Hidalgo, alternative de la gauche ou bobo? les primaires vues par les Garriberts. les Kids à la Une de M

La revue de presse, bonjour Hélène Jouan

On commence par quelques titres de l’actualité ce matin..

Baptêmes officiels des nouveaux noms de région, la voix du Nord souhaite « Bienvenue chez nous », avec le logo des hauts de France à sa Une, et la Dépêche du Midi s’ouvre sur un tout aussi accueillant« Mon nom est Occitanie »

De la bagnole, en veux-tu, en voilà : Libération s’intéresse à la voiture 2.0 en plein mondial de l’auto et pose cette question essentielle, « voiture sans conducteur, en cas d’accident, qui paie ? », Carlos Ghosn, patron de renault nissan fait un rêve en grand à la Une des Echos, « devenir numéro 1 mondial est possible »

Une petite fixette pour l’Opinion qui depuis le début de la semaine nous fait du bashing anti-Michel Sapin et « son bonneteau fiscal », nouvel épisode ce matin…

Et puis enfin une information à retrouver sur le site du Figaro, mais qui concerne le journal la Croix. Faisant le constat que la proportion de catholiques pratiquant séduits par le FN était en forte augmentation, La Croix avait annoncé mercredi qu’il distribuerait à ses lecteurs un fascicule de 100 pages afin de les faire « réfléchir sur ce phénomène ». L’entourage de Marion Maréchal le Pen accuse carrément le quotidien de vouloir mettre en place des « cellules de déradicalisation politique à ses lecteurs ». Non juste « réfléchir » répond le directeur de la rédaction de la Croix

Mais ce matin, vous avez surtout envie de nous faire partager vos coups de cœur…

Coup de cœur pour réfléchir donc, et se marrer, un peu. Le premier, Anne Hidalgo, sous toutes les coutures. Elle fait la Une du magazine Society. Pierre Boisson et Lucas Duvernet Coppola tentent de comprendre le phénomène Hidalgo : alors que la gauche s’englue dans ses échecs sous la présidence Hollande, elle émerge comme un contre-modèle, et pourquoi pas comme une alternative. On y découvre son credo: elle croit à la ville monde, comme échelon politique de demain quand les Etats sont accusés d’impuissance. Ses modèles : elle revendique Lionel Jospin comme maitre à faire de la politique, lui qui privilégiait la collégialité dans son équipe dit celle qui travaille avec les communistes dans son exécutif. Sa ligne jaune:elle a menacé françois Hollande de quitter le ps si le gouvernement persistait sur la déchéance de nationalité. Et puis enfin, bobo ou pas Hidalgo ? Society fait le point sur cette accusation récurrente, qu’elle déjoue d’ailleurs habilement : « quand j’ai vu dit elle qu’aux élections régionales, les bureaux de vote les plus proches des attentats étaient ceux où on votait le moins Fn, je me suis dit, franchement si les bobos c’est ca, vive les bobos », Reste que ceux qui l’accusent de vouloir faire de Paris une ville de « l’entre soi » sont légion…et font mouche parfois…ou au moins rire.

Il faut lire l’édito de Bruno Roger-Petit sur son blog à retrouver sur Challenge.fr. « voies sur berges et camp naturiste, anne hidalgo, notre drame de paris » Tout est dit dans le titre. Il y dénonce une politique municipale de plus en plus gangrenée par des fantasmes sociétaux hédonistes qui risquent de couper la gauche dit il des classes populaires et des travailleurs. Après Paris-plage, voici Paris Carlos, tout nu et tout bronzé. Ridicule s’insurge t il. La journée sans voiture dimanche dernier lui reste tout particulièrement en travers de la gorge. Le journaliste cite avec délice la passe d’armes entre l’humoriste Fabrice Eboué et la maire, video virale sur les réseaux sociaux, Eboue agacé d’être bloqué dans sa voiture,s’était vu répondre par Hidalgo, « j’ai une idée pour vous…prenez le métro ». Défi relevé, mais Eboué n’en est pas resté là « Maintenant, qu’on est réconciliés, je pourrai avoir une place en crèche pour mon fils, lui a-t-il demandé ? je sais que vous êtes très occupée par votre projet de parc nudiste à paris, mais comprenez que je préfèrerais que mon enfant croise une puéricultrice, plutôt qu’un pénis »…Chacun ses arguments… tout ça pour dire

qu’Anne Hidalgo est comme on dit une personnalité clivante !

Ce matin, même les primaires de la droite et du centre vous arrachent un sourire…

Vues par le duo Raphaël Garrigos et isabelle Roberts sur le site Les Jours, c’est juste irrésistible…mardi, ils ont décidé en tant que manageurs eux-mêmes, ils sont les fondateurs du site, d’assister à un grand raout manageurial qui invitait les candidats de la primaire

Tout y passe, le style : « Alain Juppé prend sur lui pour ne pas envoyer promener tout le monde. Jean-François Copé, tendu comme un string, donne dans le dolorisme agressif. François Fillon est habillé comme s’il allait à une réunion du Rotary Club de Niort en 1987, costume rayé inclus. Et Nicolas Sarkozy fait des claquettes avec ses pieds tout au long de son passage.

Les propositions : « La fin de l’ISF, c’est bon on l’aura, check (enfin, à part cette gauchiste de Kosciusko-Morizet). La baisse des charges et des impôts, c’est bon, check. La possibilité pour un salarié de se présenter aux élections internes sans en passer par un syndicat, c’est bon, check (à l’exception de ce Che Guevariste de Juppé). »

Mais attention, on peut être patron, s’apprêter à tout gagner avec la droite, et ne pas être dupes pour autant. Quand les politiques la jouent grosse ficelles, style, « Moi maire de Bordeaux, je suis entrepreneur comme vous », l’un d’eux s’énerve : « Le prochain qui nous dit : “Je suis un entrepreneur”, je te jure, je lui colle une beigne », quand l’autre qui a détaillé leur déclaration de patrimoine renchérit : « T’as vu, pas un qui n’a investi dans une boite »

La droite en classe éco, c’est à savourer sur le site les jours

On finit par du sérieux ?

« Nos années Obama », numéro spécial de Courrier International cette semaine pour nous replonger dans le souvenir de l’immense espoir suscité par cet homme le plus smart du monde, le plus éloquent, « premier humoriste post moderne à la maison blanche a même écrit le Washington Post. Et pour mesurer ce qu’il reste du rêve. Formidable article du correspondant à Washington du Guardian, Gary Younge, qui revient sur cette nuit électrisante de la victoire et sur les 8 années qui ont suivi. Les bonnes choses et les promesses non tenues, l’échec surtout du premier président noir américain à résoudre la question raciale, qui divise aujorud’hui plus que jamais l’Amérique

Et puis je termine en vous signalant que les Kids sont à la Une du magazine du Monde, M. Marie France Etchegoin dresse un portrait tout en nuances où tout est dit, du parcours de Medhi et Badrou, ces jeunes reporters du Bondy blog entendus pendant des années, ici même à Inter chez pascale clark. Les Kids, venus de la cité des 4000 à la Courneuve ou des HLM de saint ouen, qui revendiquent aujourd’hui d’être des Insiders…Vip attablés dans les palaces de Los angeles, approchés par les institutions comme la Fondation Cartier, les kids qui disent « pourquoi pas nous ? » et qui sont les héraults d’un petit groupe qu’ils ont baptisé la Secte, ils veulent juste prendre la place qui est la leur. « Le grand remplacement, c’est nous » se marrent ils. Ils se marrent moins pour parler de leur nouveau combat, combat identitaire pour contrer le discours antimusulman d’aujourd’hui disent ils. Marie France Etchegoin raconte les outrances des tweets de Mehdi sous un pseudo, le défoulement contre ceux dont les prises de position sur l’islam n’ont pas l’heur de leur plaire, l’interrogatoire qu’ils ont fait subir à Laurence Rossignol lorsqu’elle a osé s’élever contre le port du voile.…On retiendra la défense de leur grande sœur, la réalisatrice de Divines Houda Benyamina qui fait partie de leur bande « En face ils ont bien Zemmour, ils nous faut nos Mohammed Ali, nos Malcom X dit elle». On retiendra la chute du papier. Le fameux compte twitter sous pseudo, outrancier et parfois haineux qui disparait après le premier rendez-vous avec le magazine M. « les Kids n’en finissent pas de grandir ». conclut Marie France Etchegoin.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.