La photo est éloquente... Elle est en Une de "Libération"... Des centaines de jeunes se tiennent par le bras... L'air grave, ils défilent... C'était hier, à Clichy-sous-Bois... Marche silencieuse en hommage aux deux jeunes morts électrocutés... Poursuivis ou non par des policiers... On ne le sait toujours pas. Toujours est-il qu'autour de ces jeunes qui marchent, on voit deux barres... Deux immenses barres... Immeubles accolés et disposés en angle droit... Comme deux murs d'enceinte d'une prison... Sensation d'oppression, d'étouffement... Cadre de vie. La plupart des journaux reviennent sur les violences de ces derniers jours en banlieue parisienne... Relançant ce débat récurrent de la répression et de la prévention... Avec toujours la même question : où est la solution politique, entre la tolérance zéro de Sarkozy et une gauche complexée sur les problèmes de sécurité, comme l'écrivent "Les Echos" ? La solution, répond Gérard Coulange, dans "L'Union"... A mi-chemin, certainement, entre l'angélisme socialiste et la répression sarkozyste... Autrement dit en écoutant, vraiment, cette jeunesse et en offrant du concret : du boulot, de la dignité, des logements... Voir photo de Libé. A propos, selon ce journal, ce sont les propos des politiques qui ont envenimé la situation à Clichy-sous-Bois... Trop fort, trop vite, trop loin, affirme Didier Hassoux... Le ministre de l'Intérieur s'est employé à parler trop vite, dès vendredi matin, pour coller à l'événement, au risque de l'à-peu-près... Et de la bavure verbale écrit notre confrère... Qui poursuit... L'absence de résultats probants en matière de violences urbaines l'oblige à la surenchère. D'ailleurs, selon Sébastien Roché, sociologue et politologue interviewé dans le journal "Les Echos", la France connaît aujourd'hui son niveau de délinquance le plus élevé depuis les années 50. Dans le journal "La Croix", une autre photo de Clichy-sous-Bois... Avec d'autres immeubles, ou peut-être les mêmes, que ceux de la photo de "Libération"... Ils se ressemblent tous... Et devant ces deux barres, une voiture sur le toit... Une voiture calcinée. C'est la vie de la cité, où traînent des gamins qui n'ont jamais vu le centre-ville, témoigne une habitante de La Courtille, un autre quartier sensible de Seine-Saint-Denis. Son univers : une vue imprenable, des tours de béton armé à perte de vue... Quelques arbres plantés dans le bitume, bientôt nus... Un terrain de basket et un parking battus par les vents... A côté d'un supermarché 100% discount, 100% dévalisé... Et puis un tabac qui veut fermer, à cause de l'insécurité. C'est ça, la vie des familles en banlieue sensible... Dans son reportage, Solenn de Royer nous montre à quel point les habitants se sentent abandonnés... Ce que la présidente d'une association nommée "Respect 93" explique et résume avec ces quelques mots... "Nous sommes à 10 minutes de Paris, et nous vivons dans une zone de non-droit absolu". Oui, avec un mot qui se termine comme "précaire"... Et qui se termine souvent mal... Stagiaire. D'ailleurs, vous savez ce qu'est le comble du stagiaire ?... C'est former le stagiaire qui doit le remplacer... Et ça arrive souvent. Conçu au départ pour faciliter la transition entre l'école et le travail, le stage en entreprise est souvent détourné de cette vocation, pour se substituer à des emplois rémunérés... Situation jugée scandaleuse par le journal "L'Humanité", qui monte au créneau, et qui consacre sa Une à "la révolte des stagiaires", qui manifestent demain et qui feront grève le 24 novembre. Je reviens à ma devinette de mauvais goût... Le comble du stagiaire, attesté par le témoignage d'une jeune diplômée d'école supérieure de commerce, qui vient d'enchaîner trois stages dans l'industrie du cosmétique, et à qui on a demandé, effectivement, de former celui qui allait prendre sa place. "Ces précaires qu'on ne paie même pas", titre "L'Humanité"... "La précarité pour seul salaire"... Et vous pourrez lire ainsi une série de témoignages, que "L'Huma" publie ce matin... Comme celui de Lise, qui est payée seulement si son travail est rentable. Comme quoi, dans cette affaire, il y a vraiment maldonne... Après tout, le stagiaire est là pour profiter de l'entreprise, c'est le deal... Or, c'est l'entreprise qui en profite. Main d'oeuvre gratuite, no man's land juridique... Certaines entreprises remplacent un salarié à plein temps par des roulements de stagiaires... Et autres petits arrangements. Conclusion de Jean-Paul Pierrot dans son édito : dans une société gangrenée par le chômage, comme on achève bien les chevaux, on exploite bien les stagiaires. Si j'en crois les comptes rendus qu'en fait la presse aujourd'hui, ça s'est bien passé, votre émission hier soir, Stéphane Paoli, au Théâtre du Rond-Point... Le thème, c'était "Le look et la politique"... Alors, pour ceux qui n'ont pas pu assister à l'émission, ou qui n'ont pas eu l'occasion d'écouter France Inter hier... En voici un prolongement avec le magazine "Elle"... Qui publie son enquête, sous le titre "L'habit fait-il le Président ?", et qui s'amuse à décrypter le look des politiques... Avec le psychiatre Samuel Lepastier. Dominique de Villepin en tête... Le look et la mise en scène, il s'y connaît... Avec la fameuse photo en maillot de bain... Cette baignade n'a qu'un sens, nous explique le psy : écraser Sarkozy, en lui signifiant qu'il est plus beau que lui. Sarkozy, justement, qui se montre en tenue de sport... Une manière de dire "Je suis comme tout le monde"... On voit aussi une photo de lui en 81... C'est un jeune homme de 25 ans... Et un rien perfide, Lepastier souligne qu'à cette époque, il avait déjà l'air content de lui. Ségolène Royal : plus elle vieillit, plus elle est belle... Comme quoi une femme peut avoir des responsabilités et rester désirable... Je cite le psychiatre Samuel Lepastier... Qui résume le parcours de Ségolène par cette formule : "la stratégie du désir"... Laurent Fabius, les vertus de l'âge... Elégance gauche-caviar... Il est enfin à l'aise, après avoir constamment cherché à se vieillir... Quand il était jeune. Enfin Dominique Strauss-Kahn, un cas d'école, nous dit-on... Costume télégénique, mains de rassembleur... Il ne s'adresse plus à la gauche, mais à la France. Un beau syndrome 2007 ? Point d'interrogation. J'ai une excellente nouvelle, ce matin. Même si ça ne s'entend pas toujours, nous avons un deuxième cerveau. Nous l'apprenons, grâce à "Science et Vie" : nos neurones ne sont pas seuls dans notre cerveau. Un autre réseau de cellules étoilées, les astrocytes, longtemps considérées comme quantité négligeable, forment en fait un réseau de communication très performant... Jouant un rôle déterminant dans le développement de l'intelligence humaine... Il est là, notre deuxième cerveau. Nous allons en parler avec Philippe Chambon, de "Science et Vie"... Bonjour... Le deuxième cerveau, c'est une formule de journaliste scientifique, ou c'est une réalité ? Au-delà de l'exploration des chemins de l'intelligence, cette découverte ouvre surtout la voie aux recherches pour soigner les grandes maladies du cerveau... Voilà, merci Philippe Chambon... C'est donc à lire dans le mensuel "Science et Vie". Lire... On espère tous qu'on va pouvoir continuer à lire "France Soir"... Et on croise les doigts pour que ce lundi ne soit pas, pour ce journal, un lundi noir. C'est en effet aujourd'hui que le Tribunal de Commerce de Bobigny doit statuer sur la poursuite ou non de l'activité du quotidien, déclaré en cessation de paiement. Quand on pense que ce journal, créé par Pierre Lazareff au lendemain de la Seconde guerre, était diffusé à plus de 2 millions d'exemplaires, au sommet de sa gloire, dans les années 70... Ce chiffre est tombé à 45.000... Vous vous rendez compte. Et comme l'écrit Jacques Camus dans "La République du Centre"... "Il serait bien imprudent d'abandonner ce titre à sa lente agonie, et de ne pas y voir un lourd symbole des difficultés de l'ensemble de la presse quotidienne française". Et notre confrère rappelle le temps béni des années 60... C'était le temps où l'on criait les titres dans la rue, et non à la télé. Voilà... Et puisqu'on parle des journaux... C'est la loi du genre, à cette heure-là, sur France Inter... Sachez que, selon une enquête d'IPSOS sur la France des hauts revenus... On s'aperçoit que les Français les plus riches privilégient toujours la lecture de la presse magazine avec, en tout premier lieu, le bimestriel "Art et Décoration"... Puis "Géo"... "Science et Vie", dont nous venons de parler... "Capital"... Et "Elle Décoration". La question est également posée pour ce qui concerne les habitudes d'écoute de la radio : la station la plus écoutée par les hauts revenus, c'est... France Inter. Oui, et juste derrière : France Info. C'est "Le Parisien" qui se fait l'écho de ce sondage... Alors évidemment, on serait tenté de faire un commentaire, du genre "on ne prête qu'aux riches"... Ou autre chose... Pour ne pas rester bouche bée face à ce résultat... Et très franchement, je ne sais pas quoi vous dire... Alors bonne journée, et à demain !

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.