Une chercheuse polonaise recense les cachettes, où des juifs se terraient pendant la seconde guerre mondiale, le Monde. Dans les Echos, le crâne de "l'homme-dragon", chainon manquant entre Neandertal et Cro-Magnon. Le film "la Piscine" a connu un bel été new-yorkais, 52 ans après sa sortie.

On parle de Kilian...   

Kilian avec un i après le K et non pas un y, ne pas confondre, Kilian Gato donc âgé de douze ans dont les lecteurs landais de Sud-Ouest connaissent le courage depuis des années... Et aujourd'hui encore, quand Kylian avec un y Mbappé, double buteur à Reims, embrasse Lionel Messi à la Une de l'Equipe près d'un titre d'espérance, "ensemble ce serait mieux", nous lisons dans Sud-Ouest que cet été Kilian avec i a fait un voyage d'espoir et de souffrance à Saint-Louis,  aux Etats-Unis où on l'a opéré deux fois: on lui a ouvert les vertèbres d'abord puis on lui a étiré les tendons, afin de débloquer son corps empêché depuis sa naissance par une infirmité motrice cérébrale: il en a pleuré de douleur, mais à force d'opérations, Kilian pourra peut-être marcher un jour: plus jeune il se déplaçait en rampant, à la force des bras... Et son parcours vaut bien la chemin vers Madrid, ou pas, de son homonyme...  

Dans le Maine libre voici un autre brave bonhomme, Ayden, trois ans va rentrer en maternelle, mais lesté d'une insuffisance rénale en stade terminal, sa maman raconte une vie où la terreur cohabite avec l'espoir, et puis une belle idée: Ayden est alimenté par une sonde abdominale, une sorte de robinet orne son petit ventre et sa famille lui a fabriqué un poupon à son image, un baigneur bricolé qui lui aussi porte un robinet, Ayden le soigne comme on le chérit.   

Nos journaux nous disent d'autres héros aux corps sublimes et différents et qui ramènent des médailles des jeux paralympiques.  Mateo Bohéas a un pied bot une cheville bloquée, et dans l'Equipe encore des yeux translucides qui louchent presque fixant une balle blanche il est médaillé d'argent en tennis de table et il espère que son camarade Fabien Fab Lamirault, ramènera de l'or ce matin, Fab est paraplégique.

Dans le Progrès un quadragénaire arbore barbichette et deux gros bras tatoués, qui propulsent son handbike, un vélo à trois roues qu'on manie à la main: Loïc Vergnaux vise trois médailles à Tokyo. "Un jour tu sera aux jeux" lui avait prédit un ami handicapé il y a 17 ans, quand un accident du travail venait de lui voler une jambe...  

Dans Nice-Matin on lit un homme qui ne marche plus depuis huit ans mais qui a pleuré des larmes de joie l'autre soir, emmené en fauteuil roulant sur la pelouse du stade Allianz Riviera de l'OGC Nice et ovationné par les supporters du club. Kevin Anin y jouait milieu de terrain avant son accident de voiture. Il a mis du temps pour revenir à Nice, il a été fêté le jour de ce fameux match Nice Marseille qui a dégénéré, finalement, cette soirée avait aussi été jolie...  

 Et on parle également de chaussures...  

 Et on marche donc et on court aussi dans Nice-Matin... Mais ces courses révèlent un univers de lucre, de flambe de vacuité. Le journal nous raconte la folie des baskets de série limitée, qui a envahi la Côte d'Azur: une boutique cannoise affiche une paire de chaussures de chez Nike Yeezy Red October à 18000 euros. Un lycéen niçois écume les magasins pour rafler avant tout le monde les nouvelles sneakers rares, puis les revend en engrangeant un joli bénéfice: il prépare un bac pro de commerce, qu'a-t-il a apprendre?  

Le Parisien nous dit qu'à Corbeil-Essonnes, un adolescent de 17 ans a été pourchassé et poignardé par deux autres jeunes qui voulaient lui voler ses baskets, ce serait un trophée dans les guerres de jeunes, le garçon chassé criait au secours devant un pavillon dont l'habitante, en plein jardinage et des enfants à la maison, n'a pas ouvert son portail.    

Dans la Croix nous apprenons que les satellites, que lancent Elon Musk et consorts, éclairent tant le ciel que les astronautes ne peuvent plus travailler. Qui nous rendra les étoiles? Dans l'Indépendant, on nous raconte la sècheresse qui a saisi l'Aude cet été, et dans l'Est républicain, on nous dit que le Doubs, la rivière, a disparu de son lit entre Maison-du-Bois Lièvremont et le défilé d'Entre-Roches, des poissons meurent dans des flaques, qui nous rendra les eaux...   

Le site du Monde nous raconte comment de gros rongeurs, les capyrabas, perturbent les habitants de Nordelta, un quartier bourgeois fermé sécurisé au Nord de Buenos Aires... Mais ce quartier a été construit sur une zone humide où le capyrabas vivaient depuis toujours et ces animaux deviennent des héros populaires argentins.  

Sur le Monde.fr encore, on voit des hommes qui pour survivre se terraient comme des animaux, dans le creux d'un chêne six fois centenaire, dans des égouts, sous des pierres tombales: une chercheuse polonaise, Natalia Romik, recense dans son pays et en Ukraine les abris où se dissimulaient des juifs pendant la seconde guerre mondiale, pour échapper aux nazis et à leurs compatriotes délateurs, elle veut dit-elle faire resurgir les fantômes de nos villes.     

Dans les Echos voici un crane préhistorique découvert en Chine dans les années trente...  il témoignerait d'une espèce, l'homme dragon, qui ferait le lien entre Néandertal et Cro-Magnon. En son temps nous n'avions encore rien abimé.    

Et on parle enfin de déclin...  

Déclin d'une profession mythique, celle de trader, dont les Echos encore nous disent qu'elle est rongée par les algorithmes... Déclin de l'Amérique, nous dit le Figaro, quand le fiasco afghan porterait le coup fatal à l'hégémonie du dollar, les Etats-Unis ayant trop souvent guerroyé à crédit... 

Dans le même Figaro, un historien nous invite aux sources de la pensée occidentale dans la lecture de sermons inédits de Saint-Augustin.   Libération, lui nous raconte bellement Stratch Perry, mort hier à 85 ans qui était producteur et musicien en Jamaïque, l'astre du reggae, il se comparait à l'ange Gabriel, avec poésie,  "mes chaussettes sont télépathiques, disait-il tout ce que je porte est télépathique." Le déclin est enrayé. 

Le New York Times nous dit qu'un film français de 1969, la Piscine, de Jacques Deray avec Delon Romy Schneider et Maurice Ronet a fait le bel été d'une salle d'art et d'essai de New York, nous sommes éternels.

Contact
Thèmes associés