Dans un peu moins de 15 heures 30, on fera nos adieux à l'année 2014. Le décompte est commencé.Alors que retiendra t'on de cette année ? Un bébé écureuil animal de l'année pour les lecteurs du PETIT QUOTIDIEN. Il est tombé d'un arbre aux Etats-UNIS. Des soigneurs lui ont plâtré sa patte cassée. Il a été relâché depuis.L'année 2014 fut pleine de surprises pour LA PROVENCE qui retient, entre autres, une glacière devenue culte. A Marseille, certains résument Marcelo Bielsa par la glacière sur laquelle l'entraîneur pose ses fesses lors des matchs de l'OM.2014 pour DIRECT MATIN, c'est un milliardaire chinois condamné à 13 ans de prison pour avoir fait des orgies de tigre lors de fêtes privées. L’homme d’affaires avait développé un goût particulier pour dégustations alcoolisées de sang de tigre. Par ailleurs, il aimait particulièrement leur pénis pour ses vertus pour la santé.Pour RUE89, 2014 c'est un constat, les articles les plus lus sur le site, ont été des articles parlant... cul.

Dans un peu moins de 15 heures 30, on fera nos adieux à l'année 2014.

2014, c'est aussi la réalité du monde. Et le décompte continue.2014 pour SUD-OUEST, c'est deux prix Nobel, littérature et économie.C'est pour L'EQUIPE, une Une dédiée à deux femmes, deux reines. Pauline Ferrand-Prévot la cycliste qui efface Jeannie Longo et l'Américaine Katie Ledecky, nouveau prodige de la natation.Mais 2014, c'est aussi une année blanche pour le CAC 40 selon LES ECHOS. C'est aussi une baisse sans précédent des matières premières. On en parlait tout à l'heure, l'or noir s'effondre. Le minerai de fer, le caoutchouc, le coton et le soja aussi.Et on s'enfonce progressivement.2014, c'est la secte du poignard résumée par Dominique Jung dans LES DERNIèRES NOUVELLES D'ALSACE. A côté des drones à ailettes, du robot Philaé, il faut hélas citer le poignard avec lequel des otages ont été égorgés en Syrie et en Algérie. Les nazis ont inventé les chambre à gaz. Les djihadistes ont redécouvert le sacrifice humain. Le djihadisme c'est une secte morbide qui se pavane au nom de l'islam alors qu'elle ne veut pas l'étudier.2014, Rompez ! finit par conclure LIBéRATION à sa Une.Trierweiler, Union Européenne, Thévenoud, Poutine, Rompez !Car ça n'a pas rigolé en 2014 écrit Mathieu Lindon dans son édito. Le gouvernement de Manuel Valls qui perd ses soutiens à gauche, les frondeurs de Frangy, le drame de Sivens, la déroute des municipales et des européennes, les salariés de Libé obligés de quitter le navire... Non, on n'a pas rigolé cette année.

Mais le décompte continue dans la presse ce matin. Réflexion d'Alain Rémond dans LA CROIX. Franchement, à part le beau temps en Bretagne cet été, y'a t'il une bonne raison de regretter 2014 ? Cela étant dit. Ca ne va pas nous empêcher de refaire la même chose ce soir, aux douze coups de minuits et de souhaiter bonne année. L'homme vit d'espoir.Il a besoin de croire que l'année à venir sera une bonne année. Peut-être devrions nous seulement en fait, se souhaiter une meilleure année.Il n'empêche, on fera la fête. Parce que les rois du réveillon, ce sont les Français paraît-il. Etude très sérieuse publiée par LE PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE. On se couche plus tard qu'ailleurs dans le monde. 2h08 à Paris. 15 minutes plutôt en région. Mais une 1 heure et quart à New York. Et on se lèvera plus tard aussi, 10h01.Mais avant le réveillon, il y a les voeux du président. Comptez-vous aussi le temps qui nous sépare de ce moment?LES ECHOS rappellent ce matin, que l'an dernier, 10 millions de Français ont suivi l'allocution du président.Alors, il y a plusieurs façons de voir ces voeux.CHARLIE HEBDO les imagine. Ce soir, Hollande raconte que c'est Emmanuel Macron qui va créer des emplois, du pouvoir d'achat et du bonheur. Et puis Hollande a fini.Ca va aller mieux. Le chômage, l'effort, le travail, vive la République et vive la France ! Vous sortez sur le pas de la porte. La lumière est froide. Et vous vous dites que, voilà, un an de plusse. La vie a beau être dure. Elle passe.L'OPINION ne se demande pas ce que François Hollande va dire, le journal lui offre ses voeux. Qu'il s'entoure mieux. Qu'il réforme dans le bon sens. Et surtout, qu'il nous dise la vérité.Lui qui nous a déjà promis que la courbe du chômage allait s'inverser.Gérard Courtois du MONDE a noté lui, ce que disait l'an dernier, le chef de l'Etat. L'année 2013 avait été intense et difficile. Comment va t'il qualifier 2014 ? Inextricable, déprimante, calamiteuse ? Depuis un an, il encaisse François.C'est un boxeur styliste beaucoup plus que puncheur. Même dans les cordes, saoulé de coups, il est convaincu que l'on peut reprendre l'initiative.Yves Thréard du FIGARO voit plutôt en Hollande un joueur de bonneteau qui parie sur sa chance.Pour VALEURS ACTUELLES, c'est même la béatitude du fou.Il n'a d'autre choix que de croire en sa bonne étoile écrit pour sa part, Jacques Camus dans LA MONTAGNE.Conclusion de Philippe Waucampt du RéPUBLICAIN LORRAIN : un bureau, un chien, une meilleure conjonction astrale... et plus de Valérie à l'horizon, on verra ce soir, comment François Hollande cherche à transformer ces atouts en moyen de reconquête.2015, l'année du combat ? Remettons les pendules à l'heure écrit Marcel Clairet dans LA PRESSE DE LA MANCHE.Par les temps qui courent et avec la peur du lendemain... LIBé disait rompez ! L'HUMA dit : "Osons !" Soyons radical. Radicalement combatif écrit même Jean-Emmanuel Ducoin. Pour tous ceux qui ne renoncent pas à la gauche, la vraie, il importe que l'année 2015 soit une année de combats permanents, de résistance absolue.Le trimestriel REGARDS a fait le tour de ces combats. Nos héros sont les opposants aux grands travaux qui commencent. Rémi Fraisse leur a donné un visage. Et ce mouvement n'est plus local écrit Catherine Tricot dans son édito. Ces luttes nous interpellent parce que derrière les contestation, d'un mode de développement qui maltraite la nature et gaspille les richesses, survient l'indispensable question d'un nouvel horizon. Page 15, nous ne sommes pas à Sivens, mais dans le village roumain de Pungesti à 350 kilomètres de Bucarest. Chevron l'Américain veut y exploiter le gaz de schiste sur cette terre agricole. Bataille de David contre Goliath. Lucian 30 ans, agriculteur, veut pouvoir vivre sur ces terres. "Mais les compagnies font de l'argent sur notre dos et on paye l'addition."Un combat, c'est aussi un théâtre qui vit ses derniers jours. Reportage au Théâtre du Forum de Blanc-Mesnil toujours dans REGARDS. La nouvelle municipalité a mis fin au conventionnement du théâtre qui liait la ville au département, à la région et au ministère de la Culture. Trop contraignant dit le nouveau maire UMP. La population ne se reconnaissait pas dans la programmation, trop élitiste. Pourtant, la programmation réelle, c'était du théâtre engagé, du cirque, du hip-hop, de la musique classique. Xavier Croci, le directeur du théâtre n'est pas surpris. "Moi je suis de l'ancienne génération. Celle de l'élitaire pour tousse comme disait Antoine Vittez. Nous avions confiance dans l'intelligence des gens." Le théâtre du Forum du Blanc Mesnil était de ceux qui renverse les rapports de classe et souffle sur le feu subversif du mot populaire.Le décompte est terminé. Bonne année !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.