Bonjour, L'information du jour s'étale (assez modestement) en Une du Figaro, juste sous la pliure : "200.000 fonctionnaires bientôt payés au mérite". Le journal nous l'apprend : "le décret doit paraître en novembre. Il concerne précisément 198.200 fonctionnaires d'Etat appartenant à la "filière administrative". C'est un "sacré bouleversement" note au passage l'auteur de l'article, Olivier Auguste. Jusqu'ici, seuls quelques centaines de très hauts fonctionnaires pouvaient recevoir un bonus s'ils remplissaient les objectifs fixés par leur ministre. Le dispositif a été présenté aux syndicats il y a une douzaine de jours... En retour, ils ont exprimé leur réticence... L'un d'eux se pose cette question : "comment sera jugé et rémunéré un policier qui n'aura pas rédigé assez de contraventions ?". A propos de contravention, vous lirez dans Le Figaro et dans Le Parisien Aujourd'hui en France que l'association "40 millions d'automobilistes" porte plainte devant la Cour européenne des droits de l'Homme contre l'Etat français, l'Etat qu'elle accuse de gérer "abusivement" les procès-verbaux. L'association s'en prend au principe de la "consignation", c'est-à-dire l'obligation faite à tout automobiliste de s'acquitter du montant de l'amende avant même de pouvoir la contester. La Dépêche du Midi s'y met aussi, avec ce titre : "Radars : 25 millions de PV en cinq ans"... 11.000 morts en moins, soit ; "mais le paiement automatisé des amendes fait toujours polémique". Le même journal (La Dépêche) s'intéresse aussi aux prix des carburants; ils baissent... Le quotidien toulousain gamberge : "Et si l'essence passait à 1 euro ?". Dans Le Figaro Economie, vous lirez que la compagnie pétrolière américaine ExxonMobil "bat tous les records de profits" avec un bénéfice trimestriel sans précédent : il frôle les 15 milliards de dollars... La performance du groupe reflète l'activité des mois de juillet, août et septembre... Le cours du pétrole avait alors atteint des sommets, tous près des 150 dollars le baril. "Chômage : la barre des deux millions approche"... C'est le titre du Télégramme. + 0,4 % en un mois, + 0,8 % en un an : Ouest France ne voit "Pas d'éclaircie en vue". Libération nous prévient : "c'est reparti pour longtemps". Quant à l'Alsace, il nous pousse à l'envie avec ce titre : "Allemagne : le chômage au plus bas". 1.957.600 demandeurs d'emploi... toutes les classes d'âge sont concernées. Dans les pages saumon du Figaro, vous lirez que "les moins de 25 ans sont les plus touchés". Quant aux immigrés, leur taux de chômage "est deux fois supérieur à celui des non immigrés"... C'est une précision des Echos. Le quotidien économique a consulté ses experts, ils sont formels : "La crise sociale ne menace pas... pour l'instant"... Toujours dans Les Echos : "Sarkozy invoque un 'pacte moral' pour tancer à nouveau les banques"... "Elles ont reçu 382 milliards" nous rappelle Le Parisien Aujourd'hui en France. Le journal s'interroge (page une) en lettres grasses : "Mais que font les banques?". Le gouvernement les incite financièrement à relancer l'économie, elles tardent à aider entreprises et particuliers. Le président de la République veut donc un "pacte moral" ; l'expression inspire le dessinateur Delestre dans l'Est Républicain. On voit le chef de l'Etat diriger la chorale des banquiers... Ensemble, ils chantent : "Des pactes, des pactes, oui mais des Sarkozy !". "Nicolas Sarkozy a fait les gros yeux aux banquiers" constate Patrick Fluckiger dans l'Alsace... les banquiers "accusés de verrouiller à double tour leurs coffres-forts malgré les aides massives dont ils bénéficient". "Après la carotte, le bâton ?" se demande, dans l'Est Républicain, Chantal Didier. Elle voit le chef de l'Etat en "Père Fouettard". Pour le Républicain Lorrain, Philippe Waucampt souligne qu'en "se plaçant du côté du citoyen, le chef de l'Etat met les banques sous la pression d'une rapide obligation de résultat. Du même coup, il se préserve politiquement sans avoir à toujours se justifier sur le soi-disant cadeau aux banques". Selon Jacques Camus et La République du Centre, "Quant on voit que les députés n'osent toucher à la taxation des parachutes dorés qu'à partir d'un million d'euros, quant on voit que les rémunérations des grands patrons ont augmenté de 20 % en 2007 contre 2,1 % pour le SMIC, on s'interroge sur les effets des rodomontades de notre 'gendarme élyséen'. Plusieurs éditorialistes, notamment ceux du Midi Libre et de l'Indépendant du Midi, insistent sur ce qu'ont perçu en 2007 les 50 patrons les mieux payés de France : en moyenne, 310 fois la paye d'un smicard. Conclusion de Jean-Paul Piérot dans l'Humanité : "C'est le capitalisme qui est en crise. Sa 'moralisation' est une mystification". A ce chapitre, Le Figaro attire notre attention sur les "produits dérivés". Ces instruments financiers, utilisés par les traders qui ont plombé ces derniers mois la finance mondiale, ont été mis au point par des mathématiciens, des mathématiciens français. Le premier d'entre eux fut Louis Bachelier (1870 - 1946). Un mathématicien spécialiste de la finance, dans le jargon bancaire on appelle ça un "quant". Lorsqu'il sort d'une grande école de type Polytechnique, Les Mines ou Normale Sup, un "quant" gagne à Paris 90.000 euros par an, bonus compris. Il n'a que 23 ans et la vie devant lui. L'histoire des "quants" et de la crise financière passionnera certainement nos retraités. En lisant La Tribune, ils apprendront ce matin que "le krach boursier fragilise les retraites par capitalisation". C'est "la bombe fonds de pension". L'Etat fait un retour en force. Les systèmes de retraite par répartition traditionnelle reviennent à l'honneur. Que faire de son argent pour s'assurer une paisible fin de vie?... Certains ont, depuis longtemps, trouvé la solution... France Soir consacre à leur pécule l'un de ses titres de Une : "Paradis fiscaux : 10.000 milliards de dollars à l'ombre". Vous l'apprendrez en lisant La Tribune, trois de ces territoires "tire-lire" viennent de signer des accords bilatéraux avec l'Organisation de coopération et de développement économiques. Les Iles vierges britanniques, Guernesey et Jersey proposent d'apporter à l'OCDE plus de transparence dans les transactions financières internationales, en fournissant des renseignements à des fins fiscales. ... C'est curieux, vous ne me dites pas : "rien sur McCain ?". (non, je plaisante)... Obama... "Pourquoi Wall Street parie sur Obama" : c'est ce que tentent de nous expliquer Les Echos... Alors que le candidat démocrate propose un renforcement drastique du contrôle et de la régulation de la sphère financière américaine, il apparaît paradoxal que les acteurs de la finance US voient en lui le meilleur garant du sauvetage d'un système chancelant. Le Monde consacre son éditorial à "ces relations consanguines entre Wall Street et Washington, entre la banque et les cercles du pouvoir". Elles sont, paraît-il, "aussi anciennes que le capitalisme américain"... Le Monde ajoute "qu'une éventuelle accession de Barack Obama à la Maison Blanche ne changerait probablement pas grand-chose : les principaux noms cités pour succéder à Henry Paulson au Trésor sont, on l'aura compris, ceux de banquiers venus de Goldman Sachs". Goldman Sachs : la championne des banques d'investissement, grande "naufragée" de la crise des subprimes. Autour de l'élection présidentielle américaine, je vous invite à lire Le Figaro Magazine qui consacre un passionnant dossier aux "coulisses de la Maison-Blanche". Quant au quotidien régional La Provence, avec les interviews de la ministre Rama Yade et du président de l'OM, Pape Diouf, il se penche sur ce que pourrait changer pour les noirs de France l'élection d'Obama. Je lisais hier que le candidat démocrate s'était fait pas mal de cheveux blancs en parcourant la campagne américaine... Même si ça n'a pas grand-chose à voir, ça me permet de vous dire que la championne cycliste Jeannie Longo fête aujourd'hui ses 50 ans. A cette occasion, je vous livre un extrait de l'entretien qu'elle a accordé à Serge Pueyo du Parisien Aujourd'hui en France : "Beaucoup de personnes de mon âge souffrent dans le monde de l'emploi. On n'est pas vieux à 50 ans. J'en suis la preuve vivante et de nombreuses personnes me disent que ça leur donne le moral". Merci Jeannie !

Alain Le Gouguec

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.