Lundi, lorsque je suis arrivé à la radio, j'ai trouvé Corinne Pélissier le chignon complètement défait. Et elle avait, en prime, le regard halluciné. Comme celui d'un lapin qui se fait surprendre par les phares du vélo de Catherine Boullay. Visiblement, Corinne avait très peu dormi. Faut dire qu'elle était venue à l'aube, afin de retracer, à l'antenne, la carrière d'un cinéaste américain (Wes Craven), dont on venait d'apprendre la mort:

Wes Craven en 2006 à Pasadena, en Californie
Wes Craven en 2006 à Pasadena, en Californie © Reuters / Mario Anzuoni

Corinne n'aime pas les films d'horreur - elle les a en horreur...

D'ailleurs, c'est également le cas de notre chère Eva Bettan. Excepté si le film est signé d'un réalisateur kurdo-singapourien, ou irano-népalais, ce n'est pas un genre qu'elle affectionne.

Mais je lui ai demandé si, malgré tout, elle appréciait d'avoir la frousse au cinéma, et si oui, quel était le type de scène qui la faisait frémir :

Et là, petit message au garagiste d'Eva Bettan : la prochaine fois qu'elle vient vous voir, enlevez-lui carrément les portières de sa voiture - comme ça, on ne sait jamais, elle pourra s'en sortir si elle tombe avec dans la Seine...

Mardi , quand je suis arrivé,Ilana Moryoussef venait de refermer un livre, et elle avait les yeux totalement épouvantés. Comme ceux d'un hérisson qui se fait surprendre par les phares du gros scooter d'Eric Delvaux. Ce qui l'avait mise dans cet état, en l'occurrence, c'était le livre. Le dernier roman de Delphine de Vigan :

D'après une histoire vraie
D'après une histoire vraie © Radio France

> "D'après une histoire vraie"

de Delphine de Vigan,

éditions Jean-Claude Lattès

Mercredi , j'ai de constaté de l'anxiété chezStéphane Capron . Il était tout tremblant. Tremblant comme un renard quand il se fait surprendre par les phares de la Porsche de Daniel Morin. La raison : une pièce de théâtre qui se joue actuellement sur la scène de la Colline :

> "Les géants de la montagne", de Luigi Pirandello

A voir jusqu'au 16 octobre au théâtre de la Colline à Paris

Quand peut-on voir chez Frédéric Pommier le regard du goéland qui se fait surprendre par les phares d'un paquebot? C'est précisément la question que m'ont posée Christine Siméone et Stéphane Capron. Sachant que le thème de la semaine était donc celui de l'horreur, ils m'ont dit, hier, qu'ils avaient un cadeau pour moi. Un cadeau dans le hall de la Maison de la radio. Je les ai suivis et dans le hall, il y avait un homme et une jeune femme avec un énorme carton :

Un vrai corbeau qui vient vous donner une invitation, vous avouerez que c'est quand même la grande classe. Et puis aussi de la très bonne com’

> Exposition de la série "Game of Thrones"

du 8 au 12 septembre au Carrousel du Louvre

__

Le vendredi, c'est le jour des sorties CD. Et j'ai donc demandé àIsabel Pasquier ce qu'il fallait écouter :

> Album « Musique de nuit »

Vincent Ségal et Ballaké Sissoko seront en concert mercredi à la Philharmonie de Paris, puis, au mois de février, à Toulouse et à Rouen.

Les musiciens Vincent Segall et Ballaké Sissoko - Musique de nuit
Les musiciens Vincent Segall et Ballaké Sissoko - Musique de nuit © No Format
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.