Sud-Ouest dit les secrets d'un plaquage rochelais appelé "la joulinette", Ouest-France conte la vie de Martine Hinault, épouse de cycliste, la nouvelle revue scientifique Epsiloon raconte l'ambition de la Chine qui veut dompter la météo.

On parle d'un enfant blessé... 

Dont le regard parfois se perdait tant il voyait à 17 ans son rêve s'échapper, son genou craquait, son ménisque fissuré et pendant qu'il se soignait -six mois interminables- ses amis avançaient dans son club l'olympique lyonnais où l'on doutait de lui en dépit de ses dons tant il était petit et frêle et même son père à la maison le regardait déconfit, "il n'a rien pris de moi, est-ce vraiment un black"... L'Equipe ainsi nous raconte les années brindilles de Corentin Tolisso, désormais solide milieu de terrain du Bayern et de l'Equipe de France qui tout à l'heure affronte le Portugal, Tolisso qui cessa de douter quand au début de sa rééducation un copain lui dit "mais t'as grossi Corentin"... Enfin la croissance lui venait, il fit de la musculation, et sa voix mua...  

Le Figaro également nous parle de Tolisso le résilient qui cette saison est revenu de la rupture terrible d'un tendon, mais sur ses béquilles Tolisso a été accompagné par de vrais supporters qui lui ont donné leur force, ils en ont à revendre, ces autres enfants blessés, des gosses handicapés avec lesquels le footballeur passe des heures en visio-conférences, il chante avec Louise, il débriefe ses matches avec Mathieu et a dédié un but à  Paul, son copain trisomique... Tolisso est allé vers ces mômes pendant le premier confinement,  après l'Euro il leur  organisera  un gouter en présentiel, il leur fera des crêpes.

L'Equipe encore nous raconte une adolescente dont la croissance n'est pas en retard, 1m70 à quinze ans, ses parents l'ont retiré de l'école pour quelle avance plis vite vers son destin de championne, Nike la  parraine, elle doit devenir une prodige du football, mais Olivia Moultrie est trop jeune pou le règlement de la ligue américaine de football féminin, pour jouer en compétition avec son club de Portland,  alors, elle est allée en justice, elle fait valoir que les Boys eux jouent au soccer professionnel dès leurs quatorze ans, je lis pourtant qu'en jouant si jeune elle met son corps à risque.   

Dans le Télégramme vous verrez la photo de deux petits bretons d'autrefois, vêtus d'une tenue des Plougastels, le chapeau du bonhomme est à croquer ils posent à côté d'un gaillard en maillot jaune devant la mairie de Brest, le 28 juin 1974, le Tour de France démarrait! le télégramme a retrouvés Elisabeth Kervella et Xavier Le Gall, qui avouent qu'à l'époque, ils ne savaient pas que le cycliste en jaune s'appelait Eddy Merckx! Cette année 1974, en Bretagne encore une jeune Martine épousait un jeune Bernard qu'elle avait rencontré à une autre noce, Martine ne savait pas que Bernard était déjà  une terreur des pelotons, et ainsi à Ouest-France Martine Hinault raconte sa vie d'épouse de cycliste comme d'autres sont femmes de marins, elle aura été comptable et maire de son village, elle s'est mise au vélo sur le tard et parfois en ballade, elle prend la roue de son homme retraité. Ainsi prépare-ton à l'Ouest le départ du  tour de France...  

Dans Sud-Ouest qui prépare la finale du championnat de France de rugby, un ancien de la Rochelle, David Joulin, nous parle de la joulinette, un placage qu'il avait inventé pour renverser "les grosses toutouilles", ils les prenait sous la brioche et sous les genoux, parfois les genoux des mastards n'y résistaient pas... Mais Joulin dit que la joulinette aujourd'hui interdite lui a sauvé la vie... 

On parle aussi de météo... 

Lourd sujet, quand l'Agence-France-Presse dévoile un pré-rapport des experts climatiques du GIEC, qui s'inquiète du devenir de l'humanité dans les cataclysmes du réchauffement, vous en lirez sur les sites du Monde, des Echos.  Ces prophéties font corps avec les inquiétudes que provoquent les orages récents, quand un céréalier interrogé dans le Parisien se sent pris comme dans la mousson indienne, quand l'Union explique posément pourquoi par la malchance d'un marais barométrique qui fait se reformer les orages à peine éclatés, la colère du ciel semble stagner sur Reims.  

Pendant ce temps, en Chine on veut prendre le contrôle de la météo, arrêter la grêle et faire tomber des pluies, attirer au sol desséché les 20.0000 milliards de tonnes d'eau qui défilent au-dessus du pays sous forme de nuages, et puis dévier les rivières atmosphériques, les flux de vapeur d'eau céleste , pour les amener aux sources du fleuve Yangtsé... La Chine construirait sur des hauts plateaux tibétains des milliers de fourneaux, qui émettront des panaches de la iodure d'argent qui devrait déclencher les nuages... Vous lirez cette alchimie dans un journal nouveau, Epsiloon, un magazine scientifique fondé par des anciens de Science et vie, qui s'avance vers nos peurs et nos curiosités  Bienvenue. 

Vous verrez aussi que ce matin, Vosges-Matin, l'Est républicain, le Républicain lorrain, passent tout en couleurs grâce à une nouvelle rotative. C'est donc en couleurs que vous lirez que la guerre est déclarée contre les chenilles processionnaires du chêne, dites aussi chenilles urticantes, dont les poils qui volettent agressent nos peaux, on se gratte jusqu'au sang à Thionville mais aussi à Nancy dit l'Est républicain, et en Alsace disent les DNA, mais aussi en Seine-Maritime et dans l'Eure où l'on se sent comme dévoré par des moustiques invisibles, confirment France bleu et Paris-Normandie. 

On parle enfin de résistance.  

Celle qu'oppose le ministre délégué aux comptes publics Olivier Dussopt aux appétits de ses collègues qui ont pris des habitudes dispendieuses pendant le quoi qu'il en coute, et il faut donc mettre fin à la surenchère, dit le Figaro, qui mobilise à cette fin l'ancien ministre du Budget, Eric Woerth pour qui la dépense supplément serait mortifère.  

Dans la Voix du Nord vous suivez la colère des ouvriers de Capitaine Houat, entreprise boulonnaise où l'on traite les produits de la mer pour le groupe Intermarché , dont les patrons ont accordé une prime de 500 euros à deux ouvriers méritants, et cette distinction a enflammé leurs collègues fidèles au poste pendant la pandémie sans jamais rien recevoir, et qui depuis jeudi occupent l'usine et négocient en vain, hier on leur a proposé 20 euros de prime par personne, ils se sentent insultés.   

A Bagnolet nous dit l'Humanité, une bergerie pédagogique où quelques chèvres poussins moutons distraient les habitants de la banlieue bétonnée, refuse de disparaitre, la mairie voudrait enlever la ferme pour agrandir une école maternelle, les défenseurs des chevreaux y voient une volonté d'embourgeoiser le quartier!

Contact
Thèmes associés