'être déchu de son mandat de sénateur pour fraude fiscale, le Cavaliere a donc choisi la politique du pire. Dans L'Opinion , un prof de sciences politiques à Rome y voit la crise la plus importante depuis l'époque des brigades rouges. Deux options pour le Premier ministre et le président à Rome : constituer un nouveau gouvernement, de bric et de broc ou convoquer de nouvelles élections.

« Berlusconi pousse l'Italie au bord de l'abime » titrent Les Echos . « C'est un risque majeur pour les marchés ». Formulé autrement sous la plume de Martine Orange sur Mediapart : « Dès aujourd'hui, l'Italie risque de se retrouver aux prises avec une spéculation financière qui est aux aguets, à la merci du haut-brigandage financier. Par effet de contagion, toute la zone Euro se trouve à nouveau menacée. »

Alors « Ora Basta » - maintenant, ça suffit, « pensez au pays ! ». Sur le site du quotidien italien La Stampa , édito signé Mario Calabresi. « Nous voilà à nouveau aspiré par le fond à cause des problèmes judiciaire d'un seul homme. »

Et en Grèce, l'arrestation de responsables néo nazi d'Aube Dorée résoud elle le problème ? Surement pas si l'on en croit le dossier de L'Humanité ce matin. Titre de Une : « Comment les néo-nazis ont infiltré l'Etat ». L'Huma décrit les hauts fonctionnaires, les policiers, les conseillers municipaux acquis aux idées brunes et toujours en place. L'homme qui est ministre de la Santé depuis juin dernier a la réputation sous le manteau des livres antisémites et négationnistes.

On pourrait ajouter à ce charmant tableau le succès de l'extrême droite en Autriche. Un électeur sur 4. Comme l'écrit Pierre Haski sur Rue89 , « les élections européennes de mai prochain risquent d'être l'équivalent pour l'Europe du 21 avril 2002 en France. »

Dans Le Parisien-Aujourd’hui en France et La Croix , l'appel au secours d'un couple de parents

Appel au secours et action en justice inédite. Marie-Claire et Jacques Locquet ont une fille très lourdement handicapée. Syndrome de Prader Willi, trouble autistiques, troubles du développement et du comportement alimentaire. Amélie a 19 ans et il n'y a de place depuis un an dans aucune maison spécialisée pour elle, même pas pour une demi journée. Le père travaille la nuit, la mère a quitté son emploi pour s'occuper d'elle. Ils sont épuisés. Alors ils engagé une procédure en référé-liberté devant le tribunal de Cergy Pontoise en région parisienne. Ils vivent dans le val d'Oise. Autrement dit, c'est une procédure d'urgence qui est lancée. Et pas pour recevoir de l'argent, pour qu'une place soit trouvée à leur fille. La justice pourrait se prononcer dès aujourd'hui. Cela pourrait ouvrir une brèche en cas de réponse positive. Selon Le Parisien , quelque 11.000 jeunes adultes handicapés ne trouvent pas de place dans une structure adaptée à leur maladie.

Quoi d'autre dans la presse ?

Toujours dans Le Parisien-Aujourd’hui en France , l'appel des habitants de St Beat. Ce village pyrénéen a été inondé en juin dernier. Le président de la République était venu et avait promis un coup de pouce exceptionnel. Les habitants attendent toujours. Le village reste dans un très sale état. Le nettoyage est terminé mais la reconstruction est à peine commencée. Seulement quatre commerces sur vingt ont rouvert.

François Hollande à la Une de Libération et ce titre vachard : « Hollande, une question d'autorité ». Et si Hollande avait un problème sur ce terrain là ? Grégoire Biseau décrit un homme qui n'aime pas prendre des postures de maître d'école, qui n'aime pas trancher dans le vif, entre Manuel Valls et Cécile Duflot par exemple. Question de caractère et de méthode aussi. Il considère que la société française est sortie traumatisée de 5 ans de sarkozysme, il ne sera pas l'homme des positions tranchées. Cela dit, en coulisses, selon un poids lourd du gouvernement, le président sait mettre la pression : « Il est sur notre dos en permanence. Qui n'a pas pris un SMS sur la gueule ? »

Au delà de cette question d'autorité, l'édito de Libé appelle le président à montrer plus clairement un cap.

Le doux automne de la gauche. DansLibération encore, Pascal Durand revient sur son éviction de la tête d'Europe écologie les verts en parlant d'un procès « quasi stalinien ».

A la Une du Figaro , feu sur Cécile Duflot, non pas à cause des Roms mais de sa politique au ministère du Logement, accusée d'aggraver la crise du logement.

Parole de démographe, pour finir

C'est dans la revue Au fait qui, chaque mois, se concentre sur deux sujets uniquement, pour mieux les développer. Chaque mois un dossier et une interview. L'invité d'octobre est le démographe Gilles Pison.

Le monde étudié à travers les naissances, les courbes d'âge et les décès, c'est une leçon de géo politique. Le très sérieux institut japonais de recherche sur la population s'est amusé (entre guillemets) à prolonger jusqu'à l'an 3.000 les tendances démographiques actuelles du Japon, qui vieillit à vue d'œil. Si rien ne change, en l'an 3.000, le Japon ne comptera plus que 10 personnes…

C'est une redistribution des cartes dans les décennies à venir qu'annonce le démographe. Horizon 2050, la moitié de la population mondiale vivra en Asie, le quart en Afrique. Le Nigéria sera plus peuplé que les Etats Unis. A mettre en parallèle avec la Croissance économique en Afrique sub-saharienne. En Amérique et en Europe, stagnation.

La Chine, aussi, vieillit. Que devient le fabuleux marché chinois si d’ici à 2050, le pays perd un quart de ses travailleurs et si une part de plus en plus importante de sa richesse nationale est consacrée aux personnes âgées ?

Mais être vieux est une convention sociale et culturelle avant d’être une réalité biologique. « Nous allons surement devoir partir à la retraite plus tard, mais, proportionnellement, nous travailleront peut-être moins, dit le géographe. Travailler pendant 45 années quand on vit 80 ans est moins prenant que travailler 40 ans lorsqu’on vit 60 ans.

Le démographe ne s’embarrasse pas de considération diplomatique quand « Au fait » lui demande une solution pour la démographie, atone, en Europe : « intégrer la Turquie. Nous gagnerions d’un coup une petite centaine de millions d’habitants »…

A demain !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.