Une délégation LR sur les plages de Crimées, les colonies de vacances et l'esprit collaboratif et l'oeuvre de Jérôme Bosch dans la Presse aujourd'hui

Une étrange délégation LR 

Si vous partez en vacances aujourd'hui promettez-moi d'éviter les plages de Crimée, en Mer Noire :

Yalta, Sébastopol c'est sûr, c'est tentant pour changer de Bandol et de la Grande-Motte mais non, vraiment pas la Crimée.

C'est le conseil que semble donner Le Monde daté de ce dimanche à ces 11 parlementaires français, en goguette dans la péninsule ukrainienne annexée, on le sait, il y a deux ans par la Russie.

Voyage pas officiel du tout, en rupture avec la diplomatie française qui ne reconnaît surtout pas l'annexion.

Les dix députés et un sénateur, tous de droite moins un, sont passés par Moscou avant de s'envoler donc pour Yalta. Voyage, nous apprend Benoît Vitkine du Monde, entièrement financé par la fondation russe pour la paix, très proche du Kremlin.

Une visite qui pourrait passer inaperçue, si les médias officiels russes ne l'utilisaient pas pour montrer une fière "délégation du Parlement français", les mots ont leur importance venue apporter son soutien au rattachement de la péninsule à la Russie et redire son opposition aux sanctions économiques imposées par l'Europe.

L'ambassade de France en Ukraine a même dû, dans un tweet, dénoncer "l'impudeur absolue de ces français exhibants leur fascination pour l'armée russe qui a annexé la Crimée".

Agent électoral

"La Russie, agent électoral", c'est plus largement le thème de l'édito du Monde, toujours Il rappelle ce scandale aux Etats-Unis, où l'on soupçonne des hackers aux ordres de Moscou d'avoir piraté des milliers d'emails internes au parti démocrate, pour affaiblir Hillary Clinton.

Donald Trump, qui ne cache pas son admiration pour Vladimir Poutine "a donné foi à ces accusations, en demandant ouvertement à la Russie de trouver et de rendre publics les courriels manquants Le spectacle accablant d'un candidat à la Maison Blanche militant ouvertement pour l'intervention d'une puissance étrangère dans les affaires publiques, afin de nuire à son adversaire, a déclenché un tel tollé que Trump a du prétendre qu'il plaisantait "

Les campagnes électorales se mènent à l'intérieur du pays, rappelle le Monde qui adresse aussi ce message, en France, au Front National, lequel se finance auprès des banques russes ou encore donc à ces parlementaires pro-russes en Crimée "dont le respect du roit international semble, malheureusement, à la hauteur de celui de Donald Trump".

Prélèvement à la source

C'est le Journal du Dimanche qui nous le confirme en Une, par la voix de Michel Sapin La France est la seule en Europe de l'Ouest à ne pas encore avoir opté sur ce prélèvement de l'impôt directement sur les salaires c'est la dernière réforme du quinquennat avec un peu de retard, elle sera présentée en conseil des ministres mercredi et examinée au Parlement à la rentrée.

Il y avait des inquiétudes sur la confidentialité du dispositif, puisque les employeurs, qui prélèveront directement sur les salaires, devront connaître notre taux d'imposition S'ils ne veulent pas que leur patron mette son nez dans leurs autres revenus, les contribuables auront le choix d'opter pour un taux standard, annonce le ministre des Finances dans le JDD mais alors, il y aura un système compliqué de rattrapage

Rappelons que ce prélèvement à la source est censé être une réforme de simplification de la vie des français.

Nos jours heureux

Une solution très concrète pour resserrer les liens, le "vivre-ensemble" dont on parle tant, au sein de la jeunesse française dans Le Monde, ce sont les colonies de vacances: vrai outil de brassage, d'intégration sociale jusque dans les années 80, les colo se sont progressivement segmentées il y a les thématiques, équitation, musique, grands voyages, pour les enfants des classes supérieures, et les autres, pour les bénéficiaires de la politique de la Ville. Pour le géographe Yves Raimbaud, "les attentats que nous venons de vivre nous font conclure à la même urgence; nous devons faire société. Les colos et les camps sont des espaces singuliers où par les rencontres, les amours, les amitiés, les aventures humaines qui s'y jouent, une autre société peut s'élaborer". Alors, "il faut recréer des colonies de vacances plus généralistes et plus inclusives" sur le modèle par exemple du scoutisme. "L'idée est de "partir dans la nature pour faire l'expérience du vivre-ensemble" le mot est lâché.

Le quotidien a envoyé l'un de ses reporters, Anthony Halpérin, en expédition dans le sud-ouest pour prouver les bienfaits des vacances collaboratives sur notre porte-monnaie. résultat, une virée entre Paris et Bayonne pour 186 euros: covoiturage, co-camionnage, même, location de voiture entre particulier et hébergement et repas chez l'habitant. Ce qui permet à Frédéric Vézard dans son édito de nous dire que "la révolution est lancée, le gouvernement n'a plus d'autre choix que de l'accompagner pour limiter son impact sur l'activité et l'emploi des secteurs traditionnels du tourisme". Le reporter lui précise tout de même que si l'aller Paris-Bayonne et les étapes lui ont coûté 186 euros, il a du débourser 120 euros pour le retour en TGV. "Retour à l'économie classique", conclut-il.

Rio

Les JO de Rio, J-5 on les dit mal préparés, pas prêts à temps et c'est vrai que "tout aurait du mieux se présenter", reconnaît dans le JDD l'ex star du foot brésilien Raï, qui commentera ces Jeux pour France Télévision. S'il est convaincu que tout se passera bien, qu'"on va s'appuyer sur notre point fort, notre façon de recevoir et de faire la fête", l'ancien meneur de jeu du PSG explique que "le problème c'est que les JO sont programmés au milieu d'un vrai bordel, le Brésil traverse la pire crise de son histoire, Rio est tombée encore plus bas, tombée dans le vice". Le Brésil en fait nous dit Raï, est en train de mener sa Révolution, comme la France en 1789 "on va faire une pause pendant 20 jours et on reprendra notre révolution", voila le programme "Et quand nous deviendrons une belle démocratie, intelligente, avec une politique saine, alors le Brésil sera un pays olympique majeur" Nous voilà prévenus.

"C'est beau c'est bosch ?"

Le néerlandais Jérôme Bosch, 1450, 1516 "Peintre des hommes de l'intérieur, et non plus vus du dehors", nous dit Libé si c'est ça il faut bien le dire c'est assez inquiétant sur notre part d'ombre à tous : Jérôme Bosch, ce sont ces tableaux d'inspiration religieuse, mais fourmillant de monstres et petits démons enchevétrés, sorte de représentation d'un enfer païen. Une oeuvre qu'on redécouvre, depuis le début du 21e siècle et dont le catalogue a fondu en quelques années il faut dire que l'artiste, tout excentrique et marginal qu'il nous apparaît aujourd'hui, a été apprécié et donc copié, imité, pastiché au Moyen-Age Certains Jérôme Bosch d'hier sont aujourd'hui déclassés,

"C'est bien, c'est beau c'est Bosch?" se demande donc Libération où l'historien d'art Frédéric Elsig nous explique que pour revenir aux sources faire le tri entre ces diableries, il faut plonger aux rayons X dans les tableaux

C'est passionnant autant que déstabilisant par ce qu'on y découvre et ça donne envie de filer à Madrid le musée du Prado qui consacre jusqu'au 11 septembre une grande rétrospective au peintre néerlandais à moins que ce ne soit à ses disciples…

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.