Il y a une grande interview dans le Point ce matin…

Passionnante… Et ce n’est pas celle que l’on croit… un intllectuel que nul ne prend pour Jupiter mais qui nous explique comment l’homme est en train de devenir Dieu.

C’est l’interview de Yuval Noah Harari… il est l’auteur d’un livre ébouriffant, Sapiens, qui racontait l’histoire de l’humanité et de l’intelligence depuis la préhistoire… 5 millions d’exemplaires vendus, et notamment à Bill Gates, Mark Zuckerberg et barack Obama…

Il poursuit. La suite : Homo Deus. Déjà 1 million de livres vendus, la traduction française sort maintenant… d’où l’interview…

« Si vous regardez les mythologies et notamment la bible, l’une des caractéristiques des êtres divins est de fabriquer du vivant, or nous sommes en train d’acquérir ce pouvoir, nous sommes capables de remodeler la vie, avec l’aide du génie biologique et de l’intelligence artificielle »…

Et harari nous informe. « nous sommes toujours des singes », mais nous allons changer

« nous pouvons garder le cerveau organique comme unité centrale mais en y ajoutant un bras ou un oeil bionique »…

Il ne s’agit pas d’un délire de technophile… mais d’une exploration méthodique de l’évolution en route… la fin de nos croyances, de l’humanisme et de nos démocraties, l’émergence d’une nouvelle religion, « le dataïsme », la croyance que la puissance informatique donne une réponse à tout… Et la condition humaine qui se perpétuera, le désarroi et la quête de l’impossible bonheur…

Evidemment, le futur ne se résume pas, donc il faut lire, comme nous le suggère fortement un autre grand homme ce matin…

« Je lis tous les jours. Quand on oublie de lire, on se trompe. On perd le rapport au sens, à l'intemporel. » Ca c’est du macron

Parce que dans le Point, décidément… il a cette autre interview présidentielle cette fois ?

Et est- ce que l’interview longue, la parole longue d’un homme politique, c’est de la circonstance ou du sens…

Et il y a une cohérence de Macron.. ; Qui n’est pas nouvelle. Dans son style, dans les références culturelles dont il parsème le propos… sur la dont il dit c’est énorme, que nous ne sommes pas un pays totalement démocratique ; « J'assume cette part de transcendance qui fait qu'en France le processus démocratique n'est jamais tout à fait parvenu à son terme. »

Rien que cela vaudrait débat !

Mais la cohérence idéologique… est celle du libéral ou social libéral qui veut libérer les énergies… et cette libération ne profitera pas aux riches mais aux plus fragiles…

« Quelle est la situation de la France depuis trente ans  ? Qui est le grand sacrifié ? Le jeune, le peu qualifié, l'immigré ou le descendant d'immigré  ! »

Ou sur le logement

« Aujourd'hui, trop d'acteurs de l'immobilier vivent sur une rente. Qui est la victime finale  ? Le jeune, le peu qualifié, celui qui n'a jamais accès au logement libre. »

C’est une interview pour convaincre ? Ou pour se redéfinir soi-même…

Ou Pour se remettre au centre. On parle de Macron, pas de la réforme, ni même de Mme Penicaud… portraiturée dans l’Obs, dans libé, et au vitriol dans Mediapart… « la ministre ne provient pas de la société mais bien du monde patronal, dont elle a pris les pires habitudes ».

Macron parte pour être et rayonner… dire sa vérité dans un journal, le point, important pour lui… une formule, les méchancetés ? Sur Hollande. Sur un journal qui l’a attaqué lors de la polémique sur la démission du général de villiers…

« J'ai été surpris, à cette occasion, que personne ne relève que des journaux financés par les contrats de défense ont mené une campagne de plusieurs semaines pour protéger ces derniers. La consanguinité entre une partie des industriels du secteur et la presse pose question. »

Là on n’est pas dans la philosophie mais dans le sport de combat… C’est aussi sa vérité… Sans doute, c’est le Figaro de la famille Dassault qui est visé…

Lequel Figaro fait sa Une sur l’islamisme ce matin !

L’islamisme qui gagne du terrain à l’école… gros titre de Une.

Et c’est intéressant… culturellement. La Une n’est pas tout un journal, c’est un choix… ce que l’on veut dire de soi au monde…

Normalement, aujourd’hui on aurait du parler du Figaro à propos de Macron et de la réforme du travail. Parce que cette réforme s’inscrit dans ce que le figaro a toujours souhaité…

Le site internet du Figaro, ce matin, ouvre sur la réforme !

Mais dans sa version papier le journal porte une autre urgence.

Il s’appuie sur le livre de témoignage de Bernard ravet, qui était principal de collège à marseille… Un livre, « Principal de collège ou imam de la république »… et cette interview dont on retient deux histoires, déstabilisantes…

« J'ai conseillé à cette mère qui venait d'Israël et dont le fils parlait français avec un accent à couper au couteau de le mettre dans un collège juif. Obligé de dire d'où il vient, il se serait fait laminer J'ai pris mon téléphone pour trouver une place dans un collège juif marseillais qui était déjà plein. »

« Pendant un cours d'instruction civique en cinquième, le jeune Mustapha, un bon élève, soutient face à la professeure d'histoire-géographie médusée que l'homme et la femme ne sont pas égaux, qu'il est normal de lapider une femme adultère, tout comme de couper la main d'un voleur. Il affirme l'avoir lu dans un livre distribué à la mosquée. Ce livret de vingt pages qui promeut la charia et détaille les crimes des «mécréants» vient de la mosquée d'Abdel, un surveillant du collège mon meilleur surveillant, un homme intelligent, méritant qui avait une maîtrise de sciences physiques. «

On peut mettre une limite… Ce n’est pas un reportage aujourd’hui… Mais l’évocation d’une situation, à Marseille dans les années 2000… est ce que ce la a changé ?

Mais cette question de l’islam tourne dans les journaux…

Elle est dans l’Obs, avec Leila Slimani que nous avions reçue…

Elle est dans Valeurs actuelles, avec le témoignage d’un autre enseignant, qui affirme qu’il faudrait dire aux élèves musulmans que nous sommes un pays chrétien.

Elle est dans Charlie hebdo, et là, c’est un lieu particulier… évidemment. Charlie à qui on reprochait sa une la semaine dernière sur l’islam religion de paix éternelle, et qui persiste et insiste.

« Est-ce que les musulmans et leurs imams sont prèts à exclure du coran les nombreux appels au meurtre qui s’y trouvent… » demande riss dans un éditorial…

On a presque l’impression que Macron lui répond dans le point… « Je me refuse absolument, contrairement à ce que les hommes politiques ont pris l'habitude de faire, à porter un jugement sur une religion particulière, et donc sur ses fidèles »

On est dans un choix sur les combats à mener…

The economy, stupid.

Ou la guerre de civilisations, inconscients !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.